Dans quels domaines le Qi Gong donne-t-il de bons résultats ?

Le Qi Gong permet de développer les capacités de concentration et d’attention, améliore la posture, contribue au bon fonctionnement cardiovasculaire, entretient les articulations et le système respiratoire. Les Chinois affirment même qu’il ralentit le vieillissement. Mais pour cela, il faut qu’il soit pratiqué auprès d’un maître sérieux, si possible médecin ou thérapeute énergéticien.

Dans ces conditions, il a fait la preuve de son efficacité dans de nombreux domaines. En 2007, douze essais cliniques ont montré que le Qi Gong a des effets positifs sur l’hypertension artérielle. D’autres chercheurs ont étudié les variations de la production des substances immunitaires (globules blancs, médiateurs de l’immunité…). Résultat : cette production augmente après les séances chez les personnes qui s’y livrent régulièrement, améliorant ainsi leurs défenses contre les agresseurs microbiens. Le Qi Gong agit également sur les dérèglements du cycle féminin, les douleurs chroniques, l’insomnie, les maux de tête, les troubles digestifs. Il semble aussi que cette technique énergétique puisse diminuer les effets secondaires des traitements chimiothérapeutiques lourds (cancer, sida…). Enfin, côté psycho-émotionnel le Qi Gong contribue à améliorer la résistance au stress et à réguler l’humeur.

—–

Pour plus d’informations:

Gino Micucci
Professeur et Praticien de Qi Gong, diplômé de l’Institut Européen de Qi Gong et Yang Sheng 

facebook: https://www.facebook.com/gino.micucci

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région

 

Mais alors……. qu’est-ce que le Qi Gong ?

La pratique de l’énergie vitale

Caractéristiques du Qi Gong

Mais alors……. qu’est-ce que le Qi Gong ? Êtes-vous de ceux qui ont vu ce mot écrit ou qu’il l’on entendu mais n’ont jamais su de quoi il s’agissait ? Est-ce que vous savez au moins comment ça se prononce ? Ou êtes-vous de ceux qui savent le prononcer et pensent qu’ils en savent assez ?

Et bien, si vous vous reconnaissez dans une des catégories ci-dessus, peut-être aurez-vous envie de lire la suite pour découvrir ce que vous connaissez ou non sur le sujet.

Tout d’abord, Qi Gong est prononcé Tchi Kong et certaines personnes (sur-tout anglophones) l’épellent Chi Kung. C’est une forme ancestrale chinoise d’exercices de remédiation que l’on utilise dans un but préventif, curatif, déstressant et méditatif. C’est une méthode douce et adaptée à tous, peu importe l’âge ou le sexe.

Le Qi Gong fait partie de la médecine traditionnelle chinoise et est un excellent moyen d’automédication. Ça ne coûte rien à faire, ça ne nécessite aucun équipement spécifique, ça prend très peu de place et la plupart de ses variantes s’apprennent en un rien de temps.

Il y a plusieurs définitions du Qi Gong mais toutes se mettent d’accord pour dire que cette pratique fait intervenir l’esprit, le corps et la respiration, et  permet de renforcer et équilibrer l’énergie vitale. On peut donc également mentionner et y inclure la relaxation, le yoga, le taichi, la méditation, le reiki, la marche, le chant ou les techniques de respiration, car pour les chinois, ce sont toutes des formes de Qi Gong. On peut l’affirmer car tous les exercices mentionnés ont des résultats similaires. Pourtant, certains exercices excellents pour renforcer et développer l’énergie vitale (comme le Qi Gong) restaient inconnus en occident jusqu’à très récemment.

Le mot « Qi » fait référence à l’énergie, à la vie. « Gong » désigne la capacité ou la compétence. Combinés, ces deux mots signifient la pratique de l’énergie vitale, de la vie, ou en d’autres termes, le rééquilibre de cette énergie.

A présent, vous vous demandez peut-être pourquoi vous devriez faire du Qi Gong ? Ou en quoi consiste ces exercices de Qi Gong ?
Étonnamment, cette pratique n’est pas toute jeune puisqu’elle remonte à des milliers d’années. En plus, vous la pratiquez sans le savoir. Et les animaux aussi !!!

Beaucoup de variantes de Qi Gong sont issues ou directement appris des animaux. Donc, à chaque fois que nous relaxons notre esprit et notre corps, que nous nous reposons, que nous dormons ou que nous nous promenons dans la nature, mais aussi quand nous arrêtons de nous soucier du monde ou que nous écoutons nos émotions comme le veut la nature, en pleurant lorsque nous sommes en deuil, en criant lorsque nous sommes en colère ou encore en explosant de joie , nous avons recours au Qi Gong.

Quand nous nous blessons et que l’on s’exclame : « Aie ! », quand nous prions ou que nous chantons de joie, nous nous rééquilibrons.

Mais quand nous apprenons délibérément une forme spécifique de Qi Gong, on s’assure de bien rééquilibrer nos énergies de manière systématique. Et si on pratique régulièrement et de manière persistante, jour après jour, on aura plus de résultats, de meilleurs résultats et bien plus encore.

Une pratique régulière du Qi Gong ne préserve pas que la santé mais a aussi des effets positifs qui se répercutent dans tout ce que l’on fait, ce qui permet d’augmenter notre productivité et notre réussite.

Il existe un nombre incalculable de variantes de Qi Gong et cela prendrait toute une vie de toutes les apprendre. Heureusement, il ne suffit d’en maîtriser qu’une pour arriver à nos fins.

La plupart des êtres humains essentiellement influencés par leurs sens comme l’ouïe, la vue, le goût, le toucher ou l’odorat, réagissent constamment en fonction de ces facteurs qui les influencent. A moins qu’il ne décident d’élever leur niveau de conscience par le biais du Qi Gong.

En occident, on met beaucoup l’accent sur le cerveau, le mental, l’esprit logique et la capacité d’analyse pour arriver à une conclusion. Cependant, le raisonnement intellectuel est loin d’être une forme de sagesse, encore moins de conscience supérieure.

Le Qi Gong offre la possibilité de nous aider à transcender nos sens et d’atteindre un état de conscience supérieur ou, en d’autre termes, de développer de plus hauts niveaux d’énergie où celle de la pensée qui peut contrôler la matière (i.e. en changeant la structure ou la déplaçant).
Il y a des maîtres Qi Gong, des personnes qui ont pratiqué le Qi Gong toute leur vie, qui sont connus pour leur sagesse et leur absence de désires matériels. Leurs vies, la façon dont ils vivent et agissent, constituent un témoignage silencieux du pouvoir libérateur du Qi Gong.

