Auto-massages Qi Gong pour « Nourrir le Principe Vital »

Les massages du Qi Gong concernent le visage et les sept orifices, le cou et le thorax, les reins et les membres. Ils représentent un moment important dans la séance de Qi Gong. On les pratique en début de séance, surtout le matin ou au réveil pour mettre en route l’énergie et stimuler la circulation des méridiens; le massage est alors vigoureux, plutôt rapide et superficiel. Ou bien on utilise le massage en fin de séance pour bien répartir l’énergie accumulée pendant l’exercice; le massage est alors plus doux, profond et moins rapide.

Importance des mains

Les mains sont considérées comme des récepteurs et des émetteurs de l’énergie. Comme récepteur, le milieu de la paume de la main, le point Lao Gong, peut jouer le rôle de radar de l’énergie pour sentir sur soi ou sur d’autres personnes les vides, les froids, les blocages, les inflammations sur la surface ou à distance du corps énergétique, dans les organes ou dans les centres énergétiques internes. Comme émetteur, le point Lao Gong et l’endroit de la paume le plus puissant parce qu’il est comme une fontaine d’énergie qui rassemble les trois rivières des méridiens qui descendent le long du bras : poumon, coeur et maître-coeur qui est situé au milieu confluent sur lequel se trouve Lao Gong.

Frotter les mains

Commencer toujours le massage en frottant les mains et recommencer entre chaque massage. Frotter les mains l’une contre l’autre, lentement, en appuyant légèrement les paumes l’une sur l’autre pour obtenir de la chaleur et faire venir le Qi dans les paumes. En même temps, on se concentre sur les points Lao Gong et le bout des doigts.

Le visage et le cuir chevelu

C’est un effet de stimulation de l’énergie de la tête qui est Yang et donc de réveil de toute l’énergie du corps. Chaque orifice reçoit un afflux d’énergie et de sang par le massage dans un double but :

  • stimuler l’organe des sens et le sens concerné : vision, ouie, odorat, etc. Pratiqué régulièrement, ce massage permet aux sens de moins s’émousser avec le temps; la vision diminuera moins vite, l’audition aussi, etc
  • stimuler l’organe correspondant à l’organe des sens selon la théorie des cinq éléments. En stimulant l’oreille, on stimule l’énergie des reins; en stimulant les yeux, on stimule l’énergie du foie, avec le nez c’est l’énergie des poumons; les lèvres, l’énergie de la rate et du pancréas; la langue, l’énergie du coeur.

Le corps

Les points du tronc renforcent les points de commande de la circulation de l’énergie. La région des reins et du bas-ventre réveille le Dan Tian, centre de l’énergie vitale.

Les membres

Le massage des bras et des jambes active la circulation dans les méridiens quand on prend soin de le faire dans le sens de circulation des méridiens.

MASSER LE VISAGE

Frotter le visage les mains à plat en remontant sur le côté des joues et redescendre vers l’intérieur des joues.

Ce massage tonifie toute l’énergie du visage, ainsi que la peau et les muscles du visage. Le sens de ce massage lutte contre l’affaissement du visage et contre les rides.

MASSER LE CUIR CHEVELU

Se peigner le cuir chevelu, d’avant en arrière avec le bout des doigts.

Masser et décoller le cuir chevelu du crâne aide la peau à respirer et tonifie les cheveux. Griffer le cuir chevelu, sans trop exagérer, fortifie grandement la micro-circulation capillaire et amène un afflux de sang qui va fortifier la racine des cheveux. Ce massage apporte aussi un afflux d’énergie dans les méridiens de la vésicule biliaire et de la vessie qui pénètrent dans le cerveau et favorise l’entrée de l’énergie dans le cerveau pour éveiller la vigilance.

MASSER LE FRONT

Caresser le front avec la main à plat de la main gauche et en alternant de la main droite. Le geste du bras est large.

Tonifie les points d’acupuncture du front et favorise la circulation du sang et de l’énergie dans les sinus ainsi que dans la peau avec un effet antirides. Énergise les méridiens du Vaisseau gouverneur et de la Vessie.

MASSER LES YEUX

Appliquer les paumes des mains à plat sur les yeux et après un moment descendre les mains de chaque côté des yeux.

Fortifie les yeux et la vision ; défatigue lors d’un travail de concentration ou devant un écran d’ordinateur ; fortifie l’énergie des yeux et de l’organe foie. Appuyer légèrement sur les paupières stimule également l’énergie du cœur. En massant les yeux, on masse d’un coup tous les points d’acupuncture des yeux.

MASSER LE NEZ

Frotter, du haut vers le bas, les ares du nez avec les pouces. Les autres doigts des deux mains se touchent.

Débouche le nez, stimule l’odorat, tonifie l’énergie des poumons et agit sur les points réflexes du nez.

MASSER LES LÈVRES

Poser les pouces de chaque côté des mâchoires, placer l’index de la main gauche entre le nez et la lèvre supérieure et l’index de la main droite entre le menton et la lèvre inférieure et frotter.

Stimule les muscles orbiculaires des lèvres et freine l’apparition des rides autour de la bouche. Stimule l’énergie des organes rate-pancréas et estomac.

MASSER LES OREILLES

Frotter l’oreille en remontant et redescendre en frottant le pourtour extérieur de l’oreille. A la fin redescendre en pinçant le lobe de l’oreille.

Ces massages stimulent la circulation de l’énergie et du sang dans les pavillons des oreilles et dans les oreilles elles-mêmes, ils fortifient l’audition. Les oreilles sont en rapport avec les reins. Fortifier les oreilles stimule donc l’énergie des reins. Les pavillons des oreilles sont une zone réflexe où se projette tout le corps. Stimuler les pavillons stimule tous les points réflexes du corps et fortifie l’ensemble des fonctions.

MASSER LE COU / LA NUQUE

Pencher la tête en avant et poser les paumes des mains à plat sur le cou et le frotter en faisant un mouvement de gauche à droite avec les mains.

Favorise la circulation de l’énergie et du sang dans la région du bulbe, stimule les centres réflexes de cette région, assouplit la nuque, lutte contre l’arthrose et l’ankylose des vertèbres cervicales, régularise le sommeil. Le massage du cou renforce la circulation de l’énergie dans les cervicales, le bulbe et le cervelet.

MASSER LE PALAIS DES CENTRES VITAUX (SHU FU – Rn27) ET LE GRAND LO DE L’ENERGIE (DA BAO – Rt21)

Mettre les doigts en “bec d’oiseau”, frapper doucement avec le bec de la main gauche sous la clavicule droite et en même temps avec le bec de la main droite frapper doucement sous les côtes flottantes à gauche (points Da Bao) (les bras sont croisés). Ensuite frotter (masser) ces mêmes zones avec la paume des mains à plat, Puis inverser les côtés.

