Médecine chinoise et cancer – le Qi Gong active les forces vitales du corps

Médecine chinoise et cancer - le Qi Gong active les forces vitales du corps

La médecine chinoise, un système datant de plus de 2.000 ans, est utilisée par environ un cinquième de la population mondiale. Beaucoup de gens aux États-Unis, au Canada, en Europe et en Australie considèrent la médecine chinoise comme leur première ligne de défense dans la maintien de la santé et le combat de la maladie…

La médecine chinoise utilise un éventail de méthodes thérapeutiques comprenant des plantes, la diète, le massage, une manipulation de type ostéopathique, la respiration, la relaxation profonde et l’exercice thérapeutique dans une approche holistique de la santé.

Le cancer est la principale cause de mortalité en Chine, suivi par l’accident cérébro-vasculaire. Les thérapies occidentales conventionnelles contre le cancer — chimiothérapie, radiation, chirurgie — ont été de plus en plus utilisées depuis les années 60 dans les hôpitaux chinois. Cependant, les effets secondaires de ces traitements ont souvent été, là autant qu’ici, fortement débilitants…

En Chine, la chirurgie, la chimiothérapie et la radiation sont considérées comme des traitements viables pour les tumeurs bénignes et malignes par les médecins qui essayent d’intégrer des méthodes orientales et occidentales. Zhang Dai-zhao, un spécialiste dans le traitement du cancer à Beijing, note que des traitements conventionnels peuvent être exigés pour traiter une situation dans le temps disponible au patient. Bien que les thérapies énergétiques chinoises telles que la phytothérapie et l’acupuncture puissent être capables éventuellement d’agir sur la pathologie,  » elles peuvent prendre plus de temps que le patient en dispose »dit-il. Beaucoup de praticiens en Chine disent que les meilleurs résultats contre le cancer sont obtenus au moyen d’une attaque conjointe combinant la médecine orientale et occidentale; le patient s’adonnant à une diète appropriée, au yoga chinois et à un exercice thérapeutique.

Dans la médecine chinoise classique, il n’y a aucun concept spécifique de cancer, bien qu’il y ait des tumeurs. Beaucoup de toniques nutritifs et de médicaments à base de plantes ont été développés pour alléger la douleur et pour prolonger la survie en renforçant les forces vitales du corps et en arrêtant la progression de la tumeur.

Les médecins chinois croient que les causes du cancer sont multiples. Elle incluent des toxines et d’autres facteurs environnementaux (causes externes) aussi bien que « des causes internes » comme le stress émotif, les mauvaises habitudes alimentaires, les déchets accumulées via la nourriture et l’endommagement des organes. Deux facteurs principaux sont le sang stagnant et un blocage ou une accumulation du qi (qi), l’énergie vitale que l’on dit circuler le long des méridiens, ou des voies, joignant toutes les parties du corps.

La maladie est un déséquilibre énergétique, un excès ou une insuffisance des énergies élémentaires du corps. Selon les anciens Chinois, le qi, la force vitale, commande les fonctionnements du corps pendant qu’il voyage le long des méridiens, sur un cycle de vingt-quatre heures. Une personne est en bonne santé quand il y a un écoulement équilibré et suffisant du qi, lequel garde le sang et les fluides du corps en circulation et combat la maladie.

Mais si la circulation du qi est bloquée pour n’importe quelle raison ou devient excessive ou déficiente, la douleur et la maladie peuvent en résulter. L’écoulement du qi peut être perturbé par une diète ou un style de vie déséquilibré, un surcroît de travail, le stress, des émotions réprimées ou excessives ou un manque d’exercice. Des déséquilibres yin/yang — les forces complémentaires dans le flux dynamique — dérangent aussi l’écoulement normal et régulier du qi.

Le cancer, comme toutes les autres maladies, est considéré comme une manifestation d’un déséquilibre fondamental. La tumeur est « la branche la plus élevée » pas la « racine » de la maladie. Chaque patient peut avoir un déséquilibre différent causant ce qui semble extérieurement le même type de cancer. Chaque personne est unique, ainsi le docteur oriental essaye d’identifier la configuration individuelle exacte de l’excès, de l’insuffisance ou du blocage qui a conduit à la maladie. Le docteur traite le déséquilibre plutôt qu’une condition connue sous le nom de « cancer de l’estomac » ou « cancer du sein » ou ainsi de suite. Le traitement prescrit changera d’un patient à l’autre selon les déséquilibres spécifiques….