  Le Qi Gong n’est pas pour ceux qui:
• Aiment dépendre des médecins et des hôpitaux
• Ne veulent pas vivre plus longtemps
• Aiment paraître plus âgés
• Aiment le stress et la colère

Le Qi Gong a une longue histoire. Certains disent même que son apparition remonte à des millions d’années, d’ailleurs on le voit mentionné dans des archives qui remontent au temps où l’écriture a été inventée. Pourtant, il n’a jamais été aussi populaire en Chine que de nos jours. Littéralement des millions de Chinois pratiquent une forme de Qi Gong quotidiennement et on dit que le Qi Gong a permis au gouvernement d’économiser des milliards de dollars. Certains disent même que d’ici 10 ou 20 ans, le Qi Gong sera connu partout dans le monde comme la médecine du millénaire.

Les raisons principales de l’expansion du Qi Gong ces dernières années sont les suivantes :

  • L’ouverture d’esprit et le souhait de reprendre le contrôle sur sa santé et sa vie
  • La prise de conscience des limites de la science et de la technologie
  • Le regain d’intérêt pour les méthodes de guérison traditionnelle
  • La désillusion concernant le matérialisme
  • Le fait que la science soit de plus en plus ouverte au super normal
  • Les apparitions publiques des maîtres Qi Gong
  • La vitesse de l’information grâce aux médias et à internet
  • La réticence concernant le recours à la thérapie médicamenteuse

Il existe bien des formes différentes de Qi Gong qui viennent d’au moins cinq sources majeures: taoïstes, bouddhistes, confucéennes, puis il y a des formes issues du Kung Fu ou d’autres arts martiaux (qui sont tous considérés commes des Qi Gongs) et enfin d’autres de la médecine traditionnelle chinoise.

La beauté du Qi Gong réside dans le fait que cette diversité des styles permet de s’adapter à tous les âges, tous les états de santé et même à ceux qui seraient trop faibles pour sortir du lit ou s’asseoir. Tant que la personne peut suivre mentalement les instructions, elles peuvent pratiquer le Qi Gong et obtenir des résultats.

Ce qui importe c’est de comprendre que le Qi Gong peut avoir de grands résultats inespérés, mais pas toujours rapidement. Le Qi Gong agit de façon lente et constante, et bien sûr, la plupart des gens espèrent des résultats rapides.

Comme nous l’avons déjà mentionné, beaucoup peut être appris en trois ou quatre sessions mais certaines variantes sont tellement complexes qu’elles nécessitent la présence d’un enseignant tous les jours et ce pendant des années afin de vérifier que l’apprenant effectue ses exercices correctement. Il est important de pratiquer le Qi Gong régulièrement, c’est-à-dire tous les jours et pas seulement une ou deux fois par semaines. C’est ainsi qu’on obtient des résultats. On peut tout à fait pratiquer le même exercice toute sa vie.

Le Qi Gong ne semble pas être grand-chose vu de l’extérieur mais les effets sont très puissants de l’intérieur.

Il n’apporte pas seulement la santé mais permet de la maintenir. Il agit sur tous les niveaux : physique, émotionnel, mental, psychique et spirituel.

Pratiquer le Qi Gong régulièrement est la meilleure assurance vie qui soit.

Encore plus important, le Qi Gong augmente toute constitution puisqu’il brise le cercle vicieux qu’est le stress, il augmente les niveaux des énergies, il donne espoir, il renforce l’esprit et maintient la mobilité. Mais surtout, il maintient l’équilibre à tous les niveaux.

En Chine, on dit ouvertement que le Qi Gong est connu pour soigner et pas seulement soulager un certains nombres de maladies. Il est particulièrement efficace contre l’arthrose, les maladies du foie et du cœur, la surdité, la vue, les déséquilibres hormonaux, les addictions aux drogues, l’asthme etc… et même les cancers. Il y a énormément d’études qui viennent accompagner ces affirmations en Chine.

La pratique du Qi Gong est particulièrement utile pour les personnes âgées, ça prolonge leur qualité de vie, maintient leur mobilité, renforce leur mémoire et la clarté de leur jugement. Ça peut aussi permettre de prévenir différentes maladies, de se calmer et de se réjouir plus facilement. La littérature chinoise affirme que cela peut aussi même aider les personnes ayant fait un AVC.

Bien entendu, le plus tôt on commence, le mieux c’est. Beaucoup de maîtres Qi Gong connus ont commencé le Qi Gong quand ils avaient seulement quatre ou cinq ans. De nos jours, ils ont de quarante, cinquante ans à quatre-vingt-dix-ans et plus. Ils sont connus en Chine pour leurs dons curatifs exceptionnels.

Le Qi Gong aide les personnes à prendre le contrôle de leur vie, de leur santé et de leur corps, à devenir moins dépendant des médecins et même de s’en passer.

Les personnes qui pratiquent le Qi Gong sont clairement plus aimantes, compatissantes et moins critiques des autres, mais pas seulement. Dans beaucoup de cas, surtout pour ceux qui le pratique depuis des années, leurs capacités professionnelles s’améliorent, ils commencent à atteindre leurs objectifs. Les auteurs non publiés sont publiés, les artistes sont acclamés par la critique, etc.

Les gens sont connus pour développer des pouvoirs psychiques comme la voyance, la télépathie, la capacité à voir les auras et même la lévitation. Ce sont les effets secondaires de la pratique et l’accumulation de plus hauts niveaux d’énergie.

Personne ne peut acheter les résultats du Qi Gong, ils ne peuvent apparaître qu’avec une pratique régulière et persistante. La récompense d’une pratique régulière est la même que vous soyez riche ou pauvre, noir ou blanc, jeune ou âgé.

Mais des mises en garde doivent aussi être énoncées concernant le Qi Gong car il n’aura pas de bons résultats sur ceux qui aiment les ragots ou agissent avec de mauvaises intentions. Mais si vous avez de bonnes intentions et que vous pratiquez le Qi Gong respectueusement et avec bienveillance, alors vous aurez des résultats incroyables.

Beaucoup de chinois ont choisi le Qi Gong en dernier recours quand la médecine occidentale ou même la médecine chinoise n’arrivait pas à soigner ni à ralentir leur maladie mortelle. Non seulement certains ont complètement été soignés, mais ils se sont sentis plus jeunes et plus heureux qu’auparavant.

La véracité du Qi Gong est aujourd’hui prouvée par de nombreuses recherches menées en Chine. De plus, son recours est encouragé dans le système médical général. Il existe même des hôpitaux à Pékin et dans toutes la Chine où le Qi Gong est la principale manière de soigner les patients.

Retrouver la santé, en pratiquant le Qi Gong n’est qu’un début dans ce que sa pratique peut vous offrir et il n’est jamais trop tard pour commencer.