Favorise la circulation de l’énergie nourricière dans tous le corps; stimule la circulation du système lymphatique; stimule la circulation des liquides dans la chair ; ces deux points combattent la cellulite. La stimulation des points sous les clavicules, puis le tapotement de ce point sous l’aisselle fortifie la circulation du système lymphatique et des liquides organiques (infiltration d’eau, œdème, cellulite, culotte de cheval)

MASSER MING MEN

Tapoter les reins avec le dos des mains, puis les frotter avec les paumes des mains à plat.

Renforce la région lombaire, prévient les courbatures, les lombalgies, notamment à l’effort, en station debout ou pendant les règles. Renforce le fonctionnement des reins et de leur énergie, éveille l’énergie Jing, l’énergie essentielle qui est l’énergie vitale stockée dans les reins et la zone du Ming Men entre les deux reins.

MASSER LE DAN TIAN

Poser les paumes des mains à plat sur la zone en dessous du nombril (Dan Tian). Frotter de gauche à droite, puis faire des mouvements circulaires dans un sens puis dans l’autre.

Conduit l’énergie réveillée dans le Ming Men jusque dans le Dan Tian, qui est le “foyer” inférieur. De cette zone, l’énergie peut être raffinée en énergie subtile et chaude et être envoyée dans les méridiens.

MASSER LES BRAS

Frapper le dessus de la main droite avec le bout des doigts de la main gauche, puis frotter l’extérieur du bras droit en remontant avec la paume de la main gauche à plat jusqu’à l’épaule droite, puis redescendre en frottant l’intérieur du bras droit jusqu’à la paume ouverte et au bout des doigts de la main droite. Terminer en frappant l’intérieur du bout des doigts de la main droite avec le bout des doigts de la main gauche. Faire le même exercice sur le bras gauche.

Suis le sens de circulation des méridiens d’acupuncture, et donc stimule et accélère la circulation du Qi dans ces réseaux et y propage l’énergie accumulée dans le Dan Tian. Favorise la dissolution des blocages et stagnations du Qi dans les méridiens.

MASSER LES JAMBES

Avec les paumes des mains à plat, frotter l’extérieur de chaque jambe en descendant et remonter à l’intérieur des jambes. Après plusieurs fois, continuer ce mouvement en ajoutant un passage derrière les reins et devant le point Dan Tian.

Suit le sens de circulation des méridiens d’acupuncture, et donc stimule et accélère la circulation du Qi dans ces réseaux et y propage l’énergie accumulée dans le Dan Tian. Favorise la dissolution des blocages et stagnations du Qi dans les méridiens.

STIMULER LES POINTS

Marteler” du bout de l’index le point E36 une dizaine de fois, puis avec l’index ou le pouce faire des massages circulaires sur ce même point en appuyant assez fort, ceci pendant une à deux minutes. Puis tapoter bien avec les poings fermés.

Indiqué pour redonner de l’énergie et renforcer les états faibles. Le 36 Estomac est le point d’acupression le plus utilisé en raison de son efficacité et de ses applications diverses ; il constitue par exemple un traitement de choix pour renforcer le système immunitaire. Les indications thérapeutiques de ce point, en combinaison avec d’autres points, concernent le traitement: vomissements, douleurs gastriques, distensions abdominales, indigestions et autres problèmes du système digestif, borborygmes, diarrhées, constipations, étourdissements, mastites, troubles mentaux, états de choc, hémiplégie, atrophie, douleurs articulaires du genou, ulcères, entérites chroniques, pancréatites aiguës, énurésie, anémie, hypertension, asthme, maladies du système de reproduction, …

Zu San Li est indiqué pour n’importe quel trouble apparaissant le long du méridien de l’estomac. Cela inclut les troubles de la poitrine (abcès, douleur, gonflement…) et les douleurs le long de la jambe.

Secouer les mains après chaque massage. Frotter les paumes des mains avant chaque nouveau massage.


Le Qi Gong des confinés – Cours interactifs en webinaire
 
    • Lundis 16h30 et 19h30
    • Mardis 18h30
    • Jeudis 10h30, 17h30 et 19h30

S’inscrire:

Vous habitez Luxembourg ou la grande région et vous avez l’intention de vous mettre au Qi Gong prochainement ?

Cours, ateliers, stages de Qi Gong….

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Visitez également notre page Facebook.

Billetterie

Billetterie

Ba Duan Jin (八段锦) : Les 8 pièces de brocart

Les « Ba Duan Jin (八段锦) » ou « 8 pièces de brocart » sont considérées comme une série très classique de Qi Gong en mouvement depuis que le général Yen Fei, dans la dynastie des Song, les a composées.

Le Ba Duan Jin est issue d’une autre série appelée « mouvements pour renforcer les muscles et les tendons » créée par le moine bouddhiste Boddhidharma, celui à qui l’on doit le Zen.

Le but premier du général Yen était de renforcer le physique des soldats de l’armée chinoise en lutte contre le Japon.

Celui de Boddhidharma était de renforcer le physique des moines du mont Shaolin, ramollis par les méditations et l’absence d’exercice. A partir de Boddhidharma, le temple Shaolin connut la réputation la plus haute dans le domaine du Kung Fu.

C’est dire que les « Ba Duan Jin », les « 8 pièces de brocart », ont une action sur le renforcement de la forme physique. Pourtant, fait très étonnant, on ne force presque pas musculairement au cours de ces 8 figures, et elles sont à la portée de tous. Les personnes qui feront l’expérience de pratiquer « les 8 pièces de brocart » 15 à 20 minutes par jour, verront leur corps changer.

Il est classifié dans la catégorie Qi Gong externe « Wei Dan », qui veut dire au sens large du terme renforcement du corps (un effet « bouclier » qui permet de mieux se protéger des agressions externes).

Le Ba Duan Jin est un Qi Gong visant à rendre l’organisme plus résistant et à prolonger la vie. Ces exercices sont efficaces pour favoriser l’amélioration de la santé.

Le Ba Duan Jin peut être pratiqué à tous âges. Ce sont des mouvements oxygénant qui s’effectuent en souplesse, lentement et en douceur. Tous les mouvements sont cohérents aux mouvements du corps : les exercices s’effectuent en rondeur, dans la fluidité du mouvement naturel et fonctionnel du corps.

Il a été démontré que cette méthode contribue à :

    • améliorer les fonctions du système respiratoire
    • améliorer la mobilité des membres et des articulations
    • favoriser l’équilibre et la concentration
    • régulariser le système nerveux central
    • renforcer les fonctions cardiovasculaires
    • améliorer la condition de santé chez les personnes souffrant de maladies telles que la sclérose des artères coronaires et l’ostéoporose
    • augmenter la fonction immunologique du corps
    • retarder le vieillissement et prolonger la durée de vie

Mais, grâce aux concentrations et aux visualisations, l’action des « 8 pièces de brocart » va s’exercer également sur l’énergie et la conscience.

L’énergie va être régénérée, stimulée, régularisée, épurée, purifiée, et conduite dans l’intimité la plus profonde du corps, au cerveau et à la moelle. Grâce à ce travail, l’énergie va influencer la conscience, relaxer l’esprit. l’aider à trouver sérénité, maîtrise et développement.

