ETUDE : Les effets anti-dépresseurs du Qi Gong chez les femmes atteintes du syndrome de fatigue chronique (SFC).

Résumé  de l’étude :

Cette récente étude démontre que la signalisation par l’adiponectine(*) joue un rôle important dans la médiation des effets de l’exercice physique sur la neurogenèse hippocampique et l’anti-dépression chez la souris. On ne sait toujours pas si les résultats peuvent être appliqués aux humains. Cette étude visait à étudier les effets de la pratique du Qi Gong sur l’adiponectine et à évaluer si l’adiponectine est impliquée dans les effets anti-dépresseurs de ce Qi Gong sur le syndrome de fatigue chronique (SFC). Il s’agit d’un essai randomisé, contrôlé par liste d’attente. Cent huit participantes ont été assignées au hasard à des groupes d’exercices de Qi Gong ou de listes d’attente. Seize cours de Qi Gong d’une heure et demie ont été données. Des mesures des résultats ont été prises à trois moments précis. Les taux d’adiponectine de base ont été associés négativement au poids corporel, à l’indice de masse corporelle, au tour de taille, au tour de hanches et au rapport taille/hanche chez les femmes atteintes de dépression, d’anxiété ou de fatigue semblable au SFC. Comparé au contrôle de la liste d’attente, la pratique du Qigong a réduit significativement les symptômes d’anxiété et de dépression et a augmenté significativement les taux d’adiponectine plasmatique (médiane = 0,8 vs -0,1, p < 0,05). Fait plus intéressant, l’augmentation des taux d’adiponectine après la pratique du Qi Gong a été associée à une diminution des scores de dépression dans le groupe de Qi Gong (r = -0,38, p = 0,04). De plus, l’analyse de régression linéaire ajustée a également identifié la pratique du Qigong et la variation des taux d’adiponectine comme étant les facteurs significatifs de la réduction des symptômes de dépression. Le Qi Gong a augmenté de façon significative les taux d’adiponectine chez les femmes atteintes d’une maladie semblable au SFC. La diminution des symptômes de dépression était associée à une augmentation des taux d’adiponectine après la pratique de Qi Gong, ce qui indique que la contribution potentielle de l’adiponectine à la pratique du Qi Gong a entraîné des effets anti-dépresseurs chez ces sujets humains.

(*) [L’adiponectine est une adipocytokine, c’est-à-dire une molécule produite par le tissu adipeux, qui est impliquée, entre autres, dans la régulation du métabolisme des lipides et du glucose.]

Source: Adiponectin Potentially Contributes to the Antidepressive Effects of Baduanjin Qigong Exercise in Women With Chronic Fatigue Syndrome-Like Illness

Qi Gong – énergétique chinoise : Le printemps, saison de l’élément bois

Au printemps sachons doser avec modération

Avec le printemps, l’énergie Yang croît, l’énergie Yin décroît. C’est le renouveau. Le mouvement deLe printemps, CHUN, saison de l’élement bois la nature est vigoureux, les plantes sortent de la terre, la sève monte dans les arbres, bref, la nature s’éveille. Chez l’être humain, un mouvement similaire s’opère. L’organe le plus concerné par ce mouvement est le foie, dont le printemps est précisément la saison. Elle se traduit par le besoin retrouvé de sortir, l’envie est aussi d’un grand nettoyage de printemps; c’est l’époque idéal pour se lancer dans de nouveaux projets.

Cette montée en puissance du foie n’est cependant pas sans danger pour notre équilibre et notre santé. C’est en cette saison que de grandes fatigues apparaissent, parfois accentuées par le changement d’heure. Or, il faut avoir la force de contrôler cette énergie qui peut nous déborder. Les émotions et la pensée étant étroitement liées au fonctionnement des organes et notamment le plus sensible d’entre eux, le foie, des états dépressifs, des insomnies, des phases d’anxiété, d’irritabilité et encore de colère peuvent apparaître ou réapparaître à cette période.

Pour nous prévenir de ces dérèglements, le maître-mot est celui de tempérance. S’il faut bien entendu «vivre cette saison» en s’imprégnant de cette énergie, il ne faut cependant pas se laisser emporter par elle. Tempérer cette énergie du foie peut passer par des exercices de respiration et de relaxation, des promenades (plus pertinente ici que des joggings) dans la forêt ou à la campagne. Prenez le temps d’y observer et de ressentir cette nature qui s’éveille (en s’attardant devant une plante qui surgit de la terre, en admirant la couleur des cerisiers en fleurs, etc.). Sur plan un plan émotionnel, n’hésitons pas à cultiver les vertus que sont patience et la gentillesse pour faire face aux états colériques qui peuvent nous envahir en cette saison.

La couleur vert-pomme des feuilles du printemps est la couleur associée à l’élément bois. Elle a pour particularité de nourrir le foie.

La diététique du printemps

L’hygiène de vie pendant le printemps consiste à préparer l’été, qui sera la phase de plus grande dépense d’énergie. Le printemps est la saison du foie qui aime les drainages, il est donc bon à cette période d’envisager une cure de désintoxication de cet organe grâce à des plantes comme le pissenlit, l’artichaut, la radis noir, le romarin, ou bien à l’aide de tisanes ou de produits prévu à cet effet que l’on trouve désormais facilement dans le commerce ou plus simplement avec du jus de citron (3 ou 4 gouttes de citron frais dans un peu d’eau le matin durant une ou deux semaines). On peut aussi penser à de courtes périodes de jeûne. Faites le nettoyage à l’intérieur comme à l’extérieur. Évitons dans tous les cas, tout ce qui peut mettre le feu aux poudres : le lait, le beurre, le fromage, les yaourts, le chocolat, l’alcool, le café.

Foie MTCLe Foie en médecine chinoise traditionnelle

Celui-ci se trouve à droite sous le diaphragme à et l’intérieur de la cage thoracique. C’est un organe Yin (interne et vital) mais sa fonction est Yang car l’énergie du foie est très active et résolu, tendant à disperser l’énergie.
Le Foie exerce deux grandes fonctions : réguler la circulation de l’énergie et drainer et mettre le sang en réserve. Il a également des liens avec les tendons, les yeux, les ongles ainsi que l’activité des rêves.

fonctions du foie

Le foie assure la libre circulation du Qi

Au printemps, la nature explose de toute part. Elle le fait dans tous les sens, de tous les côtés. En cette saison, rien ne peut arrêter cette puissance de vie qui se réveille et se remet à circuler avec vigueur dans toute chose vivante (animaux, plantes comme êtres humains…).

Au niveau énergétique, le foie fonctionne de manière similaire à l’intérieur du corps : il assure au Qi une circulation sans obstacle dans tout le corps, dans tous les viscères et dans toutes les directions. Le sens normal de circulation du Qi du Foie est d’aller vers le haut et vers l’extérieur, dans toutes les directions. Cette fonction première du foie dont le terme chinois désignant cette fonction signifie « couler » et « libérer », permet ainsi de nourrir en énergie toutes les parties du corps. C’est ce qui explique l’importance de cette fonction, car elle concerne toutes les parties du corps et tous les viscères. On dit que le foie organise toutes les grandes fonctions du corps par sa capacité à faire circuler partout le QI.

Le Foie est souvent comparé à un Général de l’armée, car c’est donc à lui que l’on doit l’organisation générale de toutes les fonctions du corps dans la mesure où il assure au Qi une circulation libre et correctement orientée. C’est ainsi que l’on dit que le Foie est la source du courage et de l’esprit de décision, si toutefois il est en bonne santé. « Le Foie est comme le général d’une armée car c’est lui qui décide de la stratégie ».

Principaux déséquilibres énergétiques liés à cette fonction : l’émotionnel et le digestif.

Toute médaille ayant sa facette, cette fonction est à l’origine de nombreux déséquilibres.

Le foie fait « couler », et « libère » le Qi dit-on. Nombre de déséquilibres interviennent lorsque cette fonction est empêchée : l’énergie est alors stoppée et s’accumule littéralement dans le foie. On parle alors de surpression du foie qui se traduit souvent par des sensations de tensions internes et d’anxiété permanente. Cette tension se libère parfois partiellement par à-coups, telle la vapeur d’une cocotte-minute, par montée brusque d’énergie le plus souvent vers le haut du corps. Elle provoque alors des perturbations émotionnelles. Elle peut également se diriger vers l’estomac et la rate, mettant à mal le processus de digestion (mauvaise digestion, selles molles, ballonnements, remontée acides….).

– Le foie, organe émotionnel

L’énergie du foie est par excellente une énergie montante : visualisez quelqu’un en colère, émotion liée au foie : on l’imagine plus facilement sautillante ou bondissante que « plombée ». C’est le même processus qui se passe lorsqu’une personne rougit face à une situation inconfortable ou difficile. Dans un tel cas, au lieu de faire circuler harmonieusement l’énergie dans le corps, le foie s’agite puis se bloque (plus ou moins selon l’intensité de l’émotion). Un peu comme une cocotte-minute, il rejette le trop plein d’énergie vers la tête. C’est ce qui explique cette sensation de chaleur et d’empourprement du visage. C’est ainsi que le foie est considéré comme l’organe des émotions. Dès qu’une émotion nous traverse, le foie en est affecté et s’agite à la hauteur de la force de l’émotion favorisant la montée de l’énergie vers le haut du corps. On comprend alors toute l’importance d’une bonne gestion de ses émotions pour rester en bonne santé qui garantit cette libre circulation du qi du foie.

Nous le verrons plus bas, c’est à partir de ce principe que l’on peut combattre une trop grande une trop grande émotivité ou mieux gérer ses émotions : au travers de techniques qui vont chercher à freiner la montée de l’énergie vers le haut de la tête.

L’énergie du foie est également une énergie qui va vers l’extérieur : on dit qu’elle est expansive. C’est elle qui nous pousse à créer des liens avec notre environnement et nos semblables. Ainsi, l’énergie du foie a lien avec l’affirmation de l’individualité de la personne, l’affirmation de son point de vue face au monde. D’une manière plus large, elle comprend également la capacité créatrice. Les personnes créatrices ont généralement un foie particulièrement actif – et parfois les déséquilibres qui vont avec…

L’expansivité de l’énergie du foie supporte mal la contrainte. Ainsi, si cette expansivité est contrariée, l’énergie du foie va être affectée et la fonction de bonne circulation du Qi va en être altérée, générant de puissants déséquilibres. C’est notamment le cas dans la vie sociale qu’elle soit familiale ou professionnelle lorsque l’individualité de la personne est niée par des situations d’irrespect, dévalorisantes ou humiliantes, ou encore par des processus de double-contrainte.

Faute de pouvoir s’exprimer vers l’extérieur, l’énergie se retourne contre la personne elle-même et se stocke dans le foie et se transforme alors en colère rentrée, en culpabilité, en ressentiment ou encore en frustration. A un niveau élevé, elle peut également mener à des phases dépressives. Le plus souvent, cette compression de l’énergie du foie s’exprime par des irritations soudaines, des poussées de colère, des tensions musculaires, des maux de tête, des insomnies (notamment vers 3 heures).