Novembre 2018

Pour plus d’informations:

Gino Micucci
Professeur et Praticien de Qi Gong, diplômé de l’Institut Européen de Qi Gong et Yang Sheng 

facebook: https://www.facebook.com/gino.micucci

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région

 

Les 4 phases de l’état Qi Gong : équilibre, calme, vacuité, inspiration…

Si le mental est calme et que l’énergie circule bien, l’adepte de Qi Gong parvient à état de paix intérieur, de détachement par rapport au monde extérieur l’état Qi Gong. Nous les ressentons, lorsque, lors d’une méditation ou d’une posture, notre esprit se stabilise sur une seule pensée

Le premier d’entre eux, assez facilement constaté, est l’équilibre, la stabilité (TING) tant physique que psychique, lors du maintien d’une posture. Cet équilibre est fondé sur une harmonisation entre le haut et le bas, la gauche et la droite, l’arrière et l’avant, le dehors et le dedans, le subtil et le grossier.

Il s’agit, au départ, d’un équilibre corporel qui se rattache à un équilibre respiratoire puis à un équilibre énergétique. Ce dernier facilite l’équilibre psychique puisqu’il tend à restreindre les contraintes liées à l’environnement direct ou indirect en les assimilant à un processus naturel. Le corps ne subit plus les contraintes extérieures et les variations climatiques mais les intègre en les corrigeant.

Le deuxième effet, un peu plus long à obtenir, est la sérénité, le calme. Le plus important dans le Qi Gong, quel que soit la forme de Qi Gong, c’est le calme, jìng. Celle-ci est en effet la simple conséquence de l’équilibre. Il ne s’agit en aucun cas d’une sorte d’endormissement de la conscience liée à une immobilité corporelle et intellectuelle mais, au contraire, en un mouvement contrôlé et incessant qui constitue un moyen d’accès à la compréhension des phénomènes internes et externes. Cette sérénité passe donc tant par le contrôle du souffle que du mouvement corporel.

Le taoïsme constate que la plus grande force de la vie réside dans le calme profond. Le confucianisme considère que l’homme véritable est celui qui sait maitriser ses émotions dans le calme et c’est aussi par le calme qu’il arrive à atteindre un objectif plus lointain et plus complet.

Le troisième effet est la vacuité ou vide (XU). Le calme entraine le Vide .Elle permet tout simplement la suppression des tensions ce qui permet la disponibilité tant corporelle que psychique. C’est comme l’eau quand elle est calme , Plus l’eau devient pure, plus les nuages qui se reflètent dans l’eau éclaire l’image de l’univers.

Cette vacuité, ou disponibilité naturelle, est l’un des fondements de l’harmonisation du pratiquant avec les circonstances, donc avec la nature.

Le quatrième effet (LING) est la capacité d’unifier ou concentration ou clarté de l’esprit. Le vide suscite l’inspiration. Le mouvement, l’énergie, la pensée se réunissent sans qu’il y ait à effectuer d’effort et, ainsi, les choses clarifiées semblent et sont plus faciles. Le résultat obtenu grâce à la disponibilité est utilisé de manière plus rationnelle et perdure. Cette unification permet la constance ainsi que la reproduction des états énergétiques et psychiques recherchés au cours de la pratique.

Conscience, vie, mouvement, énergie et matière ne font plus qu’un dans l’illumination atteinte par le pratiquant, ce que précise, une fois encore, le Huainan Zi :  

« Il sait sans apprendre, réalise sans faire, voit sans regarder et fait régner l’ordre naturel (conforme à l’unité de la nature) sans gouverner. Il embrasse la vertu, réalise la fusion harmonieuse des souffles et des esprits, poursuivant avec docilité et facilité la Voie Céleste de l’harmonie universelle. Cela fait que la vision remonte au delà du passé et que le regard s’étend plus loin que l’avenir avec une grande aisance. Tout ce qui, chez un homme ordinaire, demanderait un effort exceptionnel est fait simplement et naturellement. »

Quant l’adepte du Qi Gong est entré dans un état de quiétude, il se sent à l’aise, d’humeur égale et a une respiration contrôlée. Il lui faut alors suivre le cours naturel des chose avec simplement une visualisation volontaire.

Cet état Qi Gong se traduira par

– Au niveau psychique sensation de clarté d’esprit
– Au niveau émotionnel sensation de douceur, de sérénité, d’apaisement, d’amour.
– Au niveau universel sentiment d’unité, de globalité.

 (Source: le souffle du menhir – lesouffledumenhir.blogspot.fr)

★────★
Besoin de vous ressourcer, de vous recentrer, de retrouver le calme et la sérénité, de fortifier ou d’harmoniser votre énergie ?
Qi Gong, Méditation, Relaxation, Énergétique chinoise, Massage Chi Nei Tsang, Harmonisation énergétique, Ventouses, …
 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région 
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

★────★

Le QI GONG,氣功 une mémoire du souffle embryonnaire commune à tout l’être humain

Tsikunzalea1L’être humain, dans sa longue quête de spatialisation corporelle, à travers maints et maints tâtonnements, a progressivement découvert les lois de la pesanteur, bases de son équilibre fondamental. Cette découverte lui a permis de développer la connaissance de son corps et des appuis qui lui permettent de croître et grandir à partir des racines de cette conscience.

L’une des grandes étapes de sa croissance et de sa maturation intérieure est liée au travail de l’étirement vertical à partir de son centre de gravité situé autour du bassin. Toutes les civilisations humaines émergent d’un bassin. En se redressant vers le Ciel et en prenant appui sur ses talons, l’être humain dans sa longue quête de la verticalité intérieure se sent à la fois aimanté par la terre et inspiré par le Ciel.

Se sentant inscrit dans l’espace physique qui l’entoure, il diminue très progressivement sa peur archaïque du monde extérieur et réduit son instinct de dévoration. Ses pieds, comme une prise de terre, lui permettent le recul nécessaire par rapport au monde extérieur et libère la crispation de son visage, due à la lutte pour la survie. La maîtrise de la bipédie a libéré ses deux mains et son occiput, donnant à son cerveau à la fois un nouvel alignement et un nouvel espace. L’homo sapiens sapiens est né.

Sa longue évolution est inscrite dans la mémoire de son corps cellulaire et tissulaire. Tout son potentiel spirituel a été déposé par le ciel et tout son potentiel humain offert par la terre. Tourné vers son semblable il sera capable de lui offrir le meilleur de son cœur par une parole aimante, un regard ouvert ou un geste de beauté.

Le souffle central, inscrit dans le corps embryonnaire d’une façon indélébile, comme un passage lumineux entre le coccyx et la fontanelle, est le premier lieu de mémoire sacrée de l’Homme, que tous les anciens sages cherchaient à préserver par l’exercice du Qi Gong.