Petite vidéo montrant l’enchaînement des 8 pièces de Brocart :

(version transmise à l’Institut Européen de Qi Gong et Yang Sheng du Dr. Yves Réquéna)

  • 1er mouvement: Soutenir le ciel avec les mains
  • 2ieme mouvement: Viser un aigle très loin renforce la taille et les reins
  • 3ieme mouvement: Séparer les mains régularise la rate et estomac
  • 4ieme mouvement: Osciller la tête et balancer le fondement dissout le feu du coeur
  • 5ieme mouvement: Regarder en arrière prévient les 5 faiblesses et les 7 blessures
  • 6ieme mouvement: Les 2 mains rejoignant les pieds renforcent la taille et les reins
  • 7ieme mouvement: Poings serres et yeux flamboyants augmentent la force musculaire
  • 8ieme mouvement: Se soulever sur la pointe des pieds régularise les 6 grands méridiens

Retrouvez un descriptif détaillé de chaque mouvement avec les intentions et bienfaits spécifiques dans le livre (avec DVD) : « A la découverte du Qi Gong » du Dr. Yves Réquéna.

Disponible chez www.matins-clair.com

L'homme vient au monde tendre et souple ;
à sa mort, il est dur et figé.
Les plantes fraîches sont délicates et pleines de vie ;
mortes, elles sont rêches et desséchées.
Le figé et l'inflexible sont l'élève de la mort,
tandis que le doux et souple sont l'élève de la vie.
Une armée qui ne sait pas s'adapter
ne remporte jamais une bataille.
Un arbre qui ne plie pas se brise facilement.
Ce qui est dur et fort périra ;
ce qui est doux et faible durera.

Lao Tse

Avez-vous déjà essayé la pratique du Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Cours, ateliers, stages de Qi Gong….

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Visitez également notre page Facebook.

Billetterie

Zu San Li « le point de la longévité » : ce qui se passe quand vous le massez !

36E : Zu San Li (36 Estomac) -> Le point le plus important pour l’entretient de la santé …

Zu San Li - 36EDans la médecine traditionnelle chinoise, le corps est considéré comme un système de vitalité. Le massage peut donc influencer le flux de vitalité et le bon fonctionnement des organes. Le point Zu San Li est connu comme  « le point de la longévité » en Chine , et « le point des centaines de maladies » au Japon.

Où se trouve ce point magique?

Le point de la longévité se trouve sous la rotule. Pour le trouver, vous devez couvrir votre genou avec la paume de la main. Le point se trouve entre les extrémités du petit doigt et de l’annulaire, c’est comme une petite égratignure entre les os. Vous pouvez également le trouver en vous asseyant sur le sol, et en appuyant vos pieds sur le sol en les ramenant vers vous, sans lever les talons. Sous le genou il y a une zone plus élevée. Détecter le point le plus haut, mettre le doigt dessus, et levez vous. Le point sur lequel votre doigt est pressé est le point Zu San Li.

Quel est le rôle de ce point pourquoi les Japonais l’appellent–ils le point d’une centaine de maladies?

Le point Zu San Li permet:

    • Le bon fonctionnement des organes de la partie inférieure du corps.
    • Le bon fonctionnement de la moelle épinière dans les parties qui sont en charge du tractus gastro-intestinal, du traitement des voies, des organes génitaux, des reins et des organes surrénaux.
    • Il libère de l’adrénaline, de l’hydrocortisone et d’autres hormones essentielles pour le sang.
    • La stabilisation de la pression artérielle.
    • La stabilisation du taux de glucose et de l’insuline.
    • Régler le système immunitaire.
    • Éliminer les inflammations de l’organisme.
    • Améliorer la digestion.
    • Traiter les impacts d’un accident cérébral.
    • Guérir les maladies de l’appareil digestif.

Le frottement de ce point vous aidera à avoir confiance en vous, vous débarrasser de l’anxiété et de la pression et de retrouver une harmonie intérieure.

En frottant ce point, vous pouvez guérir de nombreux maux, y compris le hoquet, la constipation, la gastrite, l’incontinence.

Comment procéder?

Il est idéal pour frotter le point Zu San Li tous les matins, avant de déjeuner, 9 fois dans un mouvement circulaire dans le sens des aiguilles d’une montre sur chaque jambe. Vous devriez le faire pendant 10 minutes.

Avant de commencer à frotter, vous devez prendre une position assise relâchée. Calmez votre respiration et de concentrez-vous sur vos émotions.  Vous pouvez frotter le point avec vos doigts ou avec un grain (sarrasin, avoine, riz, etc …).

En outre, vous pouvez placer une demi-gousse d’ail et la laisser pendant 1 à 2 heures (jusqu’à ce que la peau devienne rouge). Le frottement du point Zu San Li de nuit est idéal pour réduire le poids de 400 à 500 grammes par semaine. Ne pas frotter juste avant d’aller dormir car cela peut troubler le sommeil.

Vous pouvez frotter le point Zu San Li constamment, mais cela aura un meilleur impact pendant la nouvelle lune.

  1. Huit jours après le début de la nouvelle lune, frottez ce point dans la matinée sur chaque jambe dans le sens de l’aiguille d’une montre. C’est le meilleur moment pour frotter le point, gardant à l’esprit l’objectif final de fortifier le système immunitaire, améliorer le travail de tous les organes et de faciliter le processus de vieillissement.
  2. Avant le déjeuner, frottez le point sur chaque jambe dans le sens des aiguilles d’une montre, de manière à améliorer la mémoire, le travail du système cardio-vasculaire et le système digestif.
  3. Après le déjeuner, frottez le point en même temps sur les deux jambes, pour prévenir  l’anxiété, la nervosité et l’irritabilité, les migraines et les troubles du sommeil.
  4. La nuit, frottez dans le sens contraire aux aiguilles d’une montre, gardant à l’esprit l’objectif final  d’améliorer la digestion et de perdre du poids.
Source:
http://www.sante-nutrition.org
 Healthy Food House
 Eddenya

Avez-vous déjà essayé la pratique du Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Cours, ateliers, stages de Qi Gong…. billetterie enligne

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Visitez également notre page Facebook.

Dans quels domaines le Qi Gong donne-t-il de bons résultats ?

Le Qi Gong permet de développer les capacités de concentration et d’attention, améliore la posture, contribue au bon fonctionnement cardiovasculaire, entretient les articulations et le système respiratoire. Les Chinois affirment même qu’il ralentit le vieillissement. Mais pour cela, il faut qu’il soit pratiqué auprès d’un maître sérieux, si possible médecin ou thérapeute énergéticien.