– L’influence du foie sur la digestion

système digestif

Qui n’a pas connu une mauvaise digestion provoquée par un dîner familial ou professionnel particulièrement tendue ? En garantissant la libre circulation du Qi, le foie aide l’estomac et la rate dans leur fonction digestive. On dit qu’il « assiste la rate et l’estomac à la digestion des aliments ». Au niveau de l’estomac, il garantit la descente du bol alimentaire vers l’intestin grêle Dans le cas contraire (ici un repas tendu), le Qi du foie stagne et empêche cette descente avec, pour conséquence possibles, des éructations, des régurgitations acides, des nausées, voire des vomissements. S’il envahit la Rate, il perturbe la fonction de transformation et de transport de la nourriture, empêche la montée du Qi de la Rate et provoque des ballonnements, des selles molles. C’est pour cela que manger dans une ambiance détendue est indispensable à une bonne digestion.

 

Si le Foie n’assure pas sa fonction de faire circuler librement le Qi dans tout l’organisme, cela a aussi des conséquences sur l’écoulement de la bile. Cette dernière peut se trouver bloquée avec des difficultés à digérer les graisses, un goût amer dans la bouche, des éructations et même dans les cas les plus prolongés, une jaunisse. Les personnes dites « bileuses » correspondent précisément à ce cas. Rajoutons ici que les déchets filtrés par le foie sont éliminés dans la bile. Une bonne production et un écoulement régulier de bile sont donc non seulement garants de bonnes digestions, mais aussi d’une bonne détoxication.

FoieLe foie stocke et draine le sang

Cette seconde grande fonction du foie intervient sous de multiples facettes. Pour comprendre cette fonction, il faut imaginer le foie comme une grosse éponge qui va soit gonfler pour stocker le sang soit s’essorer, si l’on peut dire, pour distribuer au corps tout entier le sang dont il a besoin. En d’autres mots, le foie régularise le volume du sang dans le corps.

Ainsi, lorsque l’on se met en mouvement, par exemple courir, le foie, en se resserrant, va envoyer dans les vaisseaux une quantité plus grande de sang qui va nourrir et humidifier correctement tous les tissus qui sont mis au travail par cette activité, en l’occurrence, ici les muscles et les tendons. A l’inverse, lorsqu’on se repose, le sang « réintègre » le foie. C’est notamment le cas la nuit où le foie se gonfle de sang.

On comprend ainsi facilement l’importance d’un foie en bonne santé : il permet au corps d’être nourrit selon ses besoins, selon le niveau d’activité. On dit ainsi que le foie assure la santé des muscles et des tendons. Si cette fonction de régularisation est altérée, le sang est insuffisant, la fonction de nutrition ne s’effectue ni au bon endroit, ni au bon moment, et la personne est facilement fatiguée, notamment lors d’efforts physiques. Des crampes peuvent subvenir sur le moment, des courbatures persistantes les jours suivants etc.

De manière générale, les tissus mal alimentés par ce vide de sang du foie deviennent plus faibles et donc moins résistants aux attaques externes. On pense notamment ici à la peau, première barrière contre les attaques pathogènes externes.

Le foie draine le sang

Après avoir vu le foie comme une grosse éponge, voyons-le comme une grille extrêmement fine qui va drainer le sang juste avant qu’il aille alimenter le cœur et le cerveau (d’où l’importance du sang à être le plus propre possible). Ainsi, au niveau du foie va s’accumuler toute une partie des déchets produits et présents dans le corps (notamment les substances toxiques et celles liées à la prise de médicaments). Cette « grille » peut se boucher si les déchets sont trop importants laissant passer des déchets qui peu à peu vont aller encrasser et polluer tout le corps. Pour prévenir cela, il faut régulièrement nettoyer cette grille. C’est ce que l’on appelle « drainer le foie » qui va « détoxiquer » le corps. Le début du printemps où le foie s’éveille est la période la plus propice pour mener à bien ce drainage du foie. De multiples produits (mélanges de plantes, le plus souvent) sont vendus dans le commerce à cet effet.

Foie et menstruations

Cette fonction du foie de stocker le sang intervient directement sur les menstruations. En cas de stockage normal du foie, les règles seront correctes. A l’inverse, un sang du Foie insuffisant provoque une aménorrhée alors qu’un sang du foie trop important produit des règles hémorragiques. Nous avons plus haut que le blocage du Qi du foie provoque des stases de sang, c’est-à-dire un arrêt de sa circulation. Ces stases sont à l’origine des douleurs avant et pendant les règles ainsi que la présence des caillots noirs. C’est aussi la fonction de procréation qui peut être malmenée en cas de dysfonctionnement de la fonction de stockage du sang par le foie : une quantité défaillante de sang dans l’utérus ne pourra pour accueillir correctement le fœtus.

Ces deux grandes premières fonctions du foie en conditionnent une série d’autres, notamment sur certaines parties du corps. Nous les passons plus rapidement en revue.

Le foie gouverne les tendons

Sous le terme de tendons, il faut entendre, dans la perspective de la médecine chinoise traditionnelle, aux tendons eux-mêmes mais aussi aux ligaments et aux nerfs. Leur santé dépendent du sang du foie qui les nourries et les humidifient. S’il y a un vide de sang du foie, les tendons sont alors enraidis et enflammés provoquant des tendinites, des contractions, des spasmes, des problèmes d’extension et de flexion, des engourdissements des membres, des crampes musculaires, des tremblements, de la tétanie ou de la faiblesse des membres.

Par exemple, si une tendinite fait généralement suite à un événement particulier (faux mouvement, effort ponctuel….), elle n’advient généralement que sur un terrain fragilisé par ce que l’on appelle un vide de sang. C’est parce que telle zone est en même temps trop sollicitée et mal nourrie par ce vide de sang (lié au foie) qu’elle « craque » et que se crée une tendinite. Soigner convenablement celle-ci ne se réduit pas à réparer le traumatisme. Faut-il encore reconsidérer et rééquilibrer ce terrain (repos, amélioration du sommeil, parfois modifications alimentaires….) pour arriver à une guérison totale. A défaut, le risque de traîner la tendinite sur plusieurs mois, voire le risque d’une rechute est important.

Le foie se manifeste dans les ongles.

Les ongles sont considérés, en médecine chinoise, comme un « dérivé » des Tendons. Tout comme ces derniers, ils sont donc à l’influence du Sang du Foie. Si le Sang du Foie est abondant, les ongles sont sains et bien humidifiés. A l’inverse, les ongles ne sont pas suffisamment nourris, ils deviennent sombres, cassants, secs et rainurés.

Le foie s’ouvre aux yeux

Le méridien du foie monte jusque dans les yeux. C’est en cela qu’il est dit que l’œil est l’organe des sens qui est associé au Foie. C’est parce que les yeux sont nourris et humidifiés par le Sang du Foie qu’ils peuvent voir. Ainsi, si le Sang du Foie est abondant, les yeux sont humidifiés correctement et la vision est bonne. En cas contraire, cela peut entraîner une vision trouble, de la myopie, des yeux secs, ou une impression de sable dans les yeux qui sont secs.

Les Rêves

Le foie est également lié aux rêves. Ainsi, lorsque l’on se souvient de ses rêves et/ou qu’on a des cauchemars, cela signifie généralement un excès d’énergie au niveau du foie.

Le Foie déteste le Vent

Les climats venteux affectent souvent le Foie. On voit ainsi que la relation entre le Foie et le « Vent »concerne non seulement le Vent Interne mais aussi le Vent Externe. Il n’est pas rare de voir des patients qui souffrent de déséquilibre du Foie se plaindre de céphalées et de raideurs de la nuque qui apparaissent après une période de temps venteux.

Le Foie est associé au coté gauche

Bien que situé du côté droit, le Foie est associé au côté gauche du corps pour plusieurs raisons. On dit que les céphalées localisées du côté gauche de la tête proviennent du Foie, et plus précisément d’un Vide de Sang du Foie, alors que les céphalées localisées du côté droit proviennent de la Vésicule Biliaire. Le côté gauche de la langue reflète plus particulièrement l’état du Foie, alors que le côté droit reflète celui de la Vésicule Biliaire.

En médecine chinoise, chaque saison est reliée à une énergie spécifique. Le Printemps, saison dans laquelle nous sommes entrés il y a quelques jours avec le nouvel an chinois, est associé à l’énergie du BOIS. C’est en effet au printemps que tout s’éveille à nouveau, que les bourgeons se développent, que les oiseaux se remettent à chanter au moindre rayon, que la douceur de l’air se répand avec une odeur spéciale. Pas besoin d’attendre l’équinoxe du 20 mars, date officielle du début du printemps, pour le remarquer : le printemps est déjà là à cette date à laquelle il atteint son apogée.

Après s’être reposé durant l’hiver, après s’être ancré dans la Terre, nous pouvons reprendre nos activités. Le Printemps, c’est le début du Yang, c’est l’Est, la (re)naissance. C’est pour cela que le Bois y est associé : il présente les caractéristiques de la saison, où les végétaux et les arbres se hissent vers la lumière et reprennent peu à peu de leur couleur. Pas étonnant que le Vert soit la couleur associée au Printemps.

En l’Homme aussi renaît le besoin de s’éveiller après l’immobilité de l’hiver : il retourne à ses occupations extérieures, décide de faire le « nettoyage de printemps » afin de repartir du bon pied, de clarifier son esprit, de retrouver un peu de fraîcheur. Il ressent aussi le besoin de marcher, de s’étirer. Le mouvement, les muscles et les tendons, sont ainsi reliés à l’énergie du Printemps.

On dit souvent qu’il est bon de purger le Foie de ses toxines : cet organe Yin est associé au Printemps, saison à laquelle il est effectivement recommandé de nettoyer notre Foie à l’aide de plantes dépuratives telles que la bardane, le radis noir, le romarin, le desmodium. La Vésicule Biliaire est l’organe Yang qui assiste le Foie en stockant la bile.

Ces deux méridiens se promènent sur les jambes et les côtes, certains points de la VB sont positionnés sur la nuque et la tête. Ceux situés sur la nuque sont appelés « points du vent« , car on dit que c’est par ces points que le vent, associé au Printemps en médecine chinoise, pénètre. Il est donc bon, les jours de grand vent, de se couvrir le cou et les épaules afin d’éviter que le vent ne crée des torticolis, ou des douleurs migrantes, maux que l’on retrouve fréquemment en cette saison.

Pour permettre une meilleure mobilité de cette partie du corps, il est conseillé d’assouplir cette zone par des rotations et des allers retours de la tête :

  1. Inspirer en pivotant la tête d’un côté, puis expirer en ramenant la tête dans l’axe. Idem de l’autre côté.
  2. Inspirer en penchant la tête en arrière, expirer en ramenant la tête en avant, menton vers le bas.
  3. Inspirer largement puis expirer en penchant la tête d’un côté. Inspirer en ramenant la tête dans l’axe. Idem de l’autre côté.
  4. Faire des rotations de la tête en tournant dans un sens puis dans l’autre.
  5. Masser également la base du crâne, par pressions du pouce.
  6. On peut également étirer les côtes en se penchant, position debout jambes écart, sur les côtés, en s’aidant des bras.