Les-lecons-de-vie-du-Tao_imagePanoramique647_286Créé à l’image sacrée, l’enfant porte en lui un projet de vie. Il est destiné à devenir un messager d’Amour, son corps rayonne la Lumière du Ciel… mais, avant ce devenir, un premier parcours d’apprentissage lui est préparé, et il l’accomplit avec patience et persévérance, sans prétention.
Pendant 9 mois de sa vie embryonnaire, il reste intimement relié aux souffle primordial du Cosmos pour recevoir toute la connaissance innée.
Il apprend à se recueillir dans la position d’assise. Il entre en contact profond avec lui-même et est à l’écoute attentive de tout ce qui se passe autour de lui, avec son coeur. Il développe et maîtrise la circulation subtile de son corps énergétique, avec un rythme dansant et une fluidité musicale.
Il attend, tranquillement, le moment où il sera prêt pour prendre sa place parmi tous les êtres humains. Le jour vient… où son corps se déplie, et quitte le bien-être de son univers aquatique maternel pour entrer dans le Monde de la Création. Son corps s’ouvre pour s’ajuster à un autre espace-temps.
Il vit un deuxième parcours d’apprentissage, en libérant la connaissance innée contenue dans sa mémoire embryonnaire, ainsi que toutes les qualités spirituelles déjà acquises. Il fait de sa vie une oeuvre, quelqu’en soit sa forme, qui refléte toute la dimension de l’amour, de la paix et de l’harmonie.

Voilà la genèse du Qi Gong !

(Merci à nos amis de Kar Fung Wu pour cette très belle présentation)

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

 

Le Qi Gong: Un esprit détendu dans un corps souple

Moins connu que le Yoga indien, le Qi Gong (se prononce chi kong ou chi gong) recense 200.000 adeptes en France, selon la Fédération des Enseignants de Qi Gong, Art Énergétique (Feqgae – Union Pro Qi Gong), en majorité des femmes. Une belle percée, puisque cette gymnastique traditionnelle chinoise de santé, vieille de plus de trois mille ans, n’a été introduite dans nos contrées que dans les années 70. Ni danse ni art martial, elle enchaîne des postures aux noms évocateurs (l’oiseau déploie ses ailes, la douche céleste…) par des mouvements lents et harmonieux, des exercices de respiration et de la méditation. Qi Gong signifie littéralement travail de l’énergie. Il s’agit de la stimuler et de s’en servir pour améliorer le fonctionnement de son corps. Les effets du Qi Gong, comparables à ceux du yoga, ont l’avantage d’être adaptés à toutes les conditions physiques. Les postures, les mouvements au ralenti s’apprennent et s’effectuent facilement. Selon une enquête menée par la Feqgae, ceux qui le pratiquent y trouvent un meilleur équilibre, une vitalité renforcée, une plus grande capacité à affronter la pression ambiante et y gagnent un esprit plus alerte, une meilleure écoute de leur corps… Il est réputé antistress et même anti-âge, parce que agissant sur la souplesse, les troubles émotionnels, le sommeil, la douleur… L’Académie de médecine s’est intéressée à cette discipline ainsi qu’au tai-chi-chuan, sa version plus dynamique, dans un rapport sur les thérapies complémentaires. Elle reconnaît que ces activités diminuent l’hypertension, améliorent le souffle des patients souffrant de problème respiratoire, ainsi que l’équilibre et les risques de chute chez les personnes âgées. Elle signale toutefois que ces effets bénéfiques «ne sont pas supérieurs aux méthodes conventionnelles d’entretien physique». L’Académie est dans son rôle, mais on peut toutefois noter que ces gymnastiques de relaxation font appel à la méditation, laquelle, selon plusieurs études, a un effet rapide et durable sur le fonctionnement du cerveau. Elle agit notamment sur les zones impliquées dans les émotions comme l’anxiété, la peur, l’empathie. Le «plus» est peut-être à chercher dans cette voie. Les tarifs s’élèvent en moyenne entre 15 et 20 euros pour une heure de cours collectif hebdomadaire et entre 60 et 90 euros pour un cours particulier.
 
Le Qi Gong s’adresse à tous, la discipline ne demandant pas d’effort musculaire intense

 

Pour qui? Le Qi Gong s’adresse à tous. Il est très prisé par les seniors, la discipline ne demandant pas d’effort musculaire intense.

(Source: sante.figaro.com)

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région (« Le bien-être par le Qi Gong »)

ON TESTE : LE QI GONG, LA GYM DOUCE POUR RETROUVER CALME ET ÉNERGIE

ON TESTE : LE QI GONG, LA GYM DOUCE POUR RETROUVER CALME ET ÉNERGIE

En relâchant les tensions, cette gymnastique douce d’origine chinoise reconnecte le corps à son énergie vitale. Meilleure concentration, relaxation, souplesse… Zoom sur le Qi Gong et ses bienfaits.

Le Qi Gong est une discipline chinoise millénaire, qui signifie littéralement « maîtrise de l’énergie ». À travers la pratique de cette gymnastique douce, il est possible de réconcilier le corps et l’esprit, en apprenant à capter et ressentir l’énergie qui circule en nous. Abstrait ? Peut-être, mais le Qi Gong s’appuie sur ce principe de la culture orientale selon lequel l’homme, nourri par la terre et relié au souffle de l’univers, est énergie. Le Qi Gong cherche donc, par la pratique de mouvements très lents, à reconnecter le corps, le flux d’énergie qui y circule, et l’esprit, pour atteindre l’harmonie.

En Chine, un proverbe répète qu’il est essentiel de « prendre soin de son enveloppe physique pour que l’âme ait envie de l’habiter ». Le Qi Gong y contribue, à travers des postures, des massages, des exercices respiratoires, en faisant mieux circuler l’énergie dans le corps, le long des méridiens. Selon la médecine chinoise traditionnelle, cette mise en route de l’énergie vitale stimulerait de manière positive les organes et garantirait une meilleure santé, à tous niveaux. Simple discipline sportive ou véritable art de vivre, le Qi Gong possède bien des secrets.

LE QI GONG OU L’ART DE LA RESPIRATION

En observant le combat des animaux, les Chinois ont déduit que la souplesse triomphait toujours de la force. Ainsi, le Qi Gong (prononcer « Tchi Kong ») tente d’assouplir le corps, pour éliminer les raideurs et autres tensions et ainsi permettre au Qi (l’énergie), de mieux circuler. L’objectif est de rétablir l’équilibre initial de l’être humain, composé de trois éléments : le Jing (l’essence, le patrimoine génétique), le Qi (l’énergie) et le Shen (l’esprit). Ainsi, l’espérance de vie est prolongée.

La pratique du Qi Gong passe par la répétition de mouvements variés, très lents et très amples, en associant ces exercices à un travail respiratoire qui permet, en se concentrant sur la mise en route de chaque organe sollicité, sur la circulation des flux. Ainsi, l’esprit parvient à prendre pleinement conscience du travail du corps et de la circulation du Qi dans le corps. On surnomme aussi le Qi Gong « entraînement énergétique », car, plus que le corps, c’est elle, l’énergie, que l’on vient stimuler. Pour accompagner les différentes postures et enchaînements, on utilise la respiration naturelle abdominale, sans jamais l’exagérer. Elle doit être régulière, sans à-coups. Ainsi à l’écoute de ses sensations, le corps se met à travailler en synergie avec la pensée et on chasse les émotions négatives, on va se débarrasser du stress, notamment grâce à cette respiration.