Dans ces conditions, il a fait la preuve de son efficacité dans de nombreux domaines. En 2007, douze essais cliniques ont montré que le Qi Gong a des effets positifs sur l’hypertension artérielle. D’autres chercheurs ont étudié les variations de la production des substances immunitaires (globules blancs, médiateurs de l’immunité…). Résultat : cette production augmente après les séances chez les personnes qui s’y livrent régulièrement, améliorant ainsi leurs défenses contre les agresseurs microbiens. Le Qi Gong agit également sur les dérèglements du cycle féminin, les douleurs chroniques, l’insomnie, les maux de tête, les troubles digestifs. Il semble aussi que cette technique énergétique puisse diminuer les effets secondaires des traitements chimiothérapeutiques lourds (cancer, sida…). Enfin, côté psycho-émotionnel le Qi Gong contribue à améliorer la résistance au stress et à réguler l’humeur.

—–

Pour plus d’informations:

Gino Micucci
Professeur et Praticien de Qi Gong, diplômé de l’Institut Européen de Qi Gong et Yang Sheng 

facebook: https://www.facebook.com/gino.micucci

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région

 

Le Qi Gong (article « Bien et Bio ») – « entraînement énergétique »

Screenshot from 2015-03-14 17:06:51Que les Chinois soient des millions à pratiquer des exercices quotidiens, sur le pas de leur porte, dans les parcs ou même à l’usine, est de notoriété publique; il s’agit généralement de Tai Ji Quan et de Qi Gong (se prononce tchi koung). Ensemble, ces deux approches sont considérées comme étant de l’ « entraînement énergétique », selon les principes de la Médecine traditionnelle chinoise (MTC).

La pratique régulière du Qi Gong sert à renforcer et assouplir la structure musculosquelettique

entraînement énergétique: Le Qi Gong ou comment renforcer et assouplir la structure musculosquelettiqueRappelons qu’outre l’entraînement énergétique, la MTC comprend quatre autres pratiques : la diététique, l’acupuncture, la pharmacopée et le massage Tui Na.

Un des concepts fondamentaux de la Médecine traditionnelle chinoise étant le Qi, ce flux énergétique omniprésent, et Gong voulant dire travail ou entraînement, le Qi Gong est une pratique qui consiste à entraîner le Qi, c’est-à-dire à le renforcer, l’accroître, l’épurer, l’équilibrer et le faire circuler harmonieusement dans le corps et l’esprit. Pour une présentation du Qi et des principes de base de la Médecine traditionnelle chinoise, voir cette fiche.

La pratique régulière du Qi Gong sert à renforcer et assouplir la structure musculosquelettique et à optimiser toutes les fonctions de l’organisme dans le but d’entretenir la santé et même, d’assurer la longévité. Dans certains cas, elle peut aider à la guérison. C’est aussi une bonne préparation à toutes les activités sportives, artistiques et éducatives parce qu’elle favorise la concentration. Il existe également des exercices destinés spécifiquement à préserver l’énergie sexuelle.

Maîtriser le Qi

Par le contrôle du corps, de la respiration et de la pensée, les adeptes du Qi Gong apprennent donc à percevoir leur Qi et à le diriger le long des trajets d’énergie (les méridiens de l’acupuncture). Ils en viennent éventuellement à pouvoir absorber directement l’énergie de la terre, du ciel ou de la nature. Pour pratiquer le Qi Gong, on utilise :

  • Des visualisations et des méditations.
  • Des exercices respiratoires.
  • Des postures immobiles, tenues un certain temps.
  • Des mouvements très diversifiés et généralement très lents, ou des enchaînements de mouvements.
  • Des étirements et des ondulations.
  • Une grande attention mentale.

Mentionnons que le Qi Gong se distingue du Tai Ji Quan par ses mouvements plus courts et isolés qui peuvent parfois être exécutés en position couchée, alors que le Tai Ji Quan est essentiellement pratiqué en posture verticale.

Une connaissance approfondie de la Médecine traditionnelle chinoise n’est pas indispensable à la pratique du Qi Gong, mais certaines notions sont utiles pour une pratique personnelle avertie. On peut s’en tenir à le considérer comme une gymnastique, mais ce serait passer à côté de ses vastes possibilités. Les enseignants de Qi Gong, par contre, doivent avoir une excellente compréhension de la MTC afin d’orienter les pratiquants vers les exercices appropriés à leur condition.

En pratique, formations, livres

L’ensemble des auteurs affirme que, pour en ressentir les bienfaits, le Qi Gong doit être pratiqué tous les jours pendant un minimum de 20 minutes, idéalement 45 minutes.

Bien que de nombreux livres puissent aider les personnes désireuses d’adopter une telle pratique, les instructions d’un enseignant qualifié seraient indispensables pour atteindre l’état d’esprit ainsi que les postures et les mouvements justes ; cela permettrait également d’éviter les exercices qui ne conviennent pas à son état mental ou physique. Évidemment, les périodes de cours devront être complétées par des périodes d’entraînement.

Formation

L’enseignement du Qi Gong n’est régi officiellement par aucun organisme ni aucune association, ni en Europe ni en Amérique. Si aucune école québécoise ne décerne de diplôme, quelques instituts européens le font. À l’Institut International de Qi Gong, par exemple, on donne une formation de praticien (240 heures sur deux ans) et de professeur (360 heures sur trois ans). Plusieurs écoles de Qi Gong ouvertes au grand public donnent aussi de la formation professionnelle de même que certains instructeurs privés.

Une telle formation doit comprendre à la fois théorie (philosophie taoïste, énergétique chinoise, anatomie, etc.) et pratique.

Livres

– Bruney Michael. The Gigong Year : A seasonal Guide to Movement, Breathing and Meditation, Storey Books, États-Unis, 2002.
Un petit livre très « chouette » avec des exercices archisimples pour qui veut aborder cette pratique en douceur et très graduellement.

– Carnie L.V. Qi Gong : méthode traditionnelle chinoise pour rester jeune et en santé, Éditions de l’Homme, Canada, 1998.
Une introduction simple et claire.

– Chia Mantak. Guérison par le Chi Kung taoïste, Guy Trédaniel éditeur, France, 2002.
Le plus récent livre de ce grand maître d’une approche appelée Tao de la santé, et auteur prolifique; beaucoup d’illustrations couleur pour faire comprendre les mécanismes en jeu.

– Ferraro Dominique. Qi Gong pour les enfants, Le Courrier du Livre, France, 2000.
Dès 6 ou 7 ans, les enfants peuvent être initiés à des exercices simples qui peuvent les aider dans leur développement psychophysique.

– Jahnke Roger. The Healing Promise of Qi – Creating Extraordinary Wellness Through Qigong and Tai Chi, McGraw-Hill, États-Unis, 2002.
Un des excellents livres en anglais écrit par un docteur en médecine chinoise et maître de Qi Gong, qui explique clairement les principes de base de l’approche chinoise et propose plusieurs exercices.

– Migaud Martine. Qi Gong : la médecine des souffles, Éditions Godefroy, France, 1995.
Dans la mesure où on peut apprendre le Qi Gong dans un livre, celui-ci est un excellent guide. Écrit par une médecin et acupunctrice.