Pour chaque mouvement il est important de porter son attention sur la partie du corps à détendre, et de prendre conscience du mouvement.

Qi Gong à pratiquer:

  • Étirement du méridien du Foie
  • Étirement du méridien de la Vésicule Biliaire
  • Masser les 3F (3 Foie)
  • Courir après la lune et le soleil !
  • Soutenir le ciel et s’appuyer sur la terre
  • L’énergie remplit l’arc en ciel
  • Faire monter l’énergie pure faire descendre l’énergie impure
  • Regarder en arrière prévient les 5 faiblesses et les 7 blessures
  • Poings serrés et yeux flamboyants
  • Embrasser l’arbre
  • L’hirondelle pourpre s’envole haut dans le ciel
  • Le dragon de l’inondation plonge dans la mer
  • Qi Gong des 6 sons – Le son du Foie
★───────★───────★───────★
Besoin de vous ressourcer, de vous recentrer, de retrouver le calme et la sérénité, de fortifier ou d’harmoniser votre énergie ?
Qi Gong, Méditation, Relaxation, Énergétique chinoise, Massage Chi Nei Tsang, Harmonisation énergétique, Ventouses, …
 

Dans quels domaines le Qi Gong donne-t-il de bons résultats ?

Le Qi Gong permet de développer les capacités de concentration et d’attention, améliore la posture, contribue au bon fonctionnement cardiovasculaire, entretient les articulations et le système respiratoire. Les Chinois affirment même qu’il ralentit le vieillissement. Mais pour cela, il faut qu’il soit pratiqué auprès d’un maître sérieux, si possible médecin ou thérapeute énergéticien.

Dans ces conditions, il a fait la preuve de son efficacité dans de nombreux domaines. En 2007, douze essais cliniques ont montré que le Qi Gong a des effets positifs sur l’hypertension artérielle. D’autres chercheurs ont étudié les variations de la production des substances immunitaires (globules blancs, médiateurs de l’immunité…). Résultat : cette production augmente après les séances chez les personnes qui s’y livrent régulièrement, améliorant ainsi leurs défenses contre les agresseurs microbiens. Le Qi Gong agit également sur les dérèglements du cycle féminin, les douleurs chroniques, l’insomnie, les maux de tête, les troubles digestifs. Il semble aussi que cette technique énergétique puisse diminuer les effets secondaires des traitements chimiothérapeutiques lourds (cancer, sida…). Enfin, côté psycho-émotionnel le Qi Gong contribue à améliorer la résistance au stress et à réguler l’humeur.

—–

Pour plus d’informations:

Gino Micucci
Professeur et Praticien de Qi Gong, diplômé de l’Institut Européen de Qi Gong et Yang Sheng 

facebook: https://www.facebook.com/gino.micucci

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région

 

Chi Nei Tsang : l’art du massage viscéral

Notre ventre porte en lui les traces laissées par tous nos traumatismes et nos secrets les plus intimes. Le Chi Nei Tsang, branche du Qi Gong, consiste justement à masser en profondeur l’abdomen pour y libérer les énergies négatives. Cette pratique chinoise ancestrale permet de se reconnecter à soi et de réguler les conflits internes en stimulant notre potentiel d’autoguérison.

Chi Nei Tsang : trois petits mots chinois qui ne vous disent peut-être rien. C’est normal, car la technique qui porte ce nom est née dans les montagnes de la Chine taoïste, il y a plus de deux mille ans. Mais cela ne va pas durer : la discipline, autrefois réservée aux moines pour se préparer à la méditation, s’installe désormais dans nos villes et nos campagnes. Ou plutôt, s’est installée depuis déjà une trentaine d’années, grâce au travail de synthèse de Maître Mantak Chia, qui a ouvert le Chi Nei Tsang au reste du monde.

Un réservoir de santé

Le Chi Nei Tsang est un massage viscéral. L’expression signifie « travailler les organes internes ». C’est une branche du Qi Gong, une gymnastique aussi vieille que la médecine traditionnelle chinoise, selon laquelle une énergie vitale circule à travers le corps. Mieux : cette énergie aide à prévenir la maladie ou à la guérir et accroît la longévité, pour peu qu’on en trouve la source. Et devinez où celle-ci se situe… Au creux du ventre ! Trois doigts sous le nombril, exactement. En plein sur l’intestin. Pour les Chinois, c’est ici que réside notre réservoir de santé et que naissent ses dérèglements.

Le Chi Nei Tsang est une manipulation énergétique de l’abdomen. Par un toucher doux et profond, le praticien va aider les organes internes à travailler plus efficacement. Rappelons qu’en médecine traditionnelle chinoise l’intestin est l’organe responsable du tri entre le pur et l’impur, entre ce qui doit être stocké et ce qui peut être rejeté. Nourriture, pensées, émotions… tout passe par son filtre. Des émotions négatives comme la peur, la colère, la tristesse ou l’anxiété peuvent, avec le temps, créer des blocages énergétiques dommageables. C’est également le cas du stress, d’une alimentation pauvre, d’une mauvaise posture, d’un choc affectif, de la prise de médicaments ou d’interventions chirurgicales.

« Les émotions sont le ferment de la vie, nous dit Mantak Chia. Comme les aliments, il est nécessaire de les digérer au fur et à mesure et de composter celles qui nous encombrent et nous font souffrir. » Pourtant, celles qui stagnent et prennent tant de place sont aussi celles qui nous ont protégés et permis de survivre.

Ce que nous dit le nombril

Tout commence au nombril, où les fascias du corps sont connectés dès la vie intra-utérine. La séance débute avec son observation. Sa forme et sa dureté en disent long. Un arc supérieur affaissé indiquera sûrement le poids d’un organe au-dessus. Si au contraire l’arc est étiré, comme lifté vers le haut, c’est peut-être le diaphragme qui est bloqué. Un moyeu dur ou mou nous renseigne sur le niveau de toxines incrustées. De mauvaises odeurs peuvent en sortir, signes d’une évacuation efficace !

Détoxiquer l’organisme

Un aménagement psychique, donc, auquel notre corps a procédé pour faire face à une situation donnée, mais qui se révèle toxique, à la longue. « Et où vont les émotions si elles ne peuvent pas être digérées ? Exactement aux mêmes endroits que les aliments mal digérés : dans le foie, les tissus adipeux, les articulations, la lymphe », explique Gilles Marin, qui a étudié auprès du maître thaïlandais avant d’exporter le Chi Nei Tsang en France et aux États-Unis.

Le Chi Nei Tsang détoxique l’organisme et fortifie le système immunitaire. Global, le soin agit bien sûr sur la sphère digestive, mais aussi respiratoire, cardio-vasculaire, lymphatique, endocrinienne, urinaire et reproductive. Il est indiqué en cas de tensions abdominales, brûlures d’estomac, fatigue, mal de dos, sommeil agité, migraines, douleurs menstruelles, difficultés sexuelles, sensations de respiration comprimée.

Un regain d’énergie

Restructurant, il révèle des tensions profondes, parfois sédimentées depuis plusieurs années. On ignore trop souvent que les problèmes posturaux chroniques peuvent résulter de déséquilibres viscéraux. Le Chi Nei Tsang sera alors utile pour soulager les douleurs du cou, du dos, des épaules, des jambes et des pieds. Il complète parfaitement les protocoles allopathiques et optimise la convalescence après une opération. À la clé, un regain d’énergie et une réceptivité plus fine à son corps et à ses besoins.

Pour accompagner le processus, le praticien invite la personne à être actrice de son mieux-être par une respiration consciente et la pratique des « six sons de guérison ». Ces six types d’expirations (telles que « sssss », comme le serpent qui siffle, ou « tchouuuu », comme le vent) possèdent un potentiel vibratoire qui participe du nettoyage des organes. On ne cherche pas à réparer, mais à se placer dans une écoute, à amener la conscience dans les zones du corps en souffrance. La respiration abdominale permettra d’entrer en contact de manière plus lucide avec ses entrailles et ses entraves. Une porte vers l’énergie de guérison contenue, disponible, en chacun.

(Article paru dans Alternative Santé nº 49)

En aucun cas les informations et conseils proposés sur ce site ne sont susceptibles de se substituer à une consultation ou un diagnostic formulé par un médecin ou un professionnel de santé, seuls en mesure d’évaluer adéquatement votre état de santé

Envie d’essayer le Chi Nei Tsang ?

La séance débute par un échange verbal au cours duquel vous exposez la/les raison/s de votre venue, ou simplement votre état d’esprit du moment, ou encore ce qui se présente dans l’instant. Une séance vous offre également un moment privilégié d’écoute de vous-même, de vos tensions et de vos émotions, dans l’espace-temps qui se crée, propice à une auto-guérison de l’intérieur qu’il vous est possible d’amorcer.

Durée d’une séance de Chi Nei Tsang: 1h30 ou 2h ou 2h30, temps d’échange sur place compris
Tarifs : 1h30 (140€) – 2h (180€) – 2h30 (220€)
[pour un 1er rdv prévoir au moins une séance de 2h]
(possibilité de forfaits multi-séances à tarifs dégressifs)
Climat de confiance, respect, bienveillance et non-jugement garanti.

Uniquement sur RDV: par mail à info@generationqigong.com ou en message privé Facebook (https://www.facebook.com/generation.qigong) ou via réservation enligne: https://live.vcita.com/site/generation.qigong/online-scheduling

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région 
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Stress et énergétique traditionnelle chinoise

Le stress, par définition, constitue « l’ensemble des réponses mentales, émotionnelles et physiques de l’organisme soumis à des contraintes ou des pressions.  Ces réponses dépendent toujours de la perception qu’à l’individu des pressions qu’il ressent. » – wikipedia

Autrement dit, selon comment un individu perçoit des contraintes ou pressions provenant de l’environnement, il va générer un ensemble de réactions aux trois plans de son existence, soit mental, émotionnel et physique.

Le stress n’est donc pas quelque chose de négatif en soi.  Le stress est une invitation à se mettre en mouvement, afin de résoudre un état de tension. Cette tension est inhérente à notre existence puisque la vie est à chaque instant renouvelée, par le mouvement et l’impermanence.  Je ne suis pas la personne que j’étais et ni celle que je serai.  Dans les traditions asiatiques, la rivière est souvent utilisée métaphoriquement à cette fin : « est-ce que la rivière que je regarde maintenant est la même que celle il y a un instant? »

Afin de nous accorder avec ce principe vital, nous devons rester nous-même toujours en mouvement.  La définition même de la santé, selon la vision chinoise, est la libre circulation de l’énergie, au niveau physique, émotionnel et mental.

Nous restons en mouvement par:

  • L’action d’ordre physique : On aide quelqu’un en détresse, on fait du ménage lorsque c’est nécessaire, on travaille pour avoir de l’argent.
  • L’action d’ordre mental/émotionnel : face à ce qu’on ne peut changer (que ce soit une croyance ou une réalité), nous changeons de perception. Souvent, pour trouver résolution, nous devons nous laisser porter par une perception qui nous inclus dans quelque chose de plus vaste que soi. Les phrases clés « c’est le destin », « tout chose arrive pour une raison », « le temps arrange les choses »,  en sont des exemples fameux.