UNE PRATIQUE QUI FAVORISE LA PLEINE CONSCIENCE

La pratique régulière du Qi Gong permet d’apprendre à percevoir son énergie vitale. Cela passe par des mouvements très divers, généralement très lents et des enchaînements de mouvements. Le Qi Gong induit aussi des postures immobiles, des étirements, des ondulations. Ces exercices sont couplés à des exercices de respiration ou une récitation continue de sons qui n’ont aucun sens, pour se concentrer sur son mouvement et prendre conscience des forces à l’œuvre dans le corps.

Le Qi Gong demande également une grande attention mentale, ainsi que des capacités de visualisation et de méditation. Si la plupart des mouvements se pratiquent debout, on peut aussi pratiquer allongé. Pour en ressentir les bienfaits, les professeurs s’accordent à dire qu’il faudrait une pratique quotidienne du Qi Gong, à raison d’une vingtaine de minutes par jour. 

RELAXATION, SOUPLESSE, MÉMOIRE, SOMMEIL… DES BIENFAITS MULTIPLES

Plus qu’une discipline sportive, le Qi Gong est un art de vivre et s’invite dans le quotidien. On pense différemment et on apprend à agir en pleine conscience. Le Qi Gong a de nombreux bénéfices, il a notamment un rôle préventif, en améliorant la souplesse, en apportant détente et relaxation, il permet une meilleure gestion du stress, de retrouver un bon équilibre psychosomatique, davantage de vitalité. Il aide aussi à mieux dormir, à faire travailler la mémoire et préviendrait de certaines maladies.

On recommande aussi le Qi Gong pour les personnes qui ont des problèmes cardiovasculaires, de l’hypertension, des insomnies, du diabète, de l’asthme et de nombreuses autres maladies. Le Qi Gong entraîne également un sentiment d’estime de soi, qui passe par l’épanouissement sportif et le développement personnel. Ainsi, on apprend à modérer ses émotions, à gérer son stress et on stimule l’intellect, l’imagination, la créativité, tout en développant calme, sérénité et lâcher prise. Tout cela passant, bien entendu, par la prise de conscience de l’énergie, le Qi, circulant dans le corps au gré des mouvements provoqués par le corps. 

COMMENT SE METTRE AU QI GONG ?

S’il existe de nombreux manuels pour s’initier au Qi Gong, il est conseillé de se rapprocher d’un enseignant spécialisé, qui saura adapter les exercices et les mouvements à votre mental et à votre physique. Très populaire aux États-Unis, le Qi Gong connait un fort développement en France, où de plus en plus de fédérations sont créées, proposant des enseignements et des stages pour se lancer en toute confiance. Pour trouver un cours ou un stage – la plupart proposent des séances d’essai, faites un tour sur les sites des fédérations, comme par exemple la FEQGAE (Union Pro Qi Gong), la Fédération des Arts énergétiques et martiaux chinois (FAEMC) ou encore l’Union des enseignants de Qi Gong et de Taijiquan traditionnels France-Belgique (UEQGTTFB).

Ces sites répertorient les cours et les stages disponibles près de chez vous. Testez plusieurs cours afin de trouver celui qui vous met le plus à l’aise. Et n’oubliez pas, en Qi Gong, il n’y a pas de notion de réussite, il suffit de prendre le temps pour se reconnecter à soi-même.

 
(Source: Auriane Hamon – www.marieclaire.fr)

Le CHU Saint-Pierre intègre le « Qi Gong » dans la prise en charge des patients, une première

Le CHU Saint-Pierre intègre le "Qi Gong" dans la prise en charge des patients, une première

BELGA Publié le – Mis à jour le

Depuis le début de l’année, le CHU Saint-Pierre à Bruxelles intègre le Qi Gong, un art thérapeutique issu de la médecine traditionnelle chinoise, dans la prise en charge de ses patients. « C’est une première en Belgique », affirme le Dr Marie-Paule Guillaume, chef de clinique en médecine interne et instigatrice du projet. Mouvements lents, fluides et harmonieux combinant exercices respiratoires et renforcement musculaire, le Qi Gong est enseigné en Chine dans le cadre de la médecine traditionnelle. Il en est un des cinq piliers, à l’instar de l’acupuncture, la pharmacopée, le massage traditionnel et la diététique.

Depuis quelques mois, les patients des services de gériatrie, oncologie et revalidation pulmonaire du CHU Saint-Pierre s’adonnent à la pratique plusieurs fois par semaine, sous l’impulsion du Dr Guillaume, qui a persuadé les différents services des bienfaits de cette « gymnastique de santé ».

« Je la pratique moi-même depuis plusieurs années », explique-t-elle. « Cela m’a permis d’atténuer certaines douleurs comme des maux de tête ou de dos. C’est la raison pour laquelle j’ai voulu l’introduire à l’hôpital comme instrument de prévention et d’amélioration du quotidien des malades ».

En gériatrie, « nous remarquons plusieurs effets positifs: l’amélioration de l’équilibre, la diminution du stress, l’apaisement intérieur et la réduction des chutes », assure un kinésithérapeute du service.

A ce stade, seuls quelques membres du personnel soignant ont été formés par la Fédération Belge de Qi Gong de Santé. « Nous avons reçu beaucoup de retours positifs des patients. L’objectif serait maintenant d’étendre ces cours à d’autres services ou que d’autres hôpitaux suivent notre exemple », ajoute le Dr Guillaume.

En Chine, le Qi Gong thérapeutique est pratiqué tous les jours dans les parcs ainsi que dans certains hôpitaux. L’idée de base étant que là où il y a un blocage, l’énergie et le sang ne circulent pas et la maladie peut s’installer.

(Source: http://www.lalibre.be/)

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

[Témoignage] – Martine C. – « le Qi Gong m’a fait découvrir une nouvelle façon de respirer… »

Racontez-nous VOTRE histoire Qi Gong !

Martine, 58 ans, Saint-Pancré, Lorraine

« le Qi Gong m’a fait découvrir mon diaphragme et une nouvelle façon de respirer… »

Martine


Interviewer : Bonjour Martine ! Pouvez-vous brièvement vous présenter ?

Martine1.1Martine : En dehors de ma profession, j’ai des activités qui demandent de l’énergie : danse, chant et théâtre. J’ai aussi une vie sociale bien remplie avec mes amis et ma famille. La randonnée et la photo nature m’aident à me poser.

Interviewer : Comment/pourquoi et quand êtes-vous venue au Qi Gong ?

Martine : Une amie avait commencé à pratiquer. Elle en retirait beaucoup de bienfaits et m’a conseillé d’essayer.

Interviewer : Depuis quand, ou et avec qui pratiquez-vous ?