– Reid Daniel. A Complete Guide to Chi-Gung : Harnessing the Power of the Universe, Shambala Press, États-Unis, 1998. Une introduction substantielle, surtout théorique.

– Réquéna Dr Yves. À la découverte du Qi Gong, Guy Trédaniel éditeur, France.
Par le directeur de la formation à l’Institut International de Qi Gong.

– Zhao Jin-Xiang. Le Qi Gong chinois de l’envol de la grue, Guy Trédaniel éditeur, France, 1991. Pour qui veut passer directement à la pratique. Cette approche-ci, développée par l’auteur, comprend cinq enchaînements de mouvements.

– Zöller Joséphine. Qi Gong : exercices énergétiques de santé, Édtions Dangles, France, 1990. Un livre pour une pratique sérieuse, écrit par une femme médecin allemande, avec des centaines d’exercices dont plusieurs sont présentés en fonction de différentes affections.

Recherches scientifiques sur le Qi

Depuis 25 ans, le Qi a été surtout mesuré en ayant recours à des maîtres capables d’émettre du Qi (sur des cellules en éprouvettes ou des rats de laboratoire, par exemple) et sur le corps desquels on observait des réactions physiologiques. Parmi ces recherches, mentionnons celle dont la conclusion se lit comme suit : « Les résultats sont conséquents avec les recherches in vivo effectuées sur des humains et suggèrent que le Qi émis possède un puissant effet stimulant sur l’activité des cellules tueuses naturelles (natural killer cells). Cette étude offre un appui scientifique direct au fait que le Qi puisse affecter positivement l’immunité cellulaire humaine. »
Recherches scientifiques sur les applications thérapeutiques du Qi Gong

Malheureusement, peu de recherches sur les applications de la pratique du Qi Gong se conforment aux stricts protocoles scientifiques. Il est en effet pratiquement impossible de mener des études en double aveugle avec placebo, comme l’exige la méthodologie scientifique. Par ailleurs, les recherches menées en Chine depuis 25 ans sont rarement publiées en Occident. Cela dit, voici les conclusions des principales études disponibles.

Capacité respiratoire. Le plus grand nombre de recherches répertoriées par Pubmed concerne le renforcement du système respiratoire chez les personnes souffrant de différentes maladies affectant ce système. Si certaines n’ont observé que peu ou pas d’amélioration, une synthèse de plusieurs recherches auprès d’asthmatiques a révélé que la combinaison du Qi Gong avec la médication avait permis de réduire les doses de médicaments et la durée des hospitalisations. Une autre recherche menée en Allemagne auprès de 30 patients pendant six mois en est arrivée à la conclusion que la pratique régulière du Qi Gong aidait à réduire la sévérité de l’asthme.

Hypertension. Le second sujet le plus fréquent dans les recherches répertoriées est l’hypertension. Selon une synthèse de plusieurs d’entre elles, les résultats indiquent que la pratique du Qi Gong peut avoir un effet positif sur cette maladie. D’après une autre synthèse d’études cliniques sur la pratique du Qi Gong, on a observé une réduction des accidents vasculaires cérébraux et de la mortalité ainsi qu’une réduction de la médication requise pour le contrôle de la tension artérielle. Effets secondaires de la médication anticancéreuse. Selon une synthèse de recherches menées auprès de cancéreux sous médication, la pratique du Qi Gong réduirait les effets secondaires de la médication.

Sevrage de l’héroïne. Lors d’une étude clinique réalisée en Chine auprès d’un groupe d’hommes en cure de désintoxication, le tiers des participants a participé à des sessions quotidiennes de Qi Gong, un autre tiers a pris des médicaments tandis que le troisième tiers servait de groupe témoin. Les résultats ont montré que le Qi Gong accélère le processus de désintoxication, réduit les symptômes de sevrage et diminue l’anxiété.

Applications thérapeutiques

Le Qi du maître guérisseur

Dans son application médicale, le Qi Gong est de deux natures : il y a celui que l’on pratique pour soi (Qi Gong Yang Sheng), dont il est principalement question dans cette fiche, et celui qu’un maître peut appliquer sur un malade (Qi Gong Waiqi). Dans ce cas, un maître ayant atteint une très grande expertise peut non seulement émettre du Qi, mais l’orienter spécifiquement sur un organe malade. Des récits rapportent que de telles personnes peuvent anesthésier des patients pour une chirurgie, réparer des blessures et même soigner un cancer. Plusieurs recherches différentes ont effectivement mesuré une charge biomagnétique (jusqu’à mille fois supérieure à la normale) au bout des doigts des intervenants lors de l’émission du Qi.

Selon la perspective de l’énergétique chinoise, tous les « guérisseurs » émettent du Qi, quel que soit le nom qu’on donne à leur approche. Les pratiques de guérison sont toutefois interdites en Occident, bien que plus ou moins tolérées parce que considérées comme anodines ou fantaisistes (puisque le praticien ne touche même pas son patient), pour autant que la personne n’empêche pas le patient de recevoir un traitement médical. Non réglementées, ces pratiques se font très discrètes, d’où la difficulté de trouver des praticiens compétents. Il existe probablement des maîtres de Qi Gong Waiqi en Europe et au Québec, bien que rares, et ils seraient plutôt d’origine chinoise (la pratique étant encore très jeune en Occident), mais il existe probablement aussi des charlatans…

Processus plus que miracle

Selon ce que nous a dit Martine Migaud, acupunctrice et enseignante de Qi Gong, l’essentiel de cette approche ne consiste pas en des « recettes miracles » susceptibles de guérir spécifiquement telle ou telle maladie, mais en une puissante force capable de mettre en oeuvre les mécanismes autonomes de guérison dans l’individu qui entreprend la pratique et persévère. Une même classe peut regrouper des personnes qui veulent se maintenir en forme, d’autres qui cherchent à se libérer du stress et d’autres encore qui souffrent de maladie.

Selon l’Institut européen de Qi Gong, la pratique régulière d’exercices appropriés (parmi une très vaste gamme) permettrait les applications suivantes :

Comme mode de prévention. Assouplissement, détente, relaxation, gestion du stress, équilibre psychosomatique, meilleure vitalité, prévention des maladies, entretien de la mémoire, meilleur sommeil.

Comme approche curative. Améliorer la santé des personnes souffrant de maladies cardiovasculaires, d’hypertension, d’insomnie, de déficit oculaire, de diabète, de paralysie, de maladies dégénératives, de déficit profond de l’immunité, d’asthme, d’hypercholestérolémie, pour n’en nommer que quelques-unes.

Pour l’épanouissement sportif. Augmenter la qualité du contrôle, l’endurance, la respiration et la capacité de propulsion soudaine.

Pour le développement personnel. Moduler la réponse émotionnelle et l’adaptation au stress psychoémotionnel ou affectif; favoriser, tant chez l’adulte que l’enfant, la mémorisation, l’effort intellectuel, mais aussi l’imagination et la créativité.

