L’esprit des moines Shaolin incarné dans Shen Yun

Scène représentant des moines Shaolin.
Scène représentant des moines Shaolin.

On voit cela dans tous les films de Kung Fu. Un guerrier héroïque accomplit des sauts périlleux défiant la gravité, traverse une rivière muni d’un simple roseau, et chevauche avec légèreté la cime des forêts du Mont Song alors qu’il pourchasse des bandits.

Le temple Shaolin est une des perles de l’histoire chinoise, dont l’influence s’étend jusqu’aux films d’actions d’Hollywood et sur les tapis des disciplines olympiques. Il est le foyer du bouddhisme Zen et le berceau des arts martiaux chinois.

Un vieil adage chinois dit que  « le meilleur des Kung Fu provient du temple Shaolin ». Les moines Shaolin ont été les gardiens d’une tradition millénaire emblématique et innovante depuis plus d’un millier d’années.

À première vue, le pacifisme bouddhiste peut sembler être en contradiction avec la maîtrise des arts martiaux. Cependant, d’après la croyance traditionnelle chinoise, les arts martiaux les plus élevés (et, par extension, les stratégies militaires) accordent plus d’importance à  la discipline personnelle et à la paix intérieure qu’à la capacité au combat.

Dans les faits, beaucoup de mouvements provenant des art martiaux sont utilisés comme des formes d’expression dans la danse classique chinoise.

Shen Yun Performing Arts, une compagnie basée à New York, rend hommage au lien existant entre la danse classique chinoise et les arts martiaux, en mettant en scène les moines bouddhistes du temple Shaolin.

Les arts et les contes authentiques des moines Shaolin reviennent ainsi à la vie dans une mise en scène haute en couleurs et pleine d’humour, sous l’accompagnement d’un orchestre puissant.

Rencontre avec les moines

A-t-on déjà entendu parler d’un bouddhiste qui mangeait de la viande ? Un évènement singulier a été l’origine de cette légende. En 621, la Dynastie des Tang est dirigée par l’empereur Taizong. Un jour, ce dernier fut encerclé par une bande de rebelles coriaces, et reçut l’aide de 13 moines Shaolin qui passaient par là.

Durant son spectacle de 2013, Shen Yun a raconté cette histoire dans un tableau intitulé Quand les Shaolin protégèrent l’empereur. Après la victoire des moines sur les agresseurs, l’empereur, plein de reconnaissance, accorda au temple son surnom « le Premier sous le ciel », ainsi que la permission spéciale d’utiliser des armes et une force de combat.

Il permit aussi aux moines de manger de la viande. Peu de gens savent que manger de la viande n’était pas interdit dans le bouddhisme originel. D’après les enseignements du bouddhisme Theravada, le Bouddha autorisait les moines à manger du porc, du poulet ou du poisson, dans le cas où le moine savait que l’animal n’avait pas été tué pour lui.

La pièce de Shen Yun a stimulé l’imagination des adultes et des enfants. « C’est comme entrer dans un nouveau monde », a partagé la spectatrice Satish Adige. Cette femme, cadre chez le câblo-opérateur américain Time Warner Cable, venait d’assister à une représentation de Shen Yun au Lincoln Center. « Il y a de l’humour dans certaines pièces. De l’ancien au moderne, tout était complet, c’était vraiment bon, et vraiment intéressant », a-t-elle ajouté. « C’était phénoménal ! ».

Dans un autre tableau intitulé Le moine puissant, un moine maladroit du temple Shaolin obtient des pouvoirs divins à travers sa foi pieuse. Sa force lui permet de pourfendre une bande de bandits qui voulaient s’attaquer au temple.

Le moine Lu Zhishen déracinant un arbre.
Le moine Lu Zhishen déracinant un arbre. (wikimedia)

Et puis il y a aussi l’histoire de Lu Zhishen, l’un des personnages principaux du classique chinois Voyage vers l’Ouest. Durant l’une de ses précédentes éditions, Shen Yun a également raconté l’histoire d’un mauvais moine repenti, géant et fort, aussi connu pour son sens de la justice que pour sa capacité à s’attirer des ennuis. Il a aussi été question de Ji Gong, un moine excentrique utilisant ses capacités supranormales pour porter secours à une ville. L’intensité des combats est reproduite dans une chorégraphie reprenant les mouvements du Kung Fu. Shen Yun met en scène les Arts Shaolin en se basant sur le contexte unique des personnages et de leurs histoires.