Lorsque nous ne sommes pas en mouvement, nous entrons dans un état de stagnation.  Cela est la base sur laquelle tout phénomène pathologique se construira selon la médecine chinoise.

Pathologie

Le premier organe qui sera affecté par la stagnation d’énergie est le Foie.

Cela s’explique par le fait qu’en médecine chinoise, selon la théorie des 5 phases, le Foie appartient à la phase Bois: le Bois est cette force émergente qui arrive au printemps suite à la latence hivernale.  Il représente le mouvement même, tant au niveau physique (les muscles et les tendons qui permettent au corps de se mouvoir) que mental (il est l’aspect de la psyché qui constitue les allées et les venues de la conscience, ainsi que la conscience qui sort du corps la nuit pour atteindre le monde du rêve: on l’appelle le Hun en médecine chinoise).

Ce qui correspond au Bois est donc,

  • Dans la Nature : le printemps, le vent (on connaît bien l’expression « un vent de changement »)
  • Dans l’Homme : le Foie, les yeux (le Hun utilise le sens visuel pour capter l’information et la ramener vers soi pour être intégrée), les muscles et les tendons.

Le Foie en stagnation donnera des symptômes, comme tous les organes, d’ordre mental, émotionnel, et physique.  Voici sous forme de petit questionnaire les symptômes typiques de la stagnation du Qi (énergie) du Foie :

SPHÈRE DU FOIE

  • J’ai souvent l’impression que la vie est injuste
  • On dit de moi que je suis colérique
  • Souvent je suis irritable et je ressens de la frustration
  • Mes trapèzes sont tendus
  • Mon cou est tendu
  • J’ai souvent des maux de tête, parfois des migraines
  • Je sens comme un nœud dans ma poitrine
  • J’ai parfois une boule à la gorge
  • Mes règles sont douloureuses, j’ai tendance à avoir des crampes
  • Mon cycle menstruel est irrégulier

À long terme, la stagnation de l’énergie du Foie se transformera en chaleur.  Comme il est le principal réservoir de sang dans le corps, il transmettra sa chaleur au liquide rouge, qui circulera et causera alors:

L’inflammation dans les vaisseaux sanguins.  Pour tenter de réduire l’inflammation, le corps produira des mucosités (plaques d’athéromes) qui éventuellement pourraient bloquer les artères.

Des symptômes de chaleur/brûlure un peu partout dans le corps et sur la peau (syndrome de chaleur du sang)

Lorsque le Foie est en stagnation, il n’hésitera pas à affecter d’autres organes, toujours selon la logique des 5 phases.  

Il pourra attaquer la sphère digestive, la Rate/Estomac :

Sa fonction de transport et transformation des aliments et liquides est alors compromise

SPHÈRE DE LA RATE/PANCRÉAS

  • J’ai tendance à me soucier beaucoup pour rien
  • Mes pensées ont tendance à tourner en rond sans arrêt
  • Je suis fatigué
  • Je ressens moins la faim depuis un certain temps
  • Ma digestion est fragile
  • J’ai des ballonnements, des gaz
  • Mes selles sont plus molles que d’habitude.  J’ai parfois même la diarrhée
  • J’ai des brûlures d’estomac

Il pourra évacuer son excès vers le Cœur :

SPHÈRE DU COEUR

  • Je ressens moins la joie qu’à l’habitude
  • Je ris beaucoup quand je suis nerveux
  • On me dit que je parle trop vite
  • Je me sens fébrile, agité, je sursaute facilement
  • J’ai de la difficulté à me concentrer. Ma mémoire est moins bonne qu’elle l’était.
  • Mon sommeil est léger, j’ai une tendance à l’insomnie
  • J’ai souvent des bouffées de chaleur au visage
  • Je sens mon cœur battre dans ma poitrine quand je suis nerveux

Il pourra également attaquer le Poumon :

SPHÈRE DU POUMON

  • La tristesse est une émotion que je ressens souvent
  • J’ai peu envie de parler, ma voix n’est pas forte
  • J’attrape souvent le rhume
  • Ma respiration est difficile
  • Je tousse
  • Je transpire facilement, au moindre effort

Finalement, il pourra affecter la sphère du Rein :

SPHÈRE DU REIN

  • J’ai l’impression d’avoir perdu ma volonté, ma détermination
  • Je me sens déprimé
  • J’ai moins de désir sexuel qu’avant
  • Je ressens facilement la peur ou l’anxiété
  • Les gens autour de moi me disent que je paranoïe facilement
  • J’ai mal au bas du dos
  • Je me lève quelques fois par nuit pour uriner
  • Je transpire la nuit

Chaque individu aura une tendance constitutionnelle à être affecté au niveau d’un Organe plutôt qu’un autre.  L’apprentissage essentiel est alors de développer la Vertu qui correspond à notre Organe en faiblesse.

Pour le Bois : l’excès de colère, l’arrogance, l’irritabilité devra être maîtrisée par l’émerge la Bonté

Pour le Métal : la tristesse, la léthargie, le deuil doit être surmontée pour développer l’Intégrité et la transparence

Pour le Feu : l’excitation fébrile, l’agitation anxieuse, la joie non-authentique devra être calmée et de la se développera un sens de l’Ordre.  Cet Ordre sera la capacité à éprouver de la joie et du bonheur tout en ayant un sens clair des limites.

Pour la Terre : le souci, les pensées obsessives devront se calmer et ainsi arrivera la Confiance

Pour l’Eau : La peur, la Terreur, la paranoia devra être utilisée pour développer la Sagesse

Puisque à cet égard, notre destinée nous dicte l’opposé de notre Nature, il sera de notre ressort de développer la Vertu associée à notre faiblesse constitutionnelle.  Ainsi, nous accomplirons l’intégralité de notre chemin de vie.

★──💥──★

Prendre un moment pour soi, dans le calme profond, la douceur et la bienveillance.
Je vous propose des séances où vous irez à la rencontre de vous-mêmes, guidés par des pratiques ancestrales chinoises: Qi Gong, Énergétique chinoise, Massage Chi Nei Tsang, Harmonisation énergétique, Ventouses, Acupression, Méditation, Relaxation profonde, …
J’applique un protocole unique en son genre, combinant plusieurs techniques chinoises s’adressant au mental et au physique afin « d’habiter » votre corps en conscience, dans le calme, le souffle dans le corps, l’esprit sur le souffle.
Vous sortez de cette consultation dans un état de grande détente physique et psychique, les traits reposés. Bien dans votre peau…
Les effets s’amplifient encore pendant quelques jours après le soin. Pour entretenir et approfondir le résultat, il est bénéfique de réserver 3-4 séances à quelques semaines d’intervalle et de venir ensuite régulièrement, à chaque changement de saison ou quand vous en sentez le besoin.

★──💥──★

Sur RDV: enligne https://live.vcita.com/site/generation.qigong/online-scheduling ou par mail à info@generationqigong.com ou en message privé
https://www.facebook.com/generation.qigong/

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région 
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Zu San Li, le point des centaines de maladies : Voici ce qui se passe quand vous le massez !

36E : Zu San Li (36 Estomac) -> Le point le plus important pour l’entretient de la santé…

Zu San Li - 36E

Dans la médecine traditionnelle chinoise, le corps est considéré comme un système de vitalité,  le massage peut donc influencer le flux de vitalité et le bon fonctionnement des organes. Le point Zu San Li est connu comme  « le point de la longévité » en Chine , et « le point des centaines de maladies » au Japon.

Où se trouve ce point magique?

Le point de la longévité se trouve sous la rotule. Pour le trouver, vous devez couvrir votre genou avec la paume de la main. Le point se trouve entre les extrémités du petit doigt et de l’annulaire, c’est comme une petite égratignure entre les os. Vous pouvez également le trouver en vous asseyant sur le sol, et en appuyant vos pieds sur le sol en les ramenant vers vous, sans lever les talons. Sous le genou il y a une zone plus élevée. Détecter le point le plus haut, mettre le doigt dessus, et levez vous. Le point sur lequel votre doigt est pressé est le point Zu San Li.

Quel est le rôle de ce point pourquoi les Japonais l’appellent–ils le point d’une centaine de maladies?

Le point Zu San Li permet:

  • Le bon fonctionnement des organes de la partie inférieure du corps.
  • Le bon fonctionnement de la moelle épinière dans les parties qui sont en charge du tractus gastro-intestinal, du traitement des voies, des organes génitaux, des reins et des organes surrénaux.
  • Il libère de l’adrénaline, de l’hydrocortisone et d’autres hormones essentielles pour le sang.
  • La stabilisation de la pression artérielle
  • La stabilisation du taux de glucose et de l’insuline
  • Régler le système immunitaire
  • Éliminer les inflammations de l’organisme
  • Améliorer la digestion
  • Traiter les impacts d’un accident cérébral
  • Guérir les maladies de l’appareil digestif

Le frottement de ce point vous aidera à avoir confiance en vous, vous débarrasser de l’anxiété et de la pression et de retrouver une harmonie intérieure.

En frottant ce point, vous pouvez guérir de nombreux maux, y compris le hoquet, la constipation, la gastrite, l’incontinence.

Comment procéder?

Il est idéal pour frotter le point Zu San Li tous les matins, avant de déjeuner, 9 fois dans un mouvement circulaire dans le sens des aiguilles d’une montre sur chaque jambe. Vous devriez le faire pendant 10 minutes.

Avant de commencer à frotter, vous devez prendre une position assise relâchée. Calmez votre respiration et de concentrez-vous sur vos émotions.  Vous pouvez frotter le point avec vos doigts ou avec un grain (sarrasin, avoine, riz, etc …).

En outre, vous pouvez placer une demi-gousse d’ail et la laisser pendant 1 à 2 heures (jusqu’à ce que la peau devienne rouge). Le frottement du point Zu San Li de nuit est idéal pour réduire le poids de 400 à 500 grammes par semaine. Ne pas frotter juste avant d’aller dormir car cela peut troubler le sommeil.

Vous pouvez frotter le point Zu San Li constamment, mais cela aura un meilleur impact pendant la nouvelle lune.

  1. Huit jours après le début de la nouvelle lune, frottez ce point dans la matinée sur chaque jambe dans le sens de l’aiguille d’une montre. C’est le meilleur moment pour frotter le point, gardant à l’esprit l’objectif final de fortifier le système immunitaire, améliorer le travail de tous les organes et de faciliter le processus de vieillissement.
  2. Avant le déjeuner, frottez le point sur chaque jambe dans le sens des aiguilles d’une montre, de manière à améliorer la mémoire, le travail du système cardio-vasculaire et le système digestif.
  3. Après le déjeuner, frottez le point en même temps sur les deux jambes, pour prévenir  l’anxiété, la nervosité et l’irritabilité, les migraines et les troubles du sommeil.
  4. La nuit, frottez dans le sens contraire aux aiguilles d’une montre, gardant à l’esprit l’objectif final  d’améliorer la digestion et de perdre du poids.