Pour l’ouverture spirituelle. Favoriser le développement de certaines qualités, comme le calme, la sérénité et le lâcher-prise.

Une science venue du Tao

Bien qu’elles aient toutes une base commune (la conception taoïste de l’équilibre du Yin et du Yang) et des pratiques similaires, on peut distinguer trois grands types d’écoles traditionnelles de Qi Gong :

  • spirituelles, dont l’objectif est surtout de libérer l’esprit;
  • martiales, dont font partie les différentes formes de Tai Ji Quan (ou Tai Chi), appelé aussi « boxe avec l’ombre »;
  • médicales.

On croit que la science du Qi est étudiée en Chine depuis au moins 3 000 ans et qu’elle se serait manifestée sous des milliers de formes au fil du temps. Les personnes ayant développé une grande maîtrise martiale de cette énergie seraient capables, semble-t-il, de terrasser un adversaire sans le toucher ou de développer une résistance physique hors du commun; en Chine, il arrive de voir certains « maîtres » monnayer ces capacités inhabituelles dans des foires… D’autres auraient développé une maîtrise médicale et seraient capables de guérir des personnes sévèrement malades. Après plusieurs années d’interdiction de toute forme de Qi Gong par le régime communiste, la Chine fait aujourd’hui la promotion de simples exercices de santé auprès de sa population et dans les hôpitaux. C’est grâce, en bonne partie, aux moines taoïstes que la connaissance profonde du Qi aurait été maintenue vivante et pourrait encore être apprise.

Références

Note : les liens hypertextes menant vers d’autres sites ne sont pas mis à jour de façon continue. Il est possible qu’un lien devienne introuvable. Veuillez alors utiliser les outils de recherche pour retrouver l’information désirée.
Bibliographie

Novey Donald W. (Dir). Clinician’s Complete Reference to Complementary & Alternative Medicine, Mosby Inc., États-Unis, 2000.
René de Cotret Léon. Dossier Qi : L’émergence du Qi, L’arrivée du Qi Gong, Le Qi selon Mantak Chia, Guide Ressources, numéros de septembre, octobre et novembre 1994.
Institut Supérieur de Médecine Chinoise Guang Ming.  www.chinamed.be
Institut européen de Qi Gong.  www.ieqg.com
PubMed – National Library of Medicine.
Qigong Institute.  www.qigonginstitute.org

Notes

1. Seto A, Kusaka C, Nakazato S, et al. Detection of extraordinary large bio-magnetic field strength from human hand during external Qi emission. Acupunct Electrother Res. 1992;17(2):75-94.
2. Lee MS, Huh HJ, Jang HS, et al. Effects of emitted Qi on in vitro natural killer cell cytotoxic activity. Am J Chin Med. 2001;29(1):17-22.
3. Sancier KM. Therapeutic benefits of qigong exercises in combination with drugs. J Altern Complement Med. 1999 Aug;5(4):383-9. Synthèse.
4. Reuther I, Aldridge D. Qigong Yangsheng as a complementary therapy in the management of asthma: a single-case appraisal. J Altern Complement Med. 1998; 4: 173-183.
5. Mayer M. Qigong and hypertension : a critique of research. J Altern Complement Med. 1999 Aug;5(4):371-82. Synthèse.
6. Li M, Chen K, Mo Z. Use of Qi Gong therapy in the detoxification of heroin addicts. Alternative Therapies. 2002 Jan-Feb Vol.8, No.1, p.50-59.

Source : le Réseau Protéus

(article d’Ann Charlotte – « Bien et Bio »)

Avez-vous déjà suivi des séances de Qi Gong ou bien avez-vous l’intention de vous y mettre prochainement ?

Contactez-nous: info@generationqigong.com 

Génération QI GONG – Luxembourg et Grande Région
(« Le bien-être par le Qi Gong »)

Li Qing Yun : Les secrets de sa longévité

Li Qing Yun

Selon la légende, Li Qing Yun (1677-1933) était chercheur en médecine chinoise, expert en plantes médicinales, maître de Qi Gong et conseiller en stratégie. La légende dit qu’il aurait vécu 256 ans, sous le règne de neuf empereurs de la dynastie Qing. 

L’annonce de sa mort, parue en mai 1933 dans Times Magazine, intitulée « Tortue-Pigeon-Chien », révélait ses secrets de longévité : « Garder un cœur aussi tranquille que la tortue, marcher aussi vite que le pigeon et dormir comme le chien ». 

M. Li est décrit comme ayant eu un mode de vie tranquille et singulier. Il ne buvait jamais de liqueurs fortes et ne fumait pas. Il prenait ses repas à des heures régulières. Il était végétarien et buvait fréquemment du thé aux baies de goji. 

Il se couchait de bonne heure et se réveillait tôt. Quand il avait le temps, il s’installait les yeux fermés, les mains sur les genoux et restait là, sans bouger, pendant plusieurs heures.

Durant son temps libre, Li jouait aux cartes, faisant en sorte de perdre assez d’argent pour que son adversaire puisse se payer un repas. En raison de sa générosité et de son attitude magnanime, tout le monde appréciait sa compagnie. 

Li Qing Yun a passé sa vie à étudier la pharmacopée chinoise et à découvrir les secrets de la longévité, voyageant à travers les provinces chinoises et allant jusqu’en Thaïlande pour cueillir des herbes médicinales et soigner les gens.  

Bien qu’il soit difficile de savoir si Li a réellement vécu aussi longtemps que le disent les légendes, le peu que nous savons de ses habitudes de vie s’accorde avec les résultats des études menées par la science au sujet de la longévité.

Recherches

Dan Buettner, auteur de l’ouvrage The Blue Zones: Lessons for Living Longer From the People Who’ve Lived the Longest (ndlr. Les zones bleues : Leçons pour vivre longtemps par les gens qui ont vécu le plus longtemps) a fait des recherches au sujet de la science de la longévité. Dans son livre, il étudie le mode de vie de quatre peuples géographiquement éloignés à travers le monde. Tous ces groupes – les Adventistes californiens, les Okinawais, les Sardes et les Costaricains – vivent plus de 100 ans, 12 années de plus que la moyenne. Il a nommé le lieu où ces gens vivent « zones bleues ». 

Selon les recherches de Buettner, tous les groupes des zones bleues ont un régime alimentaire à base de légumes. Le groupe des Adventistes de Loma Linda en Californie mange beaucoup de légumes verts, comme il est mentionné dans la Bible. Les éleveurs qui vivent dans les montagnes de la Sardaigne mangent un pain sans levain, avec des grains entières, du fromage provenant d’animaux nourris avec de l’herbe et un vin spécial.

Buettner a découvert que les régimes en basses calories aident à prolonger la vie, comme démontré par un groupe de personnes âgées en bonne santé d’Okinawa pratiquant une règle confucéenne qui consiste à arrêter de s’alimenter quand l’estomac est plein à 80%.