Danse et arts martiaux

Dès l’apparition des arts martiaux chinois, durant les anciens temps, les mouvements et volte-faces étaient destinés aux batailles. Une branche artistique s’est intéressée à l’aspect esthétique de ces mouvements, et s’est inspirée des techniques de combats. Au fil du temps, les arts martiaux et les formes de divertissements tels que l’opéra et la danse classique chinoise ont pris des chemins voisins bien qu’indépendants, pour arriver chez nous sous la forme que nous connaissons aujourd’hui.
 
Alors que les mouvements des arts martiaux chinois sont rapides, bruts et puissants, leurs équivalents dans la danse sont ralentis, de façon à permettre à l’audience d’apprécier leur subtilité. Ils sont également allongés pour l’élégance, et les danseurs semblent voler et atterrir en silence, contrairement aux déplacements fracassants des guerriers. « [Les danseurs] accomplissent des mouvements très, très difficiles en donnant l’impression qu’ils sont extrêmement simples »,  analyse Gary Kukac, qui étudie les Arts martiaux à l’Université D’Hawaï du Pacifique. « Ce spectacle est une expérience que tout le monde devrait voir une fois dans sa vie ».
 
« J’étais très impressionné. C’était très impressionnant », indique Ford Edwards, un instructeur qui enseigne le Shaolin, le Kung Fu, Chi Kung (Qi Gong) et Tai Chi Chuan, après avoir assisté à une représentation à Escondido en Californie.
 
Dans la ville de Thousand Oaks, en Californie, l’acteur Craig T.Nelson, vainqueur des Emmy Awards et son épouse Doria Cook-Nelson, maître de Tai Chi Chuan, ont été profondément touchés par la performance de Shen Yun. « Ils ont dû travailler très dur, cela saute aux yeux. Les figures sont fluides, belles et élégantes, accomplies comme sans efforts. Cela va jusque dans la gestuelle des mains », indique M. Nelson. « Les mouvements semblent si simples, mais les danseurs doivent consacrer leur vie à les réaliser », analyse-t-il encore.
 
La danse classique chinoise est un système de danse indépendante comprenant des centaines de mouvements et de postures. La mise en avant du yun, qu’on pourrait définir comme le caractère spirituel inné, est une composante essentielle ; cela confère au danseur une palette d’expressions et de nuances d’une grande richesse.
 
Ainsi, à travers la danse classique chinoise, toutes sortes d’émotions peuvent être dépeintes, qu’il s’agisse du bonheur, de la beauté, de la compassion, de la grâce, ou de la sérénité -des états correspondant à ceux qu’éprouvaient les moines Shaolin à travers les arts martiaux. Que la trame soit humoristique, dramatique, ou épique, Shen Yun emprunte une voie tout à fait unique, et parfois des plus inattendues pour représenter les pièces de l’histoire chinoise.

Remerciements

Le Sénateur américain Charles Schumer a récemment envoyé une lettre à Shen Yun Performing Arts, dans laquelle il a exprimé son estime pour le travail de la compagnie « Au nom de tous les Newyorkais, je vous remercie pour votre dévouement continu pour préserver et présenter l’ancienne culture chinoise d’une façon si accessible et inspirante ».
 
En plus de cette missive, Shen Yun a reçu plus de 90 messages de félicitations, sous formes de citations ou de proclamations, parmi lesquels les commentaires de la Sénatrice Kirsten Gillibrand, ceux de 14 membres de la House of Representatives, de  56 Sénateurs Newyorkais ou membres de l’assemblée, de 11 membres du Conseil de New Yorks et de 11 élus newyorkais.
 
La compagnie Shen Yun Performing Arts se produira au Palais des congrès de Paris du 15 au 17 avril prochain, au Colisée-Théâtre de Roubaix, les 1er et 2 mars et au Grand Théâtre de Provence à Aix-en-Provence, les 9 et 10 mars.
 
traduction : www.epochtimes.fr

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.