Sources:

http://www.sante-nutrition.org
Healthy Food House
Eddenya

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

The Effects of Qi Gong on Depression, Anxiety and Psychological Well-Being: A Systematic Review and Meta-Analysis

The Effects of Qi Gong on Depression

Abstract

Introduction. The effect of Qi Gong on psychological well-being is relatively unknown. This study systematically reviewed the effects of Qi Gong on anxiety, depression, and psychological well-being. Methods. Using fifteen studies published between 2001 and 2011, a systematic review was carried out and meta-analyses were performed on studies with appropriate homogeneity. The quality of the outcome measures was also assessed. Results. We categorized these studies into three groups based on the type of subjects involved as follows: (1) healthy subjects, (2) subjects with chronic illnesses, and (3) subjects with depression. Based on the heterogeneity assessment of available studies, meta-analyses were conducted in three studies of patients with type II diabetes in the second group, which suggested that Qi Gong was effective in reducing depression (ES = −0.29; 95% CI, −0.58–0.00) and anxiety (ES = −0.37; 95% CI, −0.66–0.08), as measured by Symptom Checklist 90, and in improving psychological well-being (ES = −0.58; 95% CI, −0.91–0.25) as measured by Diabetes Specific Quality of Life Scale. Overall, the quality of research methodology of existing studies was poor. Conclusions. Preliminary evidence suggests that Gigong may have positive effects on psychological well-being among patients with chronic illnesses. However the published studies generally had significant methodological limitations. More high-quality studies are needed.

1. Introduction

The word “Qi Gong” is a combination of two concepts: “Qi,” the vital energy of the body, and “gong,” the skill of working of the Qi. Together, Qi Gong (or Chi Kung) means cultivating energy []. Qi Gong is based on Taoist philosophy and traditional Chinese medicine theories to cultivate Qi. It has a history of several thousand years, and is a highly popular practice, particularly in China, for health maintenance, healing, and increasing vitality []. Qi Gong can be divided into various categories such as static Qi Gong, dynamic Qi Gong, internal Qi Gong (neiqi), and external Qi Gong (waiqi) [].

Qi Gong exercises consist of a series of orchestrated practices including body posture, movement, breathing, and meditation, all of which have been designed to enhance Qi function—that is, to draw upon natural forces to optimize and balance energy within, through the attainment of deeply focused and relaxed states []. An overview of the research literature pertaining to internal Qi Gong yields more than a dozen forms that have been studied on their effects on health outcomes, including Guo-lin, Chun-Do-Sun-Bup, Vitality or Bu Zheng Qi Gong, Eight Brocade, and Medical Qi Gong []. As a form of gentle exercise, Qi Gong is composed of repetitive movements that are used for strengthening and stretching the body, increasing circulation of various fluids (blood, synovial, and lymph), enhancing balance, and building awareness of how the body moves through space []. From the perspective of Western philosophy and science, it could be hypothesized that Qi Gong, like other meditation techniques, elicits the Relaxation Response and alleviates the dysregulation of the hypothalamic-pituitary-adrenal axis []. The potential psychological benefits derived from the practice of Qi Gong may include relaxation, exposure, desensitization, deautomatization, catharsis, and counterconditioning [].

As a form of complementary and alternative medicine, Qi Gong has been used to treat medical conditions such as high blood pressure [], bone loss [], and weight-loss maintenance []. Short-term Qi Gong training appears to improve functions of the respiratory [] and immune systems []. Various health claims about Qi Gong have been made for: hypertension [], Parkinson’s disease [], Type II diabetes [], cancer [], cardiac disease [], pain reduction among post-surgery patients, and patients with injury, arthritis, and fibromyalgia [].

Several Qi Gong review articles have been published, which mainly focus on the effects of Qi Gong on specific medical conditions such as hypertension [], cancer [], and geriatric patients []. However, for health practitioners, it is still unclear whether Qi Gong can be recommended as an effective therapy for emotional problems and for improving psychological well-being. The purpose of this meta-analysis was to systematically review the effects of Qi Gong on psychological outcomes. Due to the limited number of studies in this area, we reviewed Qi Gong studies which reported on a relatively wide spectrum of outcomes including mood, anxiety, psychological well-being, self-efficacy, and quality of life.

2. Materials and Methods

2.1. Data Searches and Study Selection

Since many Qi Gong studies were conducted in China and published only in Chinese language journals, the authors included three researchers from China and five researchers from the U.S. Electronic relevant publications from both Chinese and English databases were reviewed. Two reviewers searched and screened the titles and abstracts of the studies identified by the search against the eligibility criteria for English databases independently. One reviewer searched and screened the studies in Chinese. For potentially eligible studies, the full text publications were obtained and criteria reapplied. Disagreement was resolved by discussion. A professional librarian was consulted in our search process.

Research articles published in English on the effects of Qi Gong on mood and depression were identified from the following databases: from the inception to 2011 on Medline, PubMed, PsycINFO, Cochrane Reviews, Ovid, EBSCOhost, and all of the journals in the Harvard Countway Library of Medicine. Research articles published in Chinese on the effects of Qi Gong on mood and depression were identified from the following Chinese databases: from the inception to 2011 on CNKI, Wan Fang Med Online, and VMIS. For English databases, the key words used included a combination of MeSH and free text terms: “Qigong/Qi Gong/Gong, Qi/Ch’i Kung/Kung, Ch’i”, “mood,” “depression,” “anxiety,” “emotional well-being,” and “psychological well-being” as main subject headings, text words in titles, and abstracts. For Chinese databases, the key words used included equivalent Chinese terms as main subject headings, text words in titles, and abstracts.

According to the selection criteria, interventions were restricted to Qi Gong. Other psychological interventions such as yoga and meditation were excluded; mixed interventions (e.g., acupuncture and Qi Gong in combination) were excluded (as described in Figure 1). The primary outcomes evaluated were psychological, with particular emphasis on mood, anxiety, depression, self-efficacy, and quality of life.

Figure 1

Flow chart of the study selection process.

To be included in the meta-analyses, studies needed to have either a randomized controlled trial (RCT) or quasi-experimental (Q-E) design. The process of study selection was described in Figure 1. A study was operationally defined as RCT in this paper if the allocation of participants to treatment and comparison groups was reported to be randomized. If allocation of participants was done through a systematic sequence (e.g., alternate days of the week) without randomization, the study was operationally defined as having a Q-E design in this paper. Studies that did not use any type of comparison group, or did not report any comparison results between groups, or used mixed interventions were excluded. Duplicate publications were also excluded. Titles and abstracts gathered from the databases were first reviewed for relevance to this paper. The full text of papers that met the inclusion criteria were then obtained, and findings were summarized.

2.2. Data Extraction and Quality Assessment

We assessed the characteristics of the original research and extracted data accordingly. Some basic information was collected based on date of publication, study sites, language of study, and clinical domains (see Table 1). The methodological quality of RCTs was evaluated based on six criteria: adequate sequence generation, allocation concealment, blinding which including the blindness adopted during the conduct and analysis of the studies, completeness of outcome data, selective reporting, and other potential biases, for which the compliance assessment, similarity of comparison groups at baseline and appropriateness of the statistical analyses should be assessed [] (Table 2).

Table 1

Summary of Qi Gong studies reviewed.

Table 2

Methodological quality of Qi Gong studies reviewed.

Findings of 15 studies were tabulated regarding sample characteristics (i.e., total sample size, age, gender, number of participants in Qi Gong group), duration, intervention style, design of control measures being used, and main outcomes (Table 3). Two reviewers extracted data and assessed the quality of each study independently. Strength of interreviewer agreement was expressed using Cohen k coefficient []. Disagreement was initially resolved by discussion. When related data were not provided in articles, trial authors were contacted through e-mail or phone.

Table 3

Summary of Qi Gong studies reviewed 2.

2.2.1. Assessment of Heterogeneity

If substantial clinical, methodological, or statistical heterogeneity existed, study results were not combined by means of meta-analysis. Clinical heterogeneity usually came from patients’ characteristics (age, gender, etc.). Methodological heterogeneity refers to differences between studies in terms of methodological factors, such as sequence generation and concealment of allocation []. If the studies did not have these heterogeneities, we performed a meta-analysis and determined whether they showed statistical heterogeneity by visually inspecting the forest plots and by using a standard χ 2-test with a significance level of α = 0.1, given the low power of such tests. Statistical heterogeneity was specifically examined with I 2 [], where I 2 values of 50% or more indicate a substantial level of heterogeneity []. When heterogeneity was found, we attempted to determine potential reasons for it by examining individual study characteristics.

2.2.2. Assessment of Reporting Biases

Because all 15 studies we reviewed had small samples, funnel plots were used in an exploratory analysis to assess the potential existence of small study bias if 9 or more studies were included in one meta-analysis. If less than 9 studies were included in the meta-analysis, we considered that a potential risk of selective reporting existed [].

2.2.3. Data Statistical Analysis and Quality Assessments of Outcome Measures

Since all outcomes were continuous variables, if the same measurement was used across studies, effect size (ES) was determined by calculating the mean difference between groups. If the same underlying concept was measured but different outcome measurements were used, ES was determined by calculating the standardized mean difference between groups.

Because of the different trials implemented various styles of Qi Gong, if any trials with three or more treatment arms were identified, we made two assumptions for the analysis. Firstly, if the trial was comparing two or more styles of Qi Gong versus control, then the data for those Qi Gong arms were combined to give one comparison of Qi Gong intervention versus control for that trial.

Secondly, if the trial was comparing Qi Gong versus two or more controls, then the data for those control arms were kept separate, and the data for that trial were included in the appropriate control categories.

Overall outcome was assessed by pooling the ES of each study. In view of the heterogeneity, random-effects model was used for pooling. All analyses were conducted using Review Manager 5 (Version 5.0; The Chinese Cochrane Centre, The Cochrane Collaboration; Chengdu, China). We assessed the quality of the outcome of measures using GRADE profiler version 3.

3. Results

3.1. Study Description

Fifteen studies published between 2001 and 2011 were included in this systematic review. Of these, 6 were published in Chinese and identified from Chinese databases [] and 9 were published in English and identified from English databases []. Disagreement for articles included was on 5 of 20. They were excluded after discussion.

Only one of these studies was conducted in the United States; the majority (n = 9) of the remaining studies were conducted in China, including Hong Kong. In six studies, effects of Qi Gong interventions were examined in healthy adults without any specific medical conditions. The majority of the studies, however, targeted individuals with a variety of chronic conditions, including diabetes (n = 4), depression (n = 1), cancer (n = 1), and hypertension (n = 2) (Table 1).

Table 2 presents the methodological quality of the 15 studies reviewed. All studies, with the exception of one Q-E study [], were RCTs. Ten studies used a two-arm design with one intervention and one control group, and the remaining four adopted a three-arm design which used either a different type of Qi Gong [] or a psychoeducational group [] as the second comparison group. The interrater agreement as measured by kappa (κ) was 0.901 (P < 0.0005).