Méditation

Les chercheurs ont révélé de nombreux avantages quant à la méditation régulière. Des neuroscientifiques, de l’Université Medical School du Massachusetts, ont réalisé une expérience sur deux groupes d’employés en informatique souvent stressés. Le premier groupe devait méditer quotidiennement tandis que le deuxième continuait à vivre normalement. 

Ils ont constaté que le groupe de méditation « était caractérisé par une augmentation prononcée de l’activité au niveau du lobe frontal gauche  », annonce un article de Psychology Today en 2003. « Ce changement diminue les effets négatifs dus au stress, à la dépression légère et à l’anxiété. Nous avons aussi noté une baisse de l’activité dans la région de l’amygdale. Or c’est à cet endroit que le cerveau traite la peur. »

La méditation améliorerait l’humeur et ralentirait également le rétrécissement du cerveau dû au vieillissement. 

En dehors de la méditation, Buettner a constaté que l’inflammation, qui est une réaction au stress, était prévenue par des pauses régulières. Par exemple, les adventistes en Californie se conforment avec discipline à leurs 24 heures de sabbat, où ils consacrent du temps à la réflexion, à la prière et aux relations sociales.

Communauté

Buettner a également constaté que le communautarisme est un point commun des groupes en zone bleue. Cette organisation sociale aurait donc une influence prépondérante sur la longévité des êtres humains. Les Okinawaïens ont dans l’ensemble beaucoup d’amis proches avec lesquels ils partagent tout. Les montagnards sardes ont un profond respect pour les personnes âgées, ce qui n’est pas le cas pour les sociétés occidentales modernes. Les adventistes accordent une grande importance à la piété filiale. 

Le sentiment d’appartenance à un groupe d’amis ou à une famille possédant des habitudes saines encouragerait l’être humain à vivre sainement également. 

Dans l’ouvrage Outliers, Malcolm Gladwell examine les Rosetans. Ces derniers sont un groupe d’origine italienne migré vers une région à l’ouest de Bangor, en Pennsylvanie, aux Etats-Unis. L’écrivain peint le portrait d’un groupe qui, dans l’ensemble, a moins de problèmes cardio-vasculaires et dont les membres ont généralement une vie longue et saine. Suite à des expériences, les scientifiques ont déterminé que leur secret ne résidait ni dans la génétique, ni dans l’alimentation (au contraire, les graisses constituaient 41 pour cent de leur alimentation). 

« Les Rosetans avaient créé une puissante structure sociale capable de protéger les membres des pressions du monde moderne », écrit M. Gladwell. « Si les Rosetans étaient en bonne santé, c’était grâce à l’endroit d’où ils venaient, grâce à l’atmosphère qu’ils avaient créée dans leur minuscule village en haut des collines. »

Une vie qui a du sens

De ses voyages, Buettner a retenu un autre point commun aux groupes de zone bleue : aucun d’eux n’avait la notion de retraite. Il s’avère que poursuivre une activité aiderait à prolonger la vie. 

Être en activité constante, même jusqu’à la veille de la mort est fondamentale pour les Okinawaïens et les Sardes. Dans ces groupes, Buettner a rencontré des hommes et des femmes centenaires qui continuaient de grimper des collines, construire des clôtures, pêcher et qui en même temps s’occupaient de leurs arrière-arrière-arrière-arrière-petits-enfants. 

Fait intéressant, aucun de ces centenaires ne s’exerçait à une activité physique particulière, comme nous, Occidentaux, avons l’habitude de faire. « Ils entretenaient tout simplement une vie active qui les dispensait d’activité physique particulière », a déclaré Buettner. Tous marchaient, cuisinaient, s’occupaient de différentes corvées. Beaucoup d’entre eux jardinaient.

Bienfaits de la méditation : diminue l’inflammation, protège le cœur,…

Les bienfaits de la méditation : diminue l’inflammation, protège le cœur,...Le corps humain est une structure solidaire. Un changement profond dans la conscience se reflète dans la santé physique. C’est pourquoi les bienfaits de la méditation impactent non seulement le cerveau et l’esprit, mais aussi tous les systèmes et organes.

On peut considérer la méditation comme un outil perfectionnant la conscience. Il est parfois difficile d’expliquer scientifiquement son action. Cependant, les techniques modernes sont maintenant capables d’en apprendre davantage. Il existe environ trois mille études sur la méditation. Mais la plupart d’entre elles ne sont pas disponibles pour le grand public.

Voici quelques exemples des effets bénéfiques de la méditation sur le corps :

Les maladies du cœur et l’hypertension

La méditation peut soulager des problèmes de cœur – pas seulement au niveau du relationnel, car elle intervient aussi au niveau du système cardio-vasculaire en prévenant des maladies. Selon l’Institut de Psychiatrie de Bologne (Italie), une expérience de trois mois sur la pratique de la méditation zen a montré qu’elle pouvait réduire l’hypertension artérielle.

La relaxation conduit à la formation d’oxyde nitrique, ce qui dilate les vaisseaux sanguins et normalise la pression artérielle. D’ailleurs, les personnes à haut risque d’hypertension ont noté les effets positifs de la méditation.

Les scientifiques de la Maharishi University of Management ont suivi deux groupes de personnes durant cinq ans. Le premier groupe pratiquait la méditation. Selon l’étude, les risques de crise cardiaque, d’AVC et de décès avaient diminué de 48 %. Ils se sentaient mieux que le deuxième groupe qui avait suivi un régime et fait de l’exercice.

Les mitochondries

Une étude menée à la Harvard Medical School, soutient que la pratique du yoga et de la méditation stimule la production d’énergie par les mitochondries. Cet effet est favorable sur le système immunitaire et la résistance au stress.

L’inflammation

Une étude menée au Centre de Wiseman Hall (université de Wisconsin-Madison), montre que la pratique de la méditation a des effets sur la génétique et le moléculaire. Il a été observé une diminution de l’activité des gènes pro-inflammatoires. Ce qui est bénéfique pour la réadaptation physique. À savoir que l’activité des gènes inflammatoires est associée au développement de nombreuses maladies chroniques et à l’inflammation systémique.

Par conséquent, la méditation a un effet de guérison chez les patients souffrant d’asthme bronchique, d’arthrite rhumatoïde et de maladies inflammatoires de l’intestin. Dans une étude de neurologie à l’université de Wisconsin-Madison, il a été retenu que la méditation est plus efficace qu’un régime équilibré, un entraînement physique ou des séances de musicothérapie.

Alzheimer

Publiée par Behavior and Immunity, l’étude sur le cerveau dit que 30 minutes de méditation par jour, non seulement affaiblit le sentiment de solitude chez les personnes âgées, mais réduit également la probabilité de développer une dépression et la maladie d’Alzheimer.

Le VIH et le stress

L’immunité des personnes infectées par le VIH a un ennemi sérieux : le stress. Le stress augmente la virulence du virus, l’immunodéficience et accélère la mort des lymphocytes CD4 (les protecteurs de la cellule). Des scientifiques de l’université de psycho-neuro-immunologie, à Los Angeles, ont montré que la méditation peut ralentir la progression du VIH.