Une autre composante de médecine chinoise utilisée dans le traitement du cancer est le Qi Gong, un exercice vieux de 3.000 ans qui combine des mouvements lents, symétriques et gracieux du tai chi avec la méditation, la relaxation, la respiration, l’imagerie guidée et d’autres techniques comportementales. Le but étant de permettre à une personne de régler et de diriger l’écoulement du qi, ou force vitale, dans son propre corps.

On enseigne à l’étudiant ou au patient à focaliser son qi au dan tian ou centre vital, un point au centre du corps, approximativement deux pouces au-dessous du nombril. On dit que le qi se rend aux régions éloignées du corps à partir de ce centre. Les étudiants apprennent à sentir la présence du qi au centre vital sous forme de chaleur localisée et puis à diriger l’énergie de la vie vers des parties spécifiques du corps.

D’après l’expérience des étudiants qui prennent des cours de Qi Gong pour l’auto-traitement, cela prend habituellement environ trois mois pour que les exercices démontrent leur effet. Dans la thérapie du cancer, le praticien chinois prescrit des exercices adaptés individuellement au patient.

Depuis 1979, les Chinois ont guéri des centaines des victimes du cancer par le Qi Gong et plusieurs milliers ont utilisé cette pratique pour prolonger leurs vies, déclare Paul Dong, un journaliste, praticien de Qi Gong et professeur à Oakland, Californie.

Dong, né en Chine, y retourna en 1984 pour investiguer le Qi Gong. Des histoires de cas des patients ayant récupéré du cancer sont fréquemment rapportées dans les revues de Qi Gong. Cet exercice physique et mental a aidé à la rémission de beaucoup de patients atteints de cancer du poumon pour qui les thérapies occidentales conventionnelles furent inefficaces.

Le 2 décembre 1986, le Times de New York a rapporté que les vingt-six cliniques de Qi Gong en Chine ont eu des succès dans le traitement de quelques maladies cardiaques, de paralysie et de désordres neurologiques…..

Comment le Qi Gong atteint des effets curatifs n’est pas entièrement compris, bien qu’on ait proposé plusieurs mécanismes d’action. Du point de vue de la médecine chinoise traditionnelle, le Qi Gong active les forces vitales du corps, éqilibre le yin et le yang, renforce la circulation du sang et améliore les états émotifs et mentaux du patient.

Du point de vue de la médecine occidentale, le Qi Gong augmente l’absorption et l’utilisation de l’oxygène du sang, comme le fait le yoga. Le gagnant du Prix Nobel Otto Warburg a constaté que l’insuffisance en oxygène est typique des cellules cancéreuses et qu’elles meurent quand le corps est riche en oxygène.

Pratiquer les exercices de Qi Gong a un effet positif sur certains enzymes qui jouent des rôles clés dans le maintien de la santé du corps et dans la phosphorylation, un processus biochimique de base qui assure l’énergie nécessaire pour l’activité cellulaire. La phosphorylation est centrale dans l’apport en oxygène pour toutes les cellules de corps et est extrêmement importante pour la réponse immunitaire.

L’exercice peut mobiliser les cellules NK (natural killers) du corps, lesquelles cherchent et détruisent les cellules cancéreuses et les cellules infectées par des virus. Un apport accru en oxygène en provenance du sang peut également neutraliser les radicaux libres. La respiration lente et profonde et le mouvement corporel modéré du Qi Gong (ou du yoga) peuvent entraîner l’oxygène nouvellement disponible à fixer les radicaux libres, les rendant sans danger.

La recherche en Chine indique qu’après un exercice de Qi Gong d’environ quarante minutes, le volume régional interne du sang augmente de 30 pour cent; ce qui améliore considérablement l’approvisionnement en oxygène disponible pour les cellules.

Par la pratique intensive du Qi Gong , « toute une série de conditions psychologiques et spirituelles salutaires émergent » observe Paul Dong dans son livre Qi Gong: The Ancien Chinese Way to Health. En plus de favoriser le bien-être émotif, les exercices de Qi Gong édifient la confiance des patients et affermissent leur volonté de contrer le cancer.

Dong, qui a pratiqué le Qi Gong depuis 1980, note que l’attitude positive joue un rôle dans la guérison de la maladie. Il compare les effets apparents de stimulation immunologique du Qi Gong aux approches occidentales corps/esprit comme le nouveau champ de la psychoneuroimmunologie…

Health World Online, Richard Walters, 1992

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.