Seven studies described the randomization process. One study reported that the randomization was performed by a statistician who had prepared a randomization list before the study started []. Four studies reported that the randomization was performed through the use of computer-generated numbers []. Two studies used a random-number table []. The other seven studies did not clearly report the process of randomization []. One study allocated the participants according to their place of residence [], which cannot be considered a sufficient randomization. Two studies specified allocation concealment by using the allocation sequences sealed in opaque envelopes [].

Blinding was described in only three studies. One study adopted a single blind run-in period []. Another study reported that the treatment order was randomly determined and subjects did not know their treatment []. The other study adopted a double-blind method as to group assignment of treatment procedure []. Blinding the participants to the allocation was not adopted in one study while the other blindness such as study analysis was not described clearly []. The majority of studies addressed incomplete outcome data. Three studies used intention-to-treat analyses []. Eight studies reported the number of drop-outs and related reasons []. Three studies reported the number of drop-outs, but did not explain the reasons for drop-outs []. Two studies described the periods of follow-up []. Through careful reading of the study and contacting the study authors for additional information, we tried to examine whether there was selective reporting of outcomes. Two studies reported all outcome measurements []. One study did not address all of the outcomes []. For the majority of the studies, the existence of selective reporting could not be determined due to inadequate information.

Five studies described the methods to evaluate the adherence of patients to intervention []. Comprehensive comparisons of demographic and baseline information were presented in eight studies [], two of which reported that some demographic characteristics were unbalanced among comparison groups at baseline []. The statistical methods in all of the included studies were considered appropriate for the analyses performed.

Table 3 summarized the 15 studies with regard to effects of Qi Gong on psychological well-being outcomes. The study sample sizes ranged from 20 to 162, with a total of 1154 research participants. Among them, 593 subjects received Qi Gong intervention. All studies recruited participants aged 18 years and up with the majority in their middle adulthood. Two studies targeted participants aged 65 and older [], and one study recruited young adults in college settings []. Most studies include mixed gender groups, though one study included males only [].

The durations of the interventions ranged from 70 minutes to 4 months. Interventions of 3-4 months’ duration appeared to be the norm for demonstrating changes while maximizing study enrollment and adherence. Among the Qi Gong intervention studies, the most popular form was the “Eight Section Brocade Exercise.” During and outside of group practice sessions, peer learning and discussions to facilitate social interaction and mutual support were encouraged since these may be important therapeutic ingredients. In most of the studies, control groups received treatment as usual and routine medical check-up. Three studies utilized a waitlist as the control group [].

While all included studies reported on psychological outcomes, only the study by Tsang et al. targeted participants with a psychiatric disorder []. The remaining studied either healthy subjects or subjects with chronic medical conditions, and examined psychological factors as secondary goals of the study.

The most frequently reported psychological benefits were decreased depressive symptoms and improved mood, reported in seven studies [], as evidenced by scores on depression scales (e.g., Hamilton Depression Severity Index-17, Self-Rating Depression Scale, Center for Epidemiological Studies Depression Scale, etc.). Depression was shown to improve significantly in studies comparing Qi Gong to an inactive control, newspaper reading [], usual care, psychosocial support, or stretching/education controls []. General measures of mood (e.g., Profile of Mood States) improved significantly for those practicing Qi Gong compared to a wait-list control group []. In two studies, depressive symptoms improved, but the change was not statistically significant, for both Qi Gong and for exercise comparison groups [].

Participants in the intervention groups also demonstrated reduced anxiety [], as assessed by scales such as the Self-Rating Anxiety Scale. Anxiety decreased significantly for participants practicing Qi Gong compared to an active exercise group [].

Three studies reported statistically significant improvements in somatic symptoms among the intervention group as evidenced by scales such as the Symptom Checklist-90 and Somatization Scale []. In these studies, participants also reported lower perceived stress and intensity of pain compared with the control group.

Some studies employed measures of physical health and biomarkers, including blood pressure [], cholesterol levels [], fasting blood sugar [], and triglycerides []. In one study examining biomarkers related to stress response, norepinephrine, epinephrine, and blood cortisol levels were significantly decreased in response to Qi Gong compared to a wait-list control group [].

Improvement of overall quality of life (QOL) was the second most frequently mentioned benefit reported in six studies []. In studies with heterogeneous participants (including healthy adults, patients with cancer, post-stroke, arthritis, etc.), at least one of the components of QOL was reported to be significantly improved by Qi Gong compared to newspaper reading [] or traditional remedial rehabilitation []. In one study, Qi Gong showed improvements in QOL compared to an exercise intervention, but the results did not reach statistical significance []. With a few exceptions, the majority of studies indicate that Qi Gong holds great potential for improving QOL in both healthy and chronically ill patients.

Self-efficacy was generally assessed in the RCTs as a secondary outcome related to the problem area under investigation (e.g., efficacy to manage a disease or pain symptom, or in the case of falls among the elderly, feeling more confident that one will not fall). The perceived ability to handle stress or novel experiences [] and exercise self-efficacy [] were found to be enhanced in the Qi Gong intervention groups relative to control groups.

3.2. Meta Analyses for Three Subgroups

We categorized the studies into three groups based on the type of subjects for further analysis as follows: (1) healthy subjects, (2) subjects with chronic illnesses, and (3) subjects with depression. Only one RCT recruited subjects with depression [] and therefore no meta-analysis was needed for this group. Six RCTs were included in the group of studies with healthy subjects []. Meta-analysis was not performed in this group. One study recruited only male participants, which made it hard to compare to other studies []. Another study used a crossover design with each participant serving as his or her own control without a separate comparison group []. The remaining four studies used different groups as controls, including a lecture [], Tai Chi and fitness Yangko [], a waitlist [], and an unclearly described control [].

Eight RCTs were included in the group of studies of patients with chronic illnesses []. Five studies were excluded from the meta-analysis. One study was quasi-experimental [], and another study had a high dropout rate (32% in the intervention group and 35% in the control) []. The other three studies were excluded since they used a different control group than the three RCTs included in meta-analysis, which used treatment as usual and no Qi Gong intervention as control. Three of the excluded studies used the following control conditions—conventional exercise [], traditional remedial rehabilitation under the supervision of qualified professionals [], and health education [].

After assessment of heterogeneity and consideration of the choices of varying control groups used in different studies, meta-analysis of outcomes related to depression measured by Symptom Checklist 90 (SCL-90) were performed on the remaining three RCTs of patients with type II diabetes []. Baseline characteristics were reasonably well balanced between the Qi Gong group and the control group for the three trials. At endpoint, there were a significant differences between the two groups on obsessive-compulsive, depression, anxiety and anger-hostility in Wang’s study, on somatization in Lin’s study, and on phobic anxiety in Zhang’s study (P < 0.05). Results of the individual trials for SCL-90 are presented in Table 4.

Table 4

Results of trials included in meta-analysis on symptoms of SCL-90 and psychological health of DSQL in subjects with chronic illnesses.

We found significant differences between groups (ES = −0.29, 95% CI, −0.58–0.00), with I 2 = 0% (Figure 2(e)). Meta-analysis of outcomes related to anxiety were also performed in the same three studies []. We found significant differences between groups (ES = −0.37; 95% CI, −0.66–0.08), with I 2 = 0% (Figure 2(f)).

Figure 2

Effects of Qi Gong on symptoms of SCL-90 and psychological health of DSQL in subjects with chronic illnesses.

Besides depression and anxiety, meta-analysis of other symptoms of SCL-90 were also performed in the same three studies. We found significant differences between groups in total SCL-90 score (ES = −0.49; 95% CI, − 0.78 to −0.20), somatization (ES = − 0.52; 95% CI, − 0.81  to −0.23), obsessive-compulsive (ES = −0.35; 95% CI, − 0.64 to  −0.06), interpersonal sensitivity (ES = −0.39; 95% CI, −0.68 to −0.10), anger-hostility (ES = −0.48; 95% CI, −0.80 to −0.17), phobic anxiety (ES = −0.30; 95% CI, −0.58 to −0.01), psychotism (ES = −0.53; 95% CI, −0.83 to −0.24) and paranoid ideation (ES = −0.33; 95% CI, −0.62 to −0.05). All the above outcomes were with I 2 = 0% (Figures 2(a)2(d)2(g)2(j)).

Two RCTs were included in the meta-analysis of psychological health measured by Diabetes Specific Quality of Life Scale (DSQL) []. Baseline characteristics were reasonably well balanced between the Qi Gong group and the control group for the two trials. At endpoint, there was a significant difference between the two groups on psychological health (P < 0.05). Results of the individual trials for DSQL are presented in Table 4.

We also found significant differences between groups (ES = −0.58, 95% CI, −0.91−0.25), with I 2 = 0% (Figure 2(k)). Data synthesis showed that Qi Gong was effective in reducing depression and anxiety and improving psychological well-being among subjects with type II diabetes. Yet the quality of the outcomes measures used in these studies was low (Table 5).

Table 5

Quality assessment of outcome measures in subjects with chronic illnesses.

4. Discussion

The studies in this paper demonstrated that Qi Gong may have beneficial effects for a variety of populations on a range of psychological well-being measures, including mood, anxiety, depression, general stress management, quality of life, and exercise self-efficacy. The movements of Qi Gong is relatively easy to learn, when compared to other mind body traditions []. Hence, people from diverse backgrounds practice Qi Gong for a variety of reasons, including exercise, recreation, well-being, self-healing, meditation, self-cultivation, and training for martial arts. We see a great potential for Qi Gong to be integrated for the prevention and treatment of various chronic illnesses, including psychiatric disorders.

This systematic review highlights the mood and psychological effects of Qi Gong in addition to its physical effects. The outcomes of the three selected studies showed improvements in psychological well-being, especially when the control intervention does not include active interventions such as exercise. These studies used SCL-90 to measure the pre- and post-outcomes related to Qi Gong intervention. While SCL-90 is a widely used and well validated measure for psychological outcomes, it is important to point out that it does not provide information on clinical diagnoses of anxiety of depressive disorders. Due to the small number of studies available in this area, and the diverse outcomes used, we limited meta-analysis on patients with diabetes. With more relevant studies in the future, it will be informative to review separately, the anxiety and depressive outcomes among healthy subjects, patients with specific chronic illness (e.g., fibromyalgia, tension headache, etc.), and for patients with specific psychiatric disorders (e.g., generalized anxiety disorder, panic disorder, major depressive disorder, etc.).

Qi Gong practice usually involves doing Qi Gong (movements with breathing exercises and visualization), plus peer learning, social support, and positive expectation. All these could have beneficial effects to psychological well being and so all these are encouraged in Qi Gong practice. We have acknowledged that the outcomes of studying such Qi Gong practices will not provide us with the information on the question whether Qi Gong (movements with breathing exercise and visualization) alone is beneficial to psychological well being. Positive expectations or social interactions may add to effects related to the Qi Gong intervention, to form a multi-component mind-body practices instead of a single (Qi Gong) intervention.