Martine : Je pratique depuis 4 ans à Saint-Pancré (en Meurthe-et-Moselle) avec Gino

Interviewer : C’est quoi le Qi Gong pour vous ?

Martine : Avant tout, c’est un bel outil pour gérer sont stress grâce à la respiration lente pendant les exercices et la méditation. Il permet aussi de rester en forme de retrouver un équilibre physique et mental. En cas de pathologie, il complète l’acupuncture et la pharmacopée chinoise.

Interviewer : Que vous apporte le Qi Gong ?

Martine : Le qi gong m’a fait découvrir mon diaphragme et une nouvelle façon de respirer, en visualisant mon souffle, lors de mémorables séances dans l’herbe au soleil de l’été. La respiration et la méditation m’aident à déstresser. Les séances yang délient mes articulations, c’est un vrai bonheur! Les mouvements en général aident à ne pas trop se « rouiller ». Des petits outils d’acupression pour dormir notamment ou des auto-massages du nez à faire quand on est enrhumés m’ont déjà été bien utiles. Et en général les exercices aident à se sentir zen et à recharger ses batteries.

Interviewer : Concrètement est-ce le Qi Gong vous a apporté des bienfaits au niveau de pathologies particulières, au niveau de votre bien-être ? Cela a-t-il changé votre vie au quotidien,… ?

Martine : Je ne souffre pas de pathologie particulière. Mais je pense que le qi gong m’aide à garder un certain équilibre, à rester zen. Il me donne aussi de l’énergie.

Interviewer : Quelle est la place ou le Qi Gong pour vous aujourd’hui et à l’avenir ?

Martine : Même si, je dois bien l’avouer, je n’effectue pas tous les mouvements tous les jours, je connais ceux qui m’apaisent et font du bien à mon mental. Quand je manque de temps, je privilégie ces exercices. Donc à l’avenir, je vais continuer de cette façon.

Interviewer : Comment pourriez décrire votre ressenti avant, pendant et après une séance de Qi Gong ?

Martine : Si j’ai une préoccupation particulière, je me réjouis de la séance de qi gong car je sais qu’elle va me faire du bien. Pendant la séance, je me sens calme et je fais le maximum pour profiter des bienfaits de la séance. Après la séance, je me sens très bien, apaisée et heureuse.

Interviewer : Que diriez-vous à une personne qui hésiterait à franchir le pas pour se mettre au Qi Gong ? Ou bien que répondriez-vous à un novice, mais aussi à un médecin généraliste allopathe qui n’en aurait jamais fait l’expérience, et qui vous demanderait ?

Martine : Il ne faut pas hésiter à tester cette discipline, elle ne peut qu’apporter du positif. Ni se décourager au début si on ne parvient pas à faire parfaitement certains exercices, ce n’est pas le plus important. Essayez, ouvrez votre esprit.

Interviewer : Votre mot de la fin ?

Martine : Le qi gong n’apporte que du positif. N’hésitez pas à le tester.

Interviewer : Merci Martine !

Voir plus de témoignages…

© 2016 : Génération Yang Sheng – Qi Gong TV


« Appel à témoignage » de Génération Yang Sheng et Qi Gong TV

Vous aussi faites nous parvenir vos témoignages écrits et vidéos !

Plus d’infos en cliquant sur le lien suivant:

Racontez VOTRE histoire Qi Gong ! Envoyez-nous vos témoignages.

Les 8 grands principes taoïstes

15376_166931280162334_660571790_n1-604x270

1er principe : L’alignement

L’alignement corporel

Ma colonne vertébrale doit toujours être droite : Cela changera mon état d’esprit.

1ère étape : J’observe ma posture et j’expérimente

    • Comment je me tiens physiquement ?
    • Lorsque je m’adresse à quelqu’un ?
    • Quand je roule en voiture ?
    • Derrière mon bureau ?
    • A table avec mes proches ?
    • Face mon supérieur hiérarchique ?

J’observe que, selon les situations, je suis, soit en avant, soit en arrière, soit centré. A quel moment je suis l’un ou l’autre ?

    • Quand j’ai peur ?
    • Quand je suis fatigué ?
    • Énervé ?
    • En paix ?

J’observe comment ma posture me fait sourire ou me rend négatif.
En voiture : si je suis penché sur mon volant, je me sens plus agressif, au fond du siège, je me sens plus serein. Expérimentez, observez, sentez et tirez les conclusions.

2ème étape : J’aligne ma colonne vertébrale pour agir sur mon esprit

Puisque l’alignement de ma colonne change mon état d’être, j’utilise ma posture par rapport à ce que je désire faire.

Je m’équilibre psychiquement en bougeant mon axe d’avant en arrière jusqu’à trouver le centre : Le sourire.

Face à un adversaire, le buste part en avant, prêt à attaquer. Pour désamorcer, je recule de quelques centimètres, cela change le niveau d’agressivité et permet de prendre du recul. Cela enlève aussi de la pression à l’adversaire. Il y a alors toutes les chances que l’ambiance se calme.

Quand je ne vais pas bien, quand je ne me sens pas à l’aise, je m’aligne, je me centre et je gagne en sérénité.

L’axe Ciel / Terre

Je grandis

Tous les arts chinois visent la posture, la colonne doit être droite, je l’étire, je reprends mon axe, je me centre. Je prends du recul. Je suis plus présent, ma vigilance est exacerbée.

Quand je marche aligné, je suis en conscience. Plus je m’aligne, plus je m’élève, plus je grandis en sagesse.

La prière devrait toujours se faire dans l’alignement, le but est d’être dans l’axe Ciel / Terre. L’impeccabilité de la posture de la prière prouve le lien avec le Ciel : Colonne droite sans être rigide. Je suis relié, j’ai la foi, je sens l’énergie.

Exercice pour trouver votre axe Ciel / terre :

Balancez-vous d’avant en arrière. Les yeux fixés sur un point au sol. Au bout de quelques minutes, vous trouverez l’axe de connexion.

2ème principe : Le Non-Agir

C’est en fait « agir dans le non-agir », ce n’est pas « ne rien faire ». Trop facile.

Dans le « Non-agir » j’agis, mais en étant conscient que c’est « La Vie » qui dirige mon action. Son but est de me pousser à cesser la destruction, la guerre, à rétablir l’harmonie, à passer à « l’action juste ».

Quelles sont donc les qualités à développer pour agir dans le non-agir?

L’intuition

Pour la développer, je commence par observer et admirer la nature, elle m’en apprendra beaucoup sur le terrien que je suis. Et plus je me connais, plus je me fais confiance, plus je vais écouter mes prémonitions.

Je n’oublie pas non plus de « m’aligner » pour « entendre » la petite voix qui sait ce qui est bien pour moi et le monde. Ma colonne vertébrale est droite, elle est dans l’axe Ciel -Terre.