Ils ont demandé à 48 patients de pratiquer la méditation et ont évalué le nombre de CD4 avant et après l’expérience. Après huit semaines, on a vu une baisse de la mort des cellules CD4 par rapport aux autres patients.

La durée de vie

Les télomères sont une partie intégrante des chromosomes et empêchent la perte du matériel génétique lors de la division cellulaire. La longueur des télomères est associée à la longévité. La méditation peut avoir un effet bénéfique sur cette longueur grâce à la diminution du stress, de l’inflammation et à l’amélioration des niveaux hormonaux.

(Source : www.epochtimes.fr)

Le Qi et ses différentes manifestations.

Notion fondamentale et socle du taoïsme, le Qi est énergie invisible, souffle vital. Il est à la fois source et manifestation de toute vie.

Le Qi est difficilement traduisible dans l’univers occidental. Pour autant, on retrouve cette notion chez les Japonais (le ki), les Hindous (le prana), ou encore les Egyptiens (le ka). On le retrouve même sous le nom de « Force » dans les films désormais légendaires de « Star Wars ».

Nos scientifiques étudient des phénomènes magnétiques, physiques, chimiques, électriques, sans toutefois arriver à une vision globale telle qu’elle est définie par les taoïstes.

entre ciel et terre

ideogramme QiUn peu d’histoire…

Pour comprendre ce qu’est le Qi, rien ne vaut de retourner aux sources : l’idéogramme chinois.

Il représente dans sa partie inférieure l’idéogramme du riz, nourriture fondamentale des chinois, et dans sa partie supérieure la vapeur que le riz libère lorsqu’il est cuit. Il regroupe donc à la fois un aspect matériel et dense, lié à la Terre, une céréale, et un aspect immatériel, tout à la fois perceptible et intangible, la vapeur (ou les nuages), lié au Ciel.

Le Qi a bien ces 2 composantes, et c’est là toute la base de la philosophie taoïste : toute vie provient de la fusion du Qi terrestre ou Yin avec le Qi céleste ou Yang.

Qi EnergieLa « trinité » des Qi

Le Qi est partout, et de nature différente. On peut le « classifier » sous différentes formes, dont la plus connue est le principe de dualité Yin/ Yang. Il est aussi intéressant de le présenter sous forme de « trinité » qui inclut le Qi Humain.

Ainsi, le Qi peut être terrestre (Yin), céleste (Yang) ou humain (union du Ciel et de la Terre)

Le Qi terrestre

DragonIl est lié à tout ce que l’on trouve dans notre environnement géographique, comme les montagnes, les plaines, les cours d’eau, des lacs, ou encore les champs magnétiques de la Terre. Les chinois les nomment « dragons de la Terre », nos scientifiques occidentaux ont déterminé des réseaux telluriques, comme le réseau Hartmann ou Curry.

Le Qi terrestre inclut également les habitations et leur orientation, les objets créés par l’homme, leurs formes, leurs couleurs.

La discipline taoïste étudiant ce type de Qi est bien-sûr le Feng Shui. On trouve aujourd’hui en France de nombreux consultants proposant des expertises de vos lieux professionnels ou privés. La version occidentale la plus proche est la géobiologie.

Le Qi céleste

Les deux principales dimensions de l’énergie céleste sont d’une part les données climatiques (vent, pluie, chaleur, gel, soleil et lune- marées-), d’autres part les données astronomiques et astrologiques. Ces dernières incluent les cycles temporels, allant de la journée, à l’année, aux cycles de 20 ans, de 60 ans, et même bien au-delà ; ces cycles sont la base du calendrier chinois. L’astrologie se retrouve dans ce Qi céleste, ainsi que le Yi Jing. Certaines cultures y mettraient les notions de karma, de destin.

Le Qi humain, croisement de la Terre et du Ciel.

La médecine traditionnelle chinoise (ou MTC) décrit de façon très précise les différents types de Qi qui animent tout Homme.

En premier lieu, on trouve le Qi originel, reçu à la naissance; selon sa qualité, elle détermine la santé, la vitalité de l’individu ; c’est aussi le siège de son héritage familial, génétique. Les chinois le situent dans les reins et le représentent comme une bougie qui peu à peu au cours de la vie, va diminuer. A la fin de la vie, la mèche s’éteint, faute de « carburant ». On pourrait en quelque sorte l’assimiler à l’énergie céleste.

Certains chinois élaborent d’ailleurs un bilan énergétique de la personne en fonction de sa date, de son lieu et de son heure de naissance, tout comme le ferait n’importe quel astrologue. Ils sont capables de déterminer les forces et les faiblesses de l’organisme de leur patient de cette manière, de même qu’ils peuvent connaître les périodes durant lesquels ils seront encore plus fragilisés d’un point de vue médical. Cette discipline s’appelle le Ba Zi ou astrologie solaire des Quatre Piliers.

BaziEn ce sens, on ne naît pas tous égaux, certains ont une excellente énergie originelle, d’autres ont une « bougie » plus petite.

Cependant, tout est aussi dans la façon dont on va entretenir ce potentiel de départ : il y a ce que l’on reçoit à la naissance, certes, mais aussi ce que l’on alimente, positivement ou négativement, par l’air que l’on respire, l’eau que l’on boit, les aliments que l’on mange ; ainsi, on retrouve là l’énergie terrestre.

Subir ou contrôler le Qi ?

En résumé, chaque objet, être vivant ou végétal, va à la fois dégager un type de Qi et être modelé par celui de son environnement. Rien n’est donc figé et tout est imbriqué. Tout a une influence et peut être influencé.

On peut choisir de n’y prêter aucune attention et subir tout type de Qi dans son environnement : ne pas se préoccuper de l’air que l’on respire, de l’eau que l’on boit ou des aliments que l’on mange. Méconnaître l’influence de son lieu d’habitation sur sa vie ou des cycles temporels.

On peut au contraire y accorder un minimum d’intérêt et comprendre l’impact global de son environnement sur sa santé. Des pratiques telles que le Qi Gong, par exemple, ont pour objectif une harmonisation de son Qi interne ; quand il stagne quelque part, il est générateur de maladies. C’est une définition récurrente que l’on retrouve également dans le Feng Shui : un Qi stagnant est un Qi tueur, car la vie est basée sur le mouvement, le changement, l’évolution.

Ma Wang DuiL’immortalité chez les taoïstes ne repose pas sur une vie après la mort, mais sur la longévité, et surtout sur la qualité de cette longévité. L’Homme pour eux est génétiquement programmé pour vivre 120 ans. L’environnement exerce des influences tellement néfastes qu’il réduit de moitié cette espérance de vie. La vraie sagesse taoïste réside dans l’écoute et la maîtrise du Qi . Les pratiques taoïstes ont toutes pour but que le Qi nous renforce et non pas nous affaiblisse.

(article d’Agnès Walter)