In this paper, we included studies both from the Chinese and in English databases. We consider this approach a strength as many Qi Gong studies continue to be originated in China and published in Chinese language. While only one researcher performed literature search in Chinese which may lead to some biases, early Qi Gong research findings published before 2003 (in English), respectively, 2000 (in Chinese) have not been considered. This approach has substantially limited the literature base for the present review and consequently also its findings. The findings of this study should be interpreted in light of the methodological limitations of the studies reviewed. In both of the English and Chinese studies included in the review, most of them used treatment as usual (and one used a waitlist) for the control group. This may lead to bias since positive outcomes from the study could be due to positive expectations or social interactions rather than to the Qi Gong intervention. A sham treatment which offers social interaction and positive expectations from receiving an intervention could be a better control for these studies. It will also be important in future studies to control for what has been called the frustrebo effect (i.e., negative effects emanating from subject frustration in not receiving the kind of intervention they feel they need) [].

The majority of these RCTs were pilot studies on patients with chronic illnesses conducted to collect preliminary data on the efficacy of a group intervention to estimate the effect size needed for a larger, more definitive study. While the studies provided valuable data regarding feasibility and clinical efficacy, the use of a small sample could lead to instability of the outcomes, making it harder to generalize to other populations. In addition, many studies used inadequate blinding of the intervention, which could lead to more favorable responses among the Qi Gong intervention groups. Most of the cited studies did not provide data on whether participants continued to practice Qi Gong after the intervention period. Subsequently, long-term psychological effects of Qi Gong are unclear.

Generally, Qi Gong practices are considered safe, and there have been few published adverse events []. While Qi Gong induced psychosis has been reported The prevalence has been very low []. However, there have been no systematic reviews of its risks either. The potential risks of this practice may have been underestimated, reflecting underreporting of adverse events in studies and in practice. In sum, preliminary evidence from the current literature suggests that Qi Gong may have positive psychological effects for the chronically ill individuals with symptoms of depression and/or anxiety. However, the studies reviewed generally had significant methodological limitations. Future RCTs with rigorous research design based upon the CONSORT statements [] are needed to establish the efficacy of Qi Gong in improving psychological well-being and its potential to be used as interventions for populations with various clinical conditions.

Disclosure

The authors declare that they have no competing interests and no financial benefits to the authors. Each author’s contribution to this paper is as follows: H. Benson and G. Fricchione obtained funding from the U.S. Centers for Disease Control and Prevention for the study. W. Wang obtained funding from the Ministry of Science and Technology of the People’ Republic of China for the study. A. S. Yeung designed the study. F. Wang, J. K. M. Man, and E. Lee conducted the research. F. Wang conducted the meta-analysis. E. Lee, F. Wang, J. K. M. Man, and A. S. Yeung wrote the first draft of the paper. F. Wang, J. K. M. Man, E. Lee, T. Wu, and A. S. Yeung participated in the revision of subsequent drafts. All authors read and approved the final paper.

Acknowledgments

The research was partly funded by the following two projects: (1) U.S. Centers for Disease Control and Prevention: Grant no. 5R01DP000339. (2) The Ministry of Science and Technology of the People’ Republic of China: Grant no. 2008DFA32010. F. Wang and J. K. M. Man are cofirst authors; W. Wang and A. S. Yeung are cosenior authors.

References

1. Sancier KM. Therapeutic benefits of qigong exercises in combination with drugs. Journal of Alternative and Complementary Medicine1999;5(4):383–389. [PubMed]
2. Chodzko-Zajko W, Jahnke R. National Expert Meeting on Qi Gong and Tai Chi: Consensus Report.Champaign, Ill, USA: University of Illinois at Urbana-Champaign; 2005.
3. Zhang E. Chinese Qigong. 1st edition. Shanghai, China: Publishing House of Shanghai University of Traditional Chinese Medicine; 1990.
4. Jahnke R. The Healing Promise of Qi: Creating Extraordinary Wellness Through Qigong and Tai Chi.Chicago, Ill, USA: Contemporary Books; 2002.
5. Chen K, Yeung R. A review of qigong therapy for cancer treatment. Journal of International Society of Life Information Science2002;20(2):532–542.
6. Jahnke R, Larkey L, Rogers C, Etnier J, Lin F. A comprehensive review of health benefits of qigong and tai chi. American Journal of Health Promotion2010;24(6):e1–e25. [PMC free article] [PubMed]
7. Benson H. The Relaxation Response. New York, NY, USA: Harper Collins Publishers; 1975.
8. Murphy M, Donovan S, Eugene T. The Physical and Psychological Effects of Meditation: A Review of Contemporary Research with a Comprehensive Bibliography. 2nd edition. Petaluma, Calif, USA: Institute of Noetic Sciences; 1997.
9. Lee MS, Lee MS, Choi ES, Chung HT. Effects of Qigong on blood pressure, blood pressure determinants and ventilatory function in middle-aged patients with essential hypertension. American Journal of Chinese Medicine2003;31(3):489–497. [PubMed]
10. Lee MS, Lee MS, Kim HJ, Choi ES. Effects of Qigong on blood pressure, high-density lipoprotein cholesterol and other lipid levels in essential hypertension patients. International Journal of Neuroscience2004;114(7):777–786. [PubMed]
11. Chen HH, Yeh ML, Lee FY. The effects of Baduanjin qigong in the prevention of bone loss for middle-aged women. American Journal of Chinese Medicine2006;34(5):741–747. [PubMed]
12. Elder C, Ritenbaugh C, Mist S, et al. Randomized trial of two mind-body interventions for weight-loss maintenance. Journal of Alternative and Complementary Medicine2007;13(1):67–78. [PubMed]
13. Lee MS, Jeong SM, Kim YK, et al. Qi-training enhances respiratory burst function and adhesive capacity of neutrophils in young adults: a preliminary study. American Journal of Chinese Medicine2003;31(1):141–148. [PubMed]
14. Manzaneque JM, Vera FM, Maldonado EF, et al. Assessment of immunological parameters following a qigong training program. Medical Science Monitor2004;10(6):CR264–CR270. [PubMed]
15. Lee MS, Lim HJ, Lee MS. Impact of qigong exercise on self-efficacy and other cognitive perceptual variables in patients with essential hypertension. Journal of Alternative and Complementary Medicine2004;10(4):675–680. [PubMed]
16. Lee MS, Lee MS, Kim HJ, Moon SR. Qigong reduced blood pressure and catecholamine levels of patients with essential hypertension. International Journal of Neuroscience2003;113(12):1691–1701.[PubMed]
17. Lee MS, Pittler MH, Guo R, Ernst E. Qigong for hypertension: a systematic review of randomized clinical trials. Journal of Hypertension2007;25(8):1525–1532. [PubMed]
18. Burini D, Farabollini B, Iacucci S, et al. A randomised controlled cross-over trial of aerobic training versus Qigong in advanced Parkinson’s disease. Europa Medicophysica2006;42(3):231–238. [PubMed]
19. Lee MS, Chen KW, Sancier KM, Ernst E. Qigong for cancer treatment: a systematic review of controlled clinical trials. Acta Oncologica2007;46(6):717–722. [PubMed]
20. Stenlund T, Lindström B, Granlund M, Burell G. Cardiac rehabilitation for the elderly: Qi Gong and group discussions. European Journal of Cardiovascular Prevention and Rehabilitation2005;12(1):5–11. [PubMed]
21. Lansinger B, Larsson E, Persson LC, Carlsson JY. Qigong and exercise therapy in patients with long-term neck pain: a prospective randomized trial. Spine2007;32(22):2415–2422. [PubMed]
22. Mannerkorpi K, Arndorw M. Efficacy and feasibility of a combination of body awareness therapy and qigong in patients with fibromyalgia: a pilot study. Journal of Rehabilitation Medicine2004;36(6):279–281. [PubMed]
23. Rogers CE, Larkey LK, Keller C. A review of clinical trials of tai chi and qigong in older adults. Western Journal of Nursing Research2009;31(2):245–279. [PMC free article] [PubMed]
24. Yang K. How to Write a systematic Review. Beijing, China: People’s Medical Publishing House; 2010.
25. Higgins JPT, Thompson SG. Quantifying heterogeneity in a meta-analysis. Statistics in Medicine2002;21(11):1539–1558. [PubMed]
26. Higgins JPT, Thompson SG, Deeks JJ, Altman DG. Measuring inconsistency in meta-analyses. British Medical Journal2003;327(7414):557–560. [PMC free article] [PubMed]
27. Cohen J. A coefficient of agreement for nominal scales. Educational and Psychological Measurement1960;20:37–346.
28. Huo R. Study on Effect of Qigong Baduanjin on Quality of Life and Depression of Patients With Type 2 Diabetes Mellitus Co-Morbid Depression in Community. Beijing, China: Beijing University of Chinese Medicine; 2010.
29. Jin X. The Comparison Study of Body-Building Among Health Qigong, Tai Chi and Yangko to the Elderly. Hebei, China: Hebei Normal University; 2010.
30. Wang F, Wang W, Zhang R, et al. Clinical observation on physiological and psychological effects of Eight-Section Brocade on type 2 diabetic patients. Journal of Traditional Chinese Medicine2008;28(2):101–105. [PubMed]
31. Zhang R. Clinical Study on Metabolism of Glucose and Lipid and SCL-90 of Type 2 Diabetic Patients With Insomnia. Beijing, China: Academy of Chinese Medical Sciences; 2008.
32. Lin Y. Effect of Different Qigong Practice in the Aspects of Psychological State, Life Quality and Glycometabolism in Patients With Type 2 Diabetes. Beijing, China: Academy of Chinese Medical Sciences; 2007.
33. Liu H, An H, Meng F, Hu B, Wei Y, Meng F. A survey about the effect of Eight-Section Brocade to the mental health of students in medical college. Medicine Society2008;21:63–64.
34. Cheung B, Lo JLF, Fong DYT, et al. Randomised controlled trial of qigong in the treatment of mild essential hypertension. Journal of Human Hypertension2005;19:697–704. [PubMed]
35. Griffith JM, Hasley JP, Liu H, Severn DG, Conner LH, Adler LE. Qigong stress reduction in hospital staff. Journal of Alternative and Complementary Medicine2008;14(8):939–945. [PMC free article][PubMed]
36. Johansson M, Hassmén P, Jouper J. Acute effects of Qigong exercise on mood and anxiety. International Journal of Stress Management2008;15(2):199–207.
37. Lee MS, Huh HJ, Hong S, et al. Psychoneuroimmunological effects of Qi-therapy: preliminary study on the changes of level of anxiety, mood, cortisol and melatonin and cellular function of neutrophil and natural killer cells. Stress Health2001;17:17–24.
38. Oh B, Butow P, Mullan B, et al. Impact of Medical Qigong on quality of life, fatigue, mood and inflammation in cancer patients: a randomized controlled trial. Annals of Oncology2010;21(3):608–614. [PMC free article] [PubMed]
39. Skoglund L, Josephson M, Wahlstedt K, Lampa E, Norbäck D. Qigong training and effects on stress, neck-shoulder pain and life quality in a computerised office environment. Complementary Therapies in Clinical Practice2011;17(1):54–57. [PubMed]
40. Tsang HWH, Fung KMT, Chan ASM, Lee G, Chan F. Effect of a qigong exercise programme on elderly with depression. International Journal of Geriatric Psychiatry2006;21(9):890–897. [PubMed]
41. Tsang HWH, Mok CK, Au Yeung YT, Chan SYC. The effect of Qigong on general and psychosocial health of elderly with chronic physical illnesses: a randomized clinical trial. International Journal of Geriatric Psychiatry2003;18(5):441–449. [PubMed]
42. Power M, Hopayian K. Exposing the evidence gap for complementary and alternative medicine to be integrated into science-based medicine. Journal of the Royal Society of Medicine2011;104(4):155–161.[PMC free article] [PubMed]
43. Chen Z, Yao J. Four cases report of psychosis induced by Qigong. China Medical Herald2010;7(6):130–131.
44. Xu W, Wang X, Tao W. A follow-up comparative study on 82 cases with mental disorders related to Qigong. Journal of Clinical Psychiatry2008;18(1):18–20.
45. Schulz KF, Altman DG, Moher D. CONSORT 2010 statement: updated guidelines for reporting parallel group randomised trials. British Medical Journal2010;340:p. c332. [PMC free article][PubMed]

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région 
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Médecine chinoise : Ce que la colère ou la tristesse peuvent faire à votre corps

Saviez-vous que certains états d’humeur comme la colère ou la tristesse peuvent sérieusement affecter votre organisme ? En effet, selon la médecine chinoise, les émotions trop intenses peuvent causer plusieurs maladies. Voici comment les émotions peuvent affecter votre corps.