Les freins à l’intuitif sont la culture, l’éducation, la croyance, la religion. Je dois m’en détacher progressivement.

L’art de la perte

Un moyen d’entrer dans le « Non-Agir » est l’art de céder dans la domination, dans la guerre. En règle générale, mon égo veut gagner. Je dois accepter de perdre.

Le mauvais perdant a un égo surdimensionné. Mon égo me fait gérer ma vie comme une guerre or je dois passer à la paix.

Je n’oublie pas que pour faire la guerre, il faut être deux, si j’accepte de perdre, il n’y a plus de guerre. Voilà pourquoi les moines taoïstes commencent leur formation par 10 ans de travaux ménagers peu gratifiants. Ça calme l’égo.

L’acceptation

Mes problèmes sont là pour me faire grandir en sagesse, je ne dois pas les combattre. J’évite de résister, je cède à ce qui vient.

C’est normal d’être en colère envers une personne qui m’a blessé mais si je cherche suffisamment, je finis par comprendre l’enchaînement qui l’a menée à me faire du mal. Du coup, je ne lutte plus contre elle.

J’agis sans émotions

Quand je suis confrontée à un problème, je m’entraîne à le voir tel qu’il est et pas tel que je pense qu’il est. Ce ne sont pas mes émotions qui dictent mon action.

Qu’est-ce qui est grave dans la vie ?

C’est le regard que j’y mets qui lui donne son importance. Je dois toujours me recentrer sur l’essentiel. Si j’épure, la vie devient beaucoup plus facile.

 La détente physique et mentale

L’humour est nécessaire dans le non-agir et même dans la vie tout court. Il permet d’accepter ce qui semble inacceptable.

Je ne me prends plus au sérieux, je prends du recul, mon égo se calme. Pour cela, je fais en sorte d’être détendu, quoiqu’il arrive.

3ème principe : L’équilibre

Je dois trouver l’équilibre dans tous les domaines de ma vie :

    • Entre spiritualité et matérialisme
    • Entre vie de famille et vie sociale
    • Entre travail et inactivité
    • Entre nature et ville
    • Entre sommeil et veille
    • Entre solitude et vie en société
    • Entre donner et recevoir
    • Dans la variété alimentaire…

J’observe si certains domaines débordent sur d’autres et je mets en place les ajustements nécessaires.

L’équilibre physique

J’ai l’illusion de la stabilité dans la rapidité, faire des mouvements très lents prouve le véritable équilibre.

L’exercice le plus facile à mettre en place est la marche LENTE. Je suis obligatoirement en « présence » dans la lenteur par une conscience exacerbée dans mes jambes, sous mes pieds. Je bouge en ayant le bassin détendu, les hanches, les fesses lâchées.

De même, mes yeux et mes oreilles sont des repères majeurs pour m’équilibrer. Si je veux m’exercer à la stabilité intérieure, dans une 1ère étape, je fais un parcours yeux ouverts puis je le refais les yeux fermés.

Enfin, je développe ma souplesse, elle permet l’adaptation aux secousses, à la vitesse, aux variations. Le sentiment de souplesse physique jouera sur mon mental et inversement.

Je fais du Qi Gong, Tai chi, Yoga…

J’observe les chats et je bouge comme eux, avec fluidité et grâce.

Conséquences du travail de l’équilibre

L’équilibre rétablit l’harmonie. Il me fait relativiser plus facilement, je suis axé. Dans le tao, l’équilibre est individuel et évolutif, il se réinvente constamment.

Pour autant, les lois de l’univers sont communes à tous. L’homme fait le lien Ciel / terre, il est insignifiant et pourtant c’est ce rien qui crée l’équilibre global.

On n’est rien et on peut tout, c’est notre petitesse qui fait notre grandeur.

4ème principe : La respiration

Si je suis attentif à ma respiration, je vais transformer mes  activités, agir sur ma santé et mes relations.

Action de la respiration

Respirer détend le Qi du foie. Renforce la rate et le poumon. Tonifie les reins. Avive les nerfs sensitifs.

Grâce à la respiration abdominale, le diaphragme masse les 5 organes fondamentaux en médecine chinoise (Cœur, Foie, Rate, Poumon, Rein).

La respiration permet l’intériorisation et l’extériorisation.  Elle fait le lien entre les deux.

Pour extérioriser les difficultés, il suffit de respirer, de chanter ou de crier. Sans m’en rendre compte, cela va permettre l’évacuation de mon problème.

Je vis un stress ? Je respire ventralement pendant 20 min.
Ou je vais crier un bon coup dans la forêt plutôt que sur le boss.

Par la respiration, nous échangeons du gaz, du Qi, des émotions et nos états psychiques. Je peux donc agir sur l’autre en respirant sainement.
J’observe la respiration de l’autre, je me cale dessus. Puis je ralentis ma respiration : L’autre va alors ralentir la sienne et va donc s’apaiser.

Vous  dormez avec quelqu’un d’agité ? Testez l’exercice !

La respiration abdominale

L’idéal est de revenir 2 fois par jour à une respiration abdominale lente et profonde. Posez vos mains sur votre ventre, sentez-le se gonfler et se dégonfler, peu importe sur l’inspire ou l’expire. Faites au mieux pour vous.

Le tout est de bouger le diaphragme et donc de stimuler les 5 organes. La respiration abdominale doit être la plus lente, fluide et la plus souple possible.  A nouveau, imitez le chat.

Je ne respire jamais à fond trop longtemps, ça crée des tensions. Seulement à des fins thérapeutiques, pour évacuer.

La respiration Ciel / Terre

Debout, pieds bien ancrés en conscience dans le sol, genoux fléchis.
J’inspire, je visualise à travers moi la montée de l’énergie de la Terre vers le Ciel.

J’expire, je visualise à travers moi la descente de l’énergie du Ciel dans la Terre.

Je suis le lien entre les 2.

5ème principe : Prendre le temps

La lenteur du changement

L’évolution intérieure est lente, elle s’oppose à l’objectif, aux résultats, à la rapidité, à la compétition occidentale.

J’accepte que tout prenne du temps, l’être humain change lentement. C’est ainsi. Ce n’est donc pas la peine de commencer un travail intérieur si je ne suis pas prêt à y laisser 20 ans de ma vie.

Si vous rencontrez une personne capable de devenir rapidement ce que vous souhaitez qu’elle soit… Il ne s’agira que de séduction. Le changement ne durera pas.

A minima, un enseignement doit se faire sur une douzaine d’années, c’est le cycle moyen.  Or la motivation change en une décennie, quelque soit la formation. On est à fond au départ puis on arrête, on voit les choses autrement.
C’est normal, j’accepte la pause, je la vis, je reviendrai à l’enseignement différent.

De même, j’accepte que les fruits, les résultats viennent plus tard. La satisfaction ne sera pas immédiate.