Ce que la colère ou la tristesse peuvent faire à votre corps

La médecine traditionnelle chinoise constitue un ensemble de théories et de pratiques qui se concentrent sur l’humain et la santé. Cette médecine se base sur les principes suivants :

• Une base philosophique et symbolique
• Étudie le cœur, le corps et l’esprit comme un tout
• La santé d’un organe dépend de différents facteurs qui sont tous reliés entre eux
• Elle se base sur l’observation des vivants

Cette pratique a pour principal objectif de maintenir une bonne santé et de prévenir les maladies. La médecine chinoise aide également à traiter différents troubles, notamment les troubles digestifs, neurologiques, cutanés, respiratoires, hormonaux, émotifs…

Par ailleurs, selon cette médecine, une émotion doit être modérée et stable afin qu’elle ne puisse pas affaiblir le corps et provoquer des maladies. En effet, lorsqu’une émotion est trop intense ou oppressante, l’équilibre est rompu et cela peut blesser les organes et causer des maladies.

En règle générale, il existe 5 causes externes et 7 causes internes des maladies :
Causes internes, 7 émotions :

• La joie
• La colère
• L’anxiété
• Les soucis
• La tristesse
• La peur
• La frayeur

Les causes externes sont le froid, l’humidité, le vent, la chaleur et la sécheresse. Lorsque ces conditions climatiques sont excessives, l’organisme a du mal à les supporter, car elles attaquent la bouche, le nez ou les voies cutanées. Par exemple, la combinaison du froid et du vent peut causer des maladies comme le rhume ou la grippe.

Ces émotions sont chacune liée à 5 organes :
• La colère est liée au foie
• La joie est liée au cœur
• L’anxiété est liée aux poumons
• Les soucis sont liés à la rate
• La tristesse est liée aux poumons
• La peur est liée aux reins
• La frayeur est liée aux reins

Ces émotions sont également liées à 5 éléments, car les adeptes de la médecine chinoise croient que chaque élément, à savoir la terre, l’eau, l’air, le feu et le métal, est présent dans le corps humain :

• La joie est liée au feu
• La tristesse et l’anxiété sont liées au métal
• La peur et la frayeur sont liées à l’eau
• Les soucis sont liés à la terre
• La colère est liée au bois

Par conséquent, pour une bonne santé, il est conseillé de garder l’équilibre entre ces éléments. Une colère ou une peur constante peut affecter le foie ou les reins, il est donc important de contrôler nos expressions émotionnelles. Voici ce que certains signes peuvent indiquer :

• Les yeux rouges : peuvent indiquer un problème lié au foie
• La voix rauque : peut indiquer que l’énergie au niveau des poumons est faible
• Le teint jaunâtre : peut indiquer une anémie et un manque d’énergie au niveau de la rate.

Selon la médecine chinoise, les reins constituent les organes les plus importants et représentent le centre de l’énergie corporelle. Quant au foie, les médecins estiment que le vent vit dans cet organe et peut à certains moments causer des maux de tête et le vertige.

Il est donc primordial de gérer ses émotions, afin d’optimiser sa vitalité et de prévenir l’apparition de maladies graves. Car lorsqu’elles sont mal gérées, cela peut entraîner un mauvais fonctionnement du foie et des reins, perturbant la circulation sanguine et l’énergie de l’organisme.

(Source: www.santeplusmag.com)

Besoin de vous ressourcer, de vous recentrer, de retrouver le calme et la sérénité, de fortifier ou d’harmoniser votre énergie ?
Qi Gong, Méditation, Relaxation, Énergétique chinoise, Massage Chi Nei Tsang, Harmonisation énergétique, Ventouses, … 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région 
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Qi Gong and Stress: How to Restore Balance

One of the most important ways to foster cardiovascular health doesn’t involve a treadmill or elliptical. You may be amazed to learn that the ancient practice of Qi Gong can actually be a highly effective way to promote heart health, in ways more surprising than one.

Getting to the heart of the matter, cardiovascular health remains at the top of the list of wellness concerns in the United States.* Experts largely attribute this to our increasingly stress-filled, all-work-no-play mentality that pervades our modern lifestyles, with no end in sight. More than ever, finding ways to lessen the impact of stress and take a breather has become a matter of necessity. We often hear people say, “I have a lot of stress, but I’ve gotten used to it,” (while shrugging their tension-filled shoulders).

What many of them don’t realize is that even a moderate amount of stress impacts cardiovascular health, a theory supported by health experts of all kinds, not just Chinese medicine practitioners. Why is this? Stress zaps your energy; we’ve all experienced this. This constant energy drain causes major wear and tear on your body and imbalances the energetic functioning of your organs. Interestingly, the bulk of the impact falls on the Liver, the organ most easily unsettled by stress and its related emotional disorders—anxiety, depression, and the like.

According to Five Element theory, a diagnostic tool rooted in ancient theories of energetic interrelationships, each organ shares a special “mother-child” relationship with another organ. The Liver is the “mother” of the Heart—and many of us know that when Mom is feeling tired, cranky, or frazzled, the child will feel it! Similarly, the Liver’s child—the Heart—will be most affected energetically. Over time, this chronic energy imbalance manifests as a physical imbalance—the beginnings of cardiovascular disease.

Sometimes the easiest way to prevent stress from impacting your heart is the simplest one—and here’s where Qi Gong comes in. Not only does this ancient practice straighten out your imbalances while boosting your Qi, but it also helps to cultivate the most healing emotional state of all—joy, the natural emotional state of the Heart.

Our cardiovascular health suffers doubly when we have more stress and frustration instead of joy in our lives. Re-introducing joy into your life activates a positive frequency to which your Heart literally vibrates, immediately reviving its energetic balance.

This is the main reason why many mind-body-spirit practices are such good all-around stress-busters. They go at the heart of the problem from several angles, not just at the physical or energetic level, but also at the mind and spirit level. The fundamental purpose of Qi Gong is to open up awareness of our direct connection to the profoundly loving and joyful ethos of the Universe: all is as it should be, and all is created for good. Internalizing this message deep inside your very spirit is a shortcut to true joy. For what is stress, really? Anger, frustration, worry, or fear about what seems overwhelming, terrifying, awful, or just plain unfair. Once you practice widening your perspective of life’s problems, whether big or small, changing your beliefs to cultivate a profound acceptance that everything truly is for the good, stress can vanish in a twinkling of an eye, and what once seemed like the most insufferable, insurmountable problem in the world suddenly…no longer causes heartache.

Rather than getting rid of the stress-inducing circumstances—your unfair boss, your financial situation, your difficult marriage—you’ve instead transcended them: things which used to drive you up the wall no longer bother you. You’ve figured out that your story, no matter its seemingly dark and twisty turns, is the story of the Universe: always a love story, and always with a happy ending. And we all know that our Hearts beat most joyfully to a good love story—in this case, the ultimate love story of all!

*Statistic from American Heart Association, 2015.

(Source: www.tcmworld.org)

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Le Qi Gong: Un esprit détendu dans un corps souple

Moins connu que le Yoga indien, le Qi Gong (se prononce chi kong ou chi gong) recense 200.000 adeptes en France, selon la Fédération des Enseignants de Qi Gong, Art Énergétique (Feqgae – Union Pro Qi Gong), en majorité des femmes. Une belle percée, puisque cette gymnastique traditionnelle chinoise de santé, vieille de plus de trois mille ans, n’a été introduite dans nos contrées que dans les années 70. Ni danse ni art martial, elle enchaîne des postures aux noms évocateurs (l’oiseau déploie ses ailes, la douche céleste…) par des mouvements lents et harmonieux, des exercices de respiration et de la méditation. Qi Gong signifie littéralement travail de l’énergie. Il s’agit de la stimuler et de s’en servir pour améliorer le fonctionnement de son corps. Les effets du Qi Gong, comparables à ceux du yoga, ont l’avantage d’être adaptés à toutes les conditions physiques. Les postures, les mouvements au ralenti s’apprennent et s’effectuent facilement. Selon une enquête menée par la Feqgae, ceux qui le pratiquent y trouvent un meilleur équilibre, une vitalité renforcée, une plus grande capacité à affronter la pression ambiante et y gagnent un esprit plus alerte, une meilleure écoute de leur corps… Il est réputé antistress et même anti-âge, parce que agissant sur la souplesse, les troubles émotionnels, le sommeil, la douleur… L’Académie de médecine s’est intéressée à cette discipline ainsi qu’au tai-chi-chuan, sa version plus dynamique, dans un rapport sur les thérapies complémentaires. Elle reconnaît que ces activités diminuent l’hypertension, améliorent le souffle des patients souffrant de problème respiratoire, ainsi que l’équilibre et les risques de chute chez les personnes âgées. Elle signale toutefois que ces effets bénéfiques «ne sont pas supérieurs aux méthodes conventionnelles d’entretien physique». L’Académie est dans son rôle, mais on peut toutefois noter que ces gymnastiques de relaxation font appel à la méditation, laquelle, selon plusieurs études, a un effet rapide et durable sur le fonctionnement du cerveau. Elle agit notamment sur les zones impliquées dans les émotions comme l’anxiété, la peur, l’empathie. Le «plus» est peut-être à chercher dans cette voie. Les tarifs s’élèvent en moyenne entre 15 et 20 euros pour une heure de cours collectif hebdomadaire et entre 60 et 90 euros pour un cours particulier.
 
Le Qi Gong s’adresse à tous, la discipline ne demandant pas d’effort musculaire intense

 

Pour qui? Le Qi Gong s’adresse à tous. Il est très prisé par les seniors, la discipline ne demandant pas d’effort musculaire intense.

(Source: sante.figaro.com)

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région (« Le bien-être par le Qi Gong »)