Les cycles

Prendre son temps signifie intégrer les cycles de l’univers et du temps. Il existe les cycles journaliers, lunaires, annuels, de 7 ans, de 12 ans, de 5 ans. De nombreux cycles se superposent : affectivité, sommeil, maladie, immunité.

Certaines expériences ou personnages reviennent régulièrement dans ma vie ? J’accepte que les épreuves se représentent parce que je n’apprends jamais en un seul cycle :

    • Le 1er me montre le problème
    • Le 2ème je comprends que je dois changer
    • Le 3ème ma solution est incorrecte
    • Le 4ème ou 5ème ou 6ème ma solution est correcte
    • Enfin le dernier cycle : La vie va me tester !

Si un problème revient, ça peut être décourageant mais ce n’est pas parce que je n’ai pas avancé, c’est au contraire que je peux encore progresser sur le sujet.

Il peut aussi m’arriver de croire que rien n’avance dans un cycle, c’est en fait une période fondamentale. La graine commence sa poussée sous terre, on n’y voit rien !

Les objectifs

C’est difficile de gérer un objectif à 20 ans, il faut donc d’abord vivre le moment présent, ralentir et oublier l’objectif.

Je prends le temps, je profite vraiment du présent et du coup, je progresse plus vite intérieurement.

Quand je ne comprends pas quelque chose, je ralentis, ça décuplera la compréhension globale.

L’important est le chemin. Je ne m’intéresse pas aux résultats. Et quand j’obtiens un résultat, ce n’est pas grave, ça va passer !

6ème principe : L’intention

La connexion corps / esprit

L’intention vient de notre partie profonde, intérieure, elle est corporelle, énergétique et spirituelle.

C’est une volonté que je ne décide pas avec mon cerveau. Elle est en place quand le corps et l’esprit sont réunis, alignés, connectés. Il n’y a plus d’espace-temps.

C’est une force qui induit une action immédiate, spontanée. Le geste est alors parfait, on n’a pas réfléchi.

Le Qi

L’intention est fortement liée au Qi (en chinois, prononcer « tchi »).

Le Qi pourrait avoir pour traduction « Energie », le terme le mieux adapté étant « les souffles ». Il s’agit d’un concept essentiel de la culture chinoise.

Le Qi englobe tout l’univers, il relie les êtres entre eux et circule dans les méridiens de chaque être vivant.

L’élan vital

Pour pouvoir accomplir le geste parfait, je me concentre sur ce que je veux faire, j’ancre le Qi. Au moment de l’action, je projette le Qi à partir du ventre.

L’intention, c’est  « JE VEUX  » par le Qi. En travaillant le Qi,  je mobilise l’élan vital en moi. C’est la volonté du Qi qui se met en place (pas la mienne).

Dans l’intention, tout est possible, j’ai confiance en l’univers.

L’action dans l’intention

Plus je pense avec mon cerveau et plus je suis dispersé, cela empêche l’intention de se mette en place.

J’observe les moments où je ne suis pas dans mon axe et je m’aligne. Quelle est la différence ?

Mes possibilités quand je suis axé sont décuplées.

Essayer d’y arriver ?

Je n’essaye pas l’intention. Je fais. Je suis.

« Essayer » induit l’échec programmé, je ne mets pas tout en œuvre pour y arriver.
Dire qu’on va essayer est de la fausse humilité. Le terme « essayer » est à bannir de ma bouche.

« Le bonheur est le bon chemin vers le bonheur, si tu veux être heureux, sois le. »

7ème principe : La circulation du Qi

Physiquement

Pour être en bonne santé et pour éviter l’immobilisme physique et/ou psychologique, l’énergie (ou Qi) doit circuler. Je rappelle que, selon la médecine chinoise,  les stagnations de Qi induisent des maladies à long terme.

Pour mettre en circulation l’énergie, la solution est très facile : Je dois bouger mon corps. Depuis 15 000 ans que nous sommes devenus sédentaires, nous avons oublié ce qu’est le mouvement. Et ça ne s’est pas amélioré depuis que nous sommes pourvus de télévisions (avec télécommande s’il vous plait…), ordinateurs, voitures et j’en passe.

La marche est la solution idéale pour faire circuler le Qi mais aussi le sport, le jardinage, les travaux physiques…

Donner et recevoir

Le Qi doit aussi circuler psychologiquement et spirituellement.

Les échanges d’énergie se retrouvent entre autre dans le « donner » et le « recevoir ». Quand je donne (de l’amour ou un objet), je crée un vide, cela implique un appel pour remplir. Donc pour recevoir. Le Qi circule.

Donner ne fait rien perdre si mon état d’esprit est correct, axé. Ce qui n’est pas le cas si je donne parce que je me sens coupable, par exemple. Mieux vaut alors ne pas donner.

Recevoir, c’est s’émerveiller de tout ce qui vient, je souris à tout, je remercie. Cela va vraiment me nourrir et me permettre de donner.

La connexion

La circulation du Qi augmente la connexion au ciel, à la terre, aux animaux, aux végétaux, aux humains… Si je réussis à sentir ce lien fondamental à l’univers, cela va me transformer, je vais grandir en sagesse, en conscience.

8ème principe : L’évolution

Le changement

J’accepte de changer en profondeur, c’est un placement intérieur. Définitivement, je ne serai plus ce que j’ai été. Je le décide.

Changer sera difficile au départ car il faudra se mettre en action, il faudra donner un coup de clé pour démarrer. Ou se lever de son canapé. Ou lâcher la télécommande de la télévision ou la souris de l’ordinateur.

Mon égo, qui n’aime pas être bousculé dans ses habitudes, n’appréciera pas. L’évolution va donc se faire dans la douleur. C’est normal.

Je n’ai pas le choix

« Rien ne se perd, rien ne se crée, tout se transforme ». Lavoisier.

Je dois réaliser que la vie est un mouvement continuel et l’admettre. Si j’accepte l’évolution permanente, j’ai le sourire, je dis oui à la vie, ça m’aidera à lâcher.

Certains des mouvements auxquels je serai confronté seront incontrôlables. Ma foi en la vie et mon instinct de survie m’aideront et diminueront mes peurs.

Tout ce que je vis est unique. Je dois expérimenter les différents âges, les séparations, les difficultés, les maladies, la vieillesse, la mort…

La question est toujours « Qu’est-ce que j’apprends en ce moment ? Dans ces difficultés ? »

Nous recevons de riches enseignements toute notre vie, ils sont différents à chaque fois. Nous avons besoin de beaucoup d’expériences pour évoluer, pour grandir en sagesse.

Nous n’avons pas le choix, alors autant le prendre avec le sourire. Ce sera plus facile.

 

(Source: desirdetre.com par Marie Bertolotti – Tiré de l’enseignement donné au Cercle Taoïste Lyon)

L’équilibre

L’équilibre est le produit de l’enracinement et du centrage, il inclut les corps énergétiques et physiques.

 